Eau - Hygiène - Assainissement

Améliorer l’utilisation des services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène pour lutter contre le retard de croissance, la diarrhée et tirer parti des ressources pour l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les écoles et établissements de santé

Wash in school
UNICEF Guinea

Les défis

Selon JMP 2017, une proportion de 61,9 pour cent des ménages guinéens utilisent au moins un service élémentaire d’approvisionnement en eau potable (accès à une source d'eau améliorée avec maximum 30 minutes de temps de collecte) pendant qu’en milieu rural cette proportion tombe à 48,7 pour cent, soit moins d’un habitant sur deux. Dans le domaine de l’assainissement, seulement 22,7 pour cent des ménages ont accès à un service élémentaire d’assainissement alors que 14,4 pour cent pratiquent encore la défécation a l’air libre. La situation est encore plus critique en milieu rural ou 21,7 pour cent ont recours à la défécation à l’air libre. Malgré les efforts déployés pendant la riposte au virus Ebola, le lavage des mains au savon n'est toujours pas une pratique courante.

En effet, plus d’un ménage sur 2 (52 pour cent) ne dispose pas d’installation de lavage des mains et seulement 17,4 pour centd'entre eux disposent d’installation de lavage des mains avec de l’eau et du savon.

Latrines de l'école de Geckoue, Nzerekore
UNICEFGuinea/F. Tandiang
Latrines de l'école de Geckoue, Nzerekore

Les solutions

La sous-section Eau-Hygiène-Assainissement (WASH) œuvre à améliorer l’accès à une eau propre et à un assainissement élémentaire à toutes les familles. Elle s’assure particulièrement que tous les enfants puissent bénéficier de ce droit. À travers son programme, elle compte réduire la prévalence des maladies diarrhéiques de 15 pour cent et l’incidence par helminthiases de 10 pour cent. La sous-section WASH œuvre également pour qu’au moins 30 pour cent des parents, tuteurs, chefs de familles et enfants se lavent les mains à l’eau et au savon, consomment de l’eau potable, traitent l’eau à domicile avant sa consommation et utilisent des latrines hygiéniques.

Renforcement de la gouvernance du secteur Eau, Assainissement et Hygiène :  la sous-section WASH travaille sur les aspects suivants :

  • Appui aux politiques et à la coordination des interventions dans le pays et du groupe thématique Eau-Hygiène-Assainissement
  • Suivi avec le gouvernement des engagements internationaux (Sanitation and Water for All, Africasan, Déclaration de N’Gor, etc…) 
  • Plaidoyer pour la mobilisation des fonds de contrepartie
  • Appui pour l’organisation des évènements spéciaux EHA
  • Fourniture des services d’eau potable et d’assainissement

La sous-section WASH travaille avec les services du gouvernement chargés de l’eau, l’hygiène et l’assainissement pour qu’environ 1,5 million de personnes utilisent de l’eau potable et des services d’assainissement. Ces personnes amélioreraient ainsi leurs pratiques d'hygiène telles que le lavage des mains au savon et le traitement de l'eau à domicile au sein des communautés, des écoles et des structures de santé des zones défavorisées. A cet effet, plusieurs activités sont menées, à savoir :

  • Réalisation des infrastructures d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement
  • Redynamisation du dispositif de maintenance des infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement
  • Développement et professionnalisation de forages manuels
  • Partenariat technique avec les communes pour le cadre de durabilité des résultats
  • Développement de l’assainissement rural avec l’approche Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC)
  • Appui à la vulgarisation des techniques simples de traitement d’eau à domicile
  • Renforcement de l’accès aux services d’eau, d’hygiène et d’assainissement dans les écoles et structures de santé
  • Renforcement du mécanisme de réponse humanitaire

La sous-section WASH travaille avec le gouvernement également dans le renforcement des capacités dans le secteur l’eau, l’hygiène et l’assainissement à tous les niveaux afin de répondre aux situations de crise humanitaires (Ebola, choléra, inondations et troubles socio-politiques), mais également afin de garantir un accès des installations d'eau potable, d'assainissement et d'hygiène pour les enfants et les femmes. Dans ce projet, la sous-section WASH met l’accent sur les actions suivantes :

  • Renforcement des capacités des acteurs pour la coordination, la préparation et la réponse aux urgences
  • Pré positionnement des stocks de matériels et équipements de réponse en cas d’urgence
  • Fournitures des kits de prévention des infections dans les structures de santé, les écoles et les communautés affectées

 

Les résultats du programme Eau - Hygiène - Assainissement

  • Le plaidoyer des partenaires comme l’UNICEF a abouti à l’inscription d'une ligne budgétaire spécifique dans le budget national pour l’eau et l’assainissement.
  • Le Gouvernement de Guinée, avec l’appui de l’UNICEF s’est engagé à développer et mettre en œuvre une feuille de route nationale pour la fin de la défécation à l’air libre et un cadre de concertation et de coordination du secteur sous le leadership du ministère de l’hydraulique et de l’assainissement.
  • En matière d’approvisionnement en eau potable, environ 40,000 nouvelles personnes en milieu rural ont eu accès à une source améliorée d’eau à travers la construction/réhabilitation de points d’eau et la réalisation de systèmes d’adduction d’eau potable.
  • Environ 20,000 élèves de 120 écoles ont eu accès à un paquet minimum d’eau et d’assainissement.
  • Au cours de l’année 2018, près de 80 structures sanitaires ont été dotées d'installations adéquates en d’eau et assainissement en vue de prévenir les infections et faciliter les pratiques d’hygiène telles que le lavage des mains.
  • La mise en œuvre de l’Assainissement Total piloté par la Communauté (ATPC) a atteint sa vitesse de croisière. De janvier 2018 à juin 2019, plus de 2600 villages de 30 Communes Rurales ont été certifies FDAL (Fin de défécation a l’air libre). Ces résultats encourageants démontrent qu’il est possible de déclarer la totalité de la Guinée FDAL d’ici 2025, engagement pris par les autorités du pays.