Ma voix est notre voix

La jeune chanteuse Céline Banza s’allie à l’UNICEF pour le bien-être et l’autonomisation des filles congolaises.

Sibylle Desjardins
Celine Banza durant un forum de discussion avec une groupe de femmes et de jeunes filles
UNICEF DRC Mulala
01 avril 2021

Alors que le mois de la femme est arrivé à son terme, le combat pour les droits des femmes est un travail quotidien. En République Démocratique du Congo (RDC), la violence sexiste est largement répandue et profondément ancrée dans les normes sociales et culturelles. Dans le pays, 40% des femmes vivant dans les zones rurales ont été victimes d’un mariage avant l’âge de 18 ans, et 11% avant l’âge de 15 ans. Le mariage des enfants est la forme la plus répandue de maltraitance sexuelle et d’exploitation des filles.

Dans le cadre de la campagne « Bien-être et autonomisation des filles : ma voix est notre voix » lancée par UNICEF, Céline Banza s’investit auprès des femmes et s’engage avec l’UNICEF pour lutter contre les violences basées sur le genre et leurs impacts. La lauréate du Prix Découvertes RFI 2019 s’est rendue dans la province de l’Equateur pour tenir des forums de discussion avec des adolescentes et des femmes.

 

 

« La santé de la jeune fille est vraiment mise en danger et elle fait face aux abus », a déclaré Céline Banza. La RDC est l'un des pays au monde avec le plus grand nombre d'enfants souffrant de grossesses précoces.  Les inégalités entre les sexes sont également présentes dans l'éducation, avec seulement 33% des filles qui fréquentent l'école secondaire. Près de 30% des femmes et des filles âgées de 15 à 19 ans ont été victimes d'abus sexuels et près de la moitié de la population féminine a subi une ou plusieurs formes de violence domestique.

Comme dans de nombreux pays dans le monde, les mesures prises pour endiguer la pandémie de coronavirus a eu un impact négatif sur la sécurité et le bien-être des femmes et des jeunes filles. Les situations d'urgence et les conflits aggravent les violences sexuelles ainsi que l'exploitation et les abus sexuels.

 

 

Alors que la RDC fait face à l’une des plus graves crises humanitaires au monde, les enfants, les femmes et les jeunes filles sont les premières victimes. Ces violences ont des conséquences importantes sur la santé physique st psychologique mais aussi des conséquences sociales dévastatrices.

Portant depuis longtemps la voix des femmes à travers ses chansons, Céline Banza est aujourd’hui investie aux côtés de l’UNICEF pour placer le mariage des enfants, l'éducation secondaire des filles, la santé des adolescents, l'hygiène et la santé menstruelle, les violences basées sur le genre en particulier dans les contextes de crise humanitaire au cœur des débats.