Éducation

Nourrir le potentiel de chaque enfant à travers une éducation de qualité

Une fille entrain d’écrire sur le tableau
UNICEF Mali/2018/Keita

Le défi

Bien que l'éducation au Mali se soit améliorée au cours de la dernière décennie, plus de deux millions d'enfants âgés de 5 à 17 ans ne vont toujours pas à l'école et plus de la moitié des jeunes âgés de 15 à 24 ans au Mali sont analphabètes. La pauvreté des ménages, le travail d’enfants, le mariage d’enfants, l'insécurité et le manque d'écoles proches du domicile des enfants sont autant de facteurs qui expliquent le taux élevé d'abandon scolaire et de non-scolarisation au Mali. Pour les enfants qui vont à l'école, l'absence d'enseignants qualifiés, de manuels scolaires et d’un environnement scolaire de qualité a des effets négatifs sur les résultats d'apprentissage : la grande majorité des élèves de cinquième année au Mali ne maîtrisent toujours pas les compétences de base en mathématiques et en lecture.

Il existe des iniquités quant à l'accès à l'école et l'achèvement des études puisque les filles et les enfants des familles les plus pauvres sont les plus exposés au risque d'abandon scolaire. Seules 72 % des filles sont inscrites dans l'enseignement primaire de base, contre 82 % des garçons. Au moment où elles atteignent l'enseignement secondaire, la proportion de filles scolarisées n'est que de 15 %, contre 21 % chez les garçons.

La solution

une fille etudiant
UNICEF Mali / 2018 / Keita

Au Mali, l'UNICEF soutient le Ministère de l'Éducation Nationale, le Ministère de la Jeunesse, de l'Emploi et de la Formation professionnelle et le Ministère de l'Innovation et de la Recherche Scientifique pour concrétiser l’idée d'un apprentissage tout au long de la vie. Cela débute en s'assurant que les enfants commencent à apprendre tôt dans la vie par le biais d'une éducation parentale positive et d'une éducation préscolaire. Lorsque les enfants sont en âge d'aller à l'école, l'UNICEF et ses partenaires soutiennent leur accès et leur maintien à l'école, en veillant à ce que les enfants acquièrent les compétences et les qualifications dont ils ont besoin pour réaliser leurs rêves, créer des entreprises ou trouver un emploi plus tard dans la vie.

Le programme d'éducation de l'UNICEF s'aligne sur les priorités nationales et met l'accent sur les enfants les plus vulnérables : ceux qui sont actuellement en dehors du système scolaire, les filles, les enfants déplacés, les enfants handicapés et ceux qui sont affectés par le conflit ou d'autres urgences.

L'UNICEF travaille avec des partenaires pour fournir aux enfants non scolarisés une éducation non formelle et informelle afin de faciliter leur réinsertion grâce à des programmes d'apprentissage accéléré et de réinsertion directe et, dans le cas des enfants affectés par le conflit dont les écoles sont fermées, des possibilités d'éducation communautaire. L'UNICEF travaille également main dans la main avec le Gouvernement du Mali et d'autres partenaires pour soutenir l'amélioration de la qualité de l'éducation grâce à :

  • L’amélioration de la gestion des écoles en renforçant les capacités des comités de gestion scolaire ;
  • La formation des enseignants et la mise en place d'une formation par les pairs entre les enseignants d'une même école, notamment par le biais d'innovations et de nouvelles technologies ;
  • Un accès accru aux matériels pédagogiques et scolaires pour les directeurs d'école, les enseignants et les écoliers.

En 2018, l'UNICEF a appuyé le retour à l'école de plus de 44 000 enfants non scolarisés et équipé plus de 100 000 enfants vulnérables en fournitures scolaires de base.

Afin d'offrir une éducation de qualité à chaque enfant au Mali, l'UNICEF au Mali travaille en étroite collaboration avec le Gouvernement du Mali, ainsi qu'avec les partenaires de la société civile, les donateurs et d'autres agences des Nations Unies, telles que l'UNESCO. L'UNICEF joue également le rôle de coordinateur principal au sein du groupe sectoriel pour l'intervention humanitaire et du Groupe d'éducation locale pour les interventions de développement au Mali.