le Gouvernement du Japon, la JICA et l’UNICEF signent un accord de don d’environ 6,7 milliards

OUAGADOUGOU, le 25 février 2021

UNICEF Burkina Faso
2021年2月25日
L’ambassadeur du Japon, SEM Masaaki Kato et la répresentante de l’UNICEF Burkina, Sandra Lattouf ont aussi signé l’échange de notes
UNICEF Burkina Faso/2021
L’ambassadeur du Japon, SEM Masaaki Kato et la répresentante de l’UNICEF Burkina, Sandra Lattouf ont aussi signé l’échange de notes

OUAGADOUGOU, le 25 février 2021. Le partenariat entre le Gouvernement du Japon, l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) et l’UNICEF Burkina Faso a permis de signer un accord d’une valeur de 13 millions de U$ soit environ 6,7 milliards de francs CFA pour la construction de 18 établissements post-primaires dans les régions du Centre et du Centre-Sud.

Ce partenariat s’est matérialisé par la signature d’Echange de Notes entre l’Ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Masaaki Kato et la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Latouff. La seconde signature qui concernait l’accord de don a été effectuée entre le Représentant résident de l’Agence Japonaise pour la Coopération Internationale (JICA), Keiichi Okitsu et la Représentante de l’UNICEF.

Pour Keiichi Okitsu, cette intervention du Japon dans la construction des établissements du post-primaire est une contribution à la mise en œuvre du continuum éducatif et s’inscrit dans le Programme d’intervention de la JICA appelé « Programme d’appui aux Enseignants et des Élèves de l’Education de base ».

Grâce à ce partenariat, ces constructions, qui bénéficieront à plus de 6.000 élèves chaque année, seront accompagnées par la mise en œuvre des standards « École de Qualité Amie des Enfants — EQAmE » afin de rendre plus sûrs, plus sains et protecteurs les milieux scolaires.

De fait, ces 18 collèges seront « des Établissement de Qualité et de référence Amis des Enfants », avec des enseignants formés, salles de classes équipées, des terrains de sports et des bibliothèques aménagés et équipés, et des infrastructures d’eau et d’assainissement adéquates.

Cet accord répond à un besoin prégnant. La violence armée a un impact considérable sur la continuité de l’éducation des enfants. Elle a contraint plus de 2,200 écoles à fermer dont 202 établissements post-primaires et secondaires. Plus de 314,000 enfants se voient privés d’une éducation normale dont environ 45,300 en âge d’être scolarisés au niveau post-primaire et secondaire.

Or, lorsque les jeunes et les adolescents sont hors de l’école, ils sont plus à risque d’être victimes de violence, d’abus, d’exploitation économique voire de recrutement par les groupes armés non étatiques, et les filles d’être mariées et de tomber enceinte précocement. De plus, en 10 ans, le nombre de collégiens et lycéens a doublé, évoluant de plus de 439,500 en 2010 à plus d’un million en 2020. Cet afflux massif de nouveaux élèves nécessite de nouvelles infrastructures en appui au Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales.

Chaque année, le Gouvernement du Japon soutient l’UNICEF pour réaliser les interventions dans les zones d’urgence. Depuis 2013, le Japon a apporté une contribution de près 17 millions de U$ à l’UNICEF pour les interventions humanitaires au Burkina Faso.

En 2021, le Japon et l’UNICEF vont encore renforcer leur partenariat. « Nous souhaitons un partenariat pérenne avec le gouvernement du Japon pour apporter des changements positifs à la situation des enfants et des femmes au Burkina Faso. », a déclaré Sandra Lattouf, la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso.

Sandra Lattouf, répresentante UNICEF Burkina et le répresentant de JICA au Burkina, Keiichi Okitsu présentant le parapheur de l’accord à la presse
UNICEF Burkina Faso/2021
Sandra Lattouf, répresentante UNICEF Burkina et le répresentant de JICA au Burkina, Keiichi Okitsu présentant le parapheur de l’accord à la presse

本プレスリリースの日本語版はこちらをご覧ください。