Santé et Nutrition

Le programme sante et nutrition appuiera l’amelioration de l’acces aux services de soins de qualite

a newborn child in the hospital
UNICEF/Morocco

Des défis et des enjeux

en matière de carence en iode, d’allaitement maternel et de malnutrition

Le Maroc est un pays à revenu intermédiaire en transition démographique. D’un côté, il a le potentiel pour améliorer l’accès à la santé de manière plus équitable en abordant de façon systématique le large éventail des problèmes de santé touchant les enfants de tous âges en accord avec les objectifs de développement durable. D’un autre côté et malgré les tendances très positives de l’évolution de la mortalité maternelle et surtout infantile depuis deux décennies, le pays n’a pas pleinement atteint les Objectifs du Millénaire pour le Développement 4 et 5.

Plus de 20 000 enfants meurent chaque année avant leur 5e anniversaire, avec des écarts considérables entre milieux, régions et couches socio-économiques

En effet, plus de 20 000 enfants meurent chaque année avant leur 5e anniversaire, avec des écarts considérables entre milieux, régions et couches socio-économiques. Selon les données de  l’Enquête Nationale sur la Population et la Santé de Famille (ENPSF) 2011, le taux de mortalité infantile dans les zones rurales était de 33,5 décès pour 1000 naissances vivantes comparé avec 23,6 dans les zones urbaines.

Les enfants du quintile le plus pauvre ont presque deux fois plus de risque de mourir avant leur premier anniversaire en comparaison avec ceux du quintile le plus riche (ENPSF 2011). Plusieurs causes contribuent à cette situation dont : la faiblesse de l’offre en faveur de la population la plus pauvre, notamment les femmes, les personnes résidant dans certaines zones enclavées du monde rural, les mères célibataires et les enfants à besoins spécifiques (enfants en situation d’abandon, enfants en situation de handicap, enfants en situation de rue, enfants victimes de violences et migrants). Le manque d’équipements et de médicaments, les ressources humaines limitées, en nombre, en spécialisation et en capacitation sont des causes sous-jacentes de l’insuffisance de l’offre de soins, surtout pour le monde rural. Un accent particulier doit également avoir lieu au niveau de la demande à travers un changement des attitudes & des pratiques individuelles et des normes sociales communautaires qui freinent l’accès aux soins de santé. 

Priorités du programme

La mise en œuvre d'une politique de santé fondée sur les droits et l'équité

Le Programme Santé appuiera l’amélioration de l’accès à des soins de qualité dans les services de santé de la mère et de l’enfant à travers une politique nationale de santé de l’enfant fondée sur les droits et l’équité. L’élaboration et la mise en œuvre de cette politique intégrée de la santé de l’enfant constituera une opportunité pour renforcer le dialogue sur les politiques et les liens intersectoriels permettant ainsi l’intégration de la santé dans toutes les politiques afin de répondre aux iniquités et aux déterminants sociaux de la santé et surtout pour promouvoir la participation de différentes catégories de titulaires de droits notamment les mères, les parents, la communauté et les filles et les garçons de tous les âges, en particulier ceux qui sont défavorisés sur le plan socio-économique et qui vivent dans des zones géographiques reculées. 

La réduction de la mortalité infantile constituera une première priorité du programme à travers la mise en place de mécanismes permettant une couverture complète des services péri- et néonatals, la promotion de  l’allaitement maternel exclusif et des bonnes pratiques nutritionnelles notamment celles relatives à l’utilisation du sel iodé en renforçant la mobilisation nationale, régionale et communautaire dans les zones les plus démunies. Une attention particulière sera aussi accordée au développement de la petite enfance, au dépistage précoce des handicaps et à la santé des adolescents.

La réduction de la mortalité infantile constituera une première priorité du programme

Les déterminants sociaux de la santé seront identifiés et l’utilisation de données et des évidences sera appuyée afin de réduire les inégalités d’accès aux services de santé et de contribuer à des solutions pour les populations difficiles à atteindre.

Nos partenaires

En action ensemble

Le Ministère de la Santé est le principal partenaire de mise en œuvre du programme. Des liens seront établis avec d’autres secteurs au niveau national et local, notamment avec les Ministères de l’Education, des Affaires Générales et de la Gouvernance et des Affaires Sociales intervenant au niveau du développement de la petite enfance, de la prévention de la violence et de la prise en charge des enfants en situation spécifique afin de développer des plans d’actions multisectoriels permettant une synergie et une intégration des programmes et notamment en matière d’intégration de la santé dans toutes les politiques pour mieux agir sur les déterminants sociaux de la santé.

Des partenariats seront poursuivis avec le secteur privé, y compris pour des interventions de communication au service du développement et de la formation à distance. Une coopération étroite, incluant le cas échéant une programmation commune, se poursuivra avec l’Organisation Mondiale de la Santé (sur la réforme du système), le Fonds des Nations Unies pour la Population (sur la santé maternelle et néonatale et la santé chez les adolescents), le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida, la Coopération Espagnole, le Fonds Mondial, ONU Femmes, USAID et l’Union Européenne.