Inclusion sociale

Contribuer à la mise en place de politiques et de systemes pour la reduction de la pauvrete et de la vulnerabilite des enfants

A father with his three happy children
UNICEF/Morocco

Des défis et des enjeux

malgré la réalisation d’avancées consistantes il reste plusieurs défis à relever pour une meilleure équité dans la réalisation des droits de l’enfant

L’analyse de la situation des enfants au Maroc montre que malgré la réalisation d’avancées consistantes il reste plusieurs défis à relever pour une meilleure équité dans la réalisation des droits de l’enfant. Dans les domaines de la survie, la santé et la nutrition, la mortalité infanto-juvénile s’est réduite de 47 à 30 décès pour mille nés vivants entre 2003 et 2011, le taux des accouchements assistés a augmenté de 63% à 74% durant la même période, et le taux de retard de croissance pour les enfants de moins de 5 ans a baissé de 23% à 15%. Toutefois, ces améliorations ont touché les régions du Maroc et les couches socio-économiques de façon différente, et les enfants qui vivent dans les zones rurales et enclavées ou appartenant aux couches les plus pauvres de la société restent dans une situation largement désavantagée : en 2011, dans le milieu rural, la mortalité infanto-juvénile était de 35 décès par mille naissances vivantes, contre seulement 25 en milieu urbain ; les pourcentages des accouchements assistés variaient de 92% dans l’urbain à 55% dans le rural, alors que le taux de retard de croissance était de 21% en milieu rural contre 9% dans l’urbain.

La privation et la pauvreté dans plusieurs domaines (la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement, le logement, la protection sociale et la communication) constituent pour beaucoup d’enfants et adolescents au Maroc un désavantage dans leur transition à la vie active, qui risque d’être transmis d’une génération à l’autre

Dans le domaine de l’éducation, le Maroc a presque atteint la scolarisation universelle au niveau primaire, en étant proche d’annuler les inégalités dans l’accès entre filles et garçons et entre milieux ruraux et urbains. Toutefois, à partir du niveau collégial et de manière plus marquée au niveau du secondaire, le taux de participation se réduit sensiblement et les inégalités dans l’accès à l’éducation entre zones rurales et urbaines et filles et garçons se creusent. Par exemple, en 2015/ 2016, les taux brut de scolarisation au collégial était respectivement de 98% dans l’urbain (avec une parité substantielle entre les genres) et de 76% dans le rural (82% pour les garçons et 69% pour les filles). Les disparités sont encore plus marquées pour l’éducation secondaire qualifiante, qui voit – aux extrêmes - un taux de scolarisation brut de 88% pour les garçons dans les zones urbaines et de 30% pour les filles dans les zones rurales en 2016. La privation et la pauvreté dans plusieurs domaines (la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement, le logement, la protection sociale et la communication) constituent pour beaucoup d’enfants et adolescents au Maroc un désavantage dans leur transition à la vie active, qui risque d’être transmis d’une génération à l’autre.

Le pays s’est aussi inscrit dans d’importants processus de régionalisation et de réforme de la protection sociale

Durant les dernières années, le Maroc a déployé des efforts importants pour engager des réformes et des programmes sectoriels visant à moderniser et à étendre la prestation des services sociaux de base, tant en zones urbaines que rurales. Le pays s’est aussi inscrit dans d’importants processus de régionalisation et de réforme de la protection sociale, visant à moderniser et rendre plus efficaces les systèmes, protéger les couches sociales les plus désavantagées et investir en matière de développement humain.

C’est dans ce cadre général, des reformes en cours et des progrès importants pour les enfants au Maroc mais aussi d’inégalités qui persistent, que le programme Inclusion Sociale qui s’inscrit dans le cadre du programme de coopération entre le Maroc et l’UNICEF oeuvre pour mettre à disposition des décideurs l’évidence nécessaire et donner l’appui technique requis pour formuler des politiques, des budgets et des programmes équitables en faveur des enfants.

Les priorités du programme

Quatre priorités durant ce cycle

Le programme Inclusion Sociale s’articule autour de 4 principaux axes : i) la génération d’évidence, l’analyse de la situation des enfants au Maroc et l’évaluation des politiques et programmes concernant l’enfance ; ii) l’appui à une approche de finance publique favorable aux enfants ; iii) l’appui à la réforme de la protection sociale sensible aux droits des enfants ; iv) l’appui au processus de décentralisation et régionalisation où les besoins et les droits des enfants et des adolescents sont pris en considération et leur participation est promue.

La concrétisation de ces objectifs passe à travers la coopération avec les partenaires nationaux dont le Ministère des Affaires Générales et de la Gouvernance (MAGG), l’Observatoire National du Développement Humain (ONDH), le Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), le Haut-Commissariat au Plan (HCP), les entités de la décentralisation et l’Association Marocaine de l’Evaluation

La concrétisation de ces objectifs passe à travers la coopération avec les partenaires nationaux dont le Ministère des Affaires Générales et de la Gouvernance (MAGG), l’Observatoire National du Développement Humain (ONDH), le Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), le Haut-Commissariat au Plan (HCP), les entités de la décentralisation et l’Association Marocaine de l’Evaluation.

Les recherches appuyées par l’UNICEF vont aussi s’intéresser aux disparités régionales marquant le bien-être des enfants entre les zones rurales et urbaines et au sein même de ces dernières. Ceci afin de permettre aux décideurs de formuler des réponses spécifiques à même de garantir le bien-être de ces enfants. Grâce à la collaboration multisectorielle, notamment avec le Ministère de l’Economie et des Finances, des mesures seront prises pour suivre régulièrement l’adéquation, l’efficacité et l’équité des dépenses publiques consacrées aux enfants.

Outre ces interventions, un appui technique sera fourni pour renforcer les capacités des institutions au niveau régional et local pour une planification de politiques sociales intégrant la dimension de l’enfant et de l’équité. Aussi, les adolescents et les jeunes seront-ils habilités afin de participer à la planification, au suivi et à la mise en œuvre des politiques sociales au niveau local et régional.  La composante Inclusion Sociale assurera aussi un suivi intégré avec les parties prenantes de l’état d’avancement de la concrétisation des Objectifs de Développement Durable.

Les interventions et les résultats escomptés pour 2017 - 2018:

Les interventions et les résultats attendus de la collaboration de l’UNICEF avec ses partenaires nationaux au Maroc, au cours des deux prochaines années (2017-2018) concernent essentiellement les axes suivants :

Production des évidences sur les enfants et institutionnalisation de la mesure de la pauvreté multidimensionnelle

    Profil de la pauvreté des enfants au Maroc : cette recherche, dont les résultats ont été diffusés en 2017, a été réalisée en collaboration avec l’ONDH et le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de l’Egalité et du Développement Social (MSFEDS). Cette étude se base sur une approche innovante de l’UNICEF nommée National-MODA (Multiple Overlapping Deprivation Analysis), qui analyse les privations, dans plusieurs domaines, tels que l’éducation, la santé, la nutrition, l’eau potable et l’assainissement, …, affectants les enfants par groupe d’âges.

•    Coopération Sud-Sud : l’UNICEF continuera son appui aux partenaires nationaux dans le domaine de la coopération Sud-Sud, en particulier sur les thématiques de la mesure de la pauvreté, de l’évaluation et des systèmes d’information. Un des moments forts de 2017 a été, l’organisation à Rabat de la conférence régionale « La pauvreté des enfants au Moyen-Orient et Afrique du Nord : de la mesure à l’action ». Cette conférence a constitué une opportunité d’échange Sud-Sud dans les domaines de la production d’évidence et la conduite d’analyses sur la pauvreté des enfants et leur prise en considération dans l’identification des actions politiques efficaces pour y faire face.

•    Production des données : l’UNICEF continuera sa collaboration avec le Ministère de la Santé pour le suivi de l’enquête nationale sur la population et la santé familiale en particulier en ce qui concerne les aspects liés aux enfants. Toutes ces données seront d’une grande utilité pour assurer le suivi de plusieurs ODD mais surtout pour éclairer la prise de décision des responsables des secteurs sociaux en faveur des enfants et des femmes. Par ailleurs, l’UNICEF appuiera le Maroc dans ses efforts de suivi et reporting sur les ODD. Dans le même sens, l’UNICEF continuera son appui à l’ONDH pour le renforcement dans son système d’information AL BACHARIA et pour la généralisation de son système d’information territorial.

Protection sociale sensible aux droits des enfants

Dans la continuité de la collaboration avec le MAGG, notamment en ce qui concerne l’élaboration d’une vision intégrée de la protection sociale sensible aux droits des enfants, l’UNICEF continuera son appui au MAGG pour :

•    Organiser des débats thématiques sur les composantes de la vision intégrée de la protection sociale, en collaboration avec les départements sectoriels et les différents acteurs impliqués dans le domaine de la protection sociale.

•    Développer une stratégie intégrée de protection sociale sensible aux droits des enfants afin de permettre une opérationnalisation des composantes de ladite vision.

Institutionnalisation et pratique de l’évaluation des politiques publiques

Depuis plusieurs années, l’UNICEF assure un appui continu à ses partenaires (MAGG, ONDH et l’Association Marocaine de l’Evaluation - AME) en vue de renforcer leurs efforts pour l’institutionnalisation de l’évaluation des politiques publiques et le renforcement de la culture et de la pratique de l’évaluation :

•    Après la finalisation en 2016, des scénarios possibles pour l’institutionnalisation de l’évaluation au Maroc, l’UNICEF va donc continuer sa collaboration avec le MAGG  pour appuyer le processus de l’opérationnalisation de cette institutionnalisation.

•    En étroite collaboration avec d’autres agences des Nations Unies, l’UNICEF va contribuer aux efforts des partenaires nationaux (MAGG, ONDH) pour d’un côté mettre en place un système de suivi & évaluation des politiques publiques, et d’un autre côté, promouvoir l’évaluation des politiques publiques et des programmes ciblant notamment les ODD.

Finances publiques sensibles aux enfants

Dans le contexte de la réforme entamée par le Maroc via la nouvelle loi organique relative à la Loi des Finances, l’UNICEF vise une collaboration stratégique avec le Ministère de l’Economie et des Finances en vue de travailler sur (i) l’intégration de la dimension enfant au niveau des budgets pour assurer une budgétisation sensible à l’enfance (BSE) au Maroc; (ii) le renforcement des capacités de l’ensemble des intervenants sur les finances publiques sensibles aux droits des enfants; (iii) le développement des comptes nationaux de l’enfance, y compris l’appui aux travaux d’analyse des finances sectorielles.

Réforme de la régionalisation avancée et droits des enfants

Un appui technique sera fourni pour renforcer les capacités des institutions territoriales pour entreprendre la planification de politiques sociales intégrant la dimension enfant et équité. L’UNICEF veillera, en collaboration avec ses partenaires régionaux, à assurer une participation active et continue des adolescents et des jeunes aux processus de planification, de suivi et de mise en œuvre des politiques sociales au niveau territorial. Parallèlement, l’UNICEF travaillera en étroite collaboration avec la Direction Générale des Collectivités Locales, DGCL, pour documenter et valoriser les outils et les initiatives réalisées lors des précédentes années de coopération entre les deux institutions, tels que l’initiative Communes amies des enfants et des jeunes, le Système d’information communal, les modules de formation sur la planification locale ; etc.

En action avec nos partenaires

Agir Ensemble

Le programme Inclusion Sociale travaille avec des partenaires diversifiés et stratégiques au Maroc. En effet, le programme a développé une collaboration forte et évolutive avec l’ONDH, le HCP et le Ministère de la Santé dans le domaine de la production des évidences, l’évaluation et le suivi de l’Agenda 2030 du développement durable. Le programme collabore également avec le MAGG sur la contextualisation, la coordination et l’intégration des ODD dans les politiques publiques avec un accent particulier sur le domaine de la protection sociale. Le programme travaillera aussi avec les acteurs nationaux (DGCL) et territoriaux dans l’appui à la régionalisation avancé. Un autre partenariat prometteur et spécial est ciblé avec le Ministère de l’Economie et des Finances dans le domaine des finances publiques sensibles aux enfants. Les acteurs de la société civile à l’instar de l’association marocaine de l’évaluation et de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant sont également des partenaires clés du programme Inclusion Sociale.