Education

Pour chaque enfant, une éducation de qualité

Children in a classroom building blocks
UNICEF/Maroc

Des défis et des enjeux

pour assurer une un accès équitable à une éducation de qualité pour tous les enfants

Le Maroc a consenti d’importants efforts pour généraliser I’accès au primaire. Ces efforts ne sont pourtant pas capitalisés au niveau des différents.

cycles. Un taux de déperdition important est enregistré d’un cycle à l’autre ramenant la moyenne nationale de scolarisation à 87,6% au collège et a 61,1% au lycée.

L’analyse des données désagrégées du secteur de l’éducation démontre aussi d’importantes inéquités qui touchent essentiellement les enfants en milieu rural notamment les filles et les enfants en situation de vulnérabilité, particulièrement les enfants en situation de handicap. Le taux de scolarisation de ces derniers, selon les dernières statistiques disponibles, ne dépasse pas 32,4%. En milieu rural, les données montrent que les enfants de manière générale sont confrontés à des difficultés pour réussir la transition entre le primaire et le collège auquel seulement 69,5% d’entre eux accèdent. Ce taux chute à 30,6% en ce qui concerne leur accès au lycée et ne dépasse pas les 21,9% chez les filles.

Cette déperdition se traduit par un taux d’achèvement pour les trois cycles ne dépassant pas la moitié de la population des enfants scolarisés et met en évidence les problèmes lies aux acquis de base et à l’orientation des élèves. Des évaluations nationales et internationales confirment la faiblesse des résultats d’apprentissage : seul un tiers des élèves du primaire maîtrise les compétences de base en mathématiques, en sciences, en lecture et en écriture1. L’absence de programmes de qualité et inclusifs, le manque d’actions basées sur l’équité, l’insuffisance de suivi des acquis scolaires, la faible qualité des apprentissages constituent un obstacle à l’amélioration des taux de scolarisation et de réussite.

Le faible taux d’accès à une éducation préscolaire de qualité reste un frein à la préparation d’une bonne scolarisation au primaire

Outre les aspects de la qualité des acquis scolaires et de la transition entre les cycles, l’absence de mécanismes efficaces d’orientation, la faible qualité de l’environnement et du climat scolaire, les diverses formes de violences envers les enfants et le retard scolaire constituent d’autres déterminants qui expliquent la situation.Par ailleurs, le faible taux d’accès à une éducation préscolaire de qualité reste un frein à la préparation d’une bonne scolarisation au primaire. Aujourd’hui nous comptons 11,3% des enfants qui s’inscrivent avec au moins un an de retard au cycle primaire. Ce taux augmente à 14,8% en milieu rural.

En 2014 le nombre d’élèves inscrits dans l’enseignement préscolaire atteignait 64% avec un taux de 23% seulement pour les petites filles en milieu rural. En général, le secteur public n’assure que 10% de l’offre du préscolaire au Maroc. Or, l’offre généralisée d’un préscolaire de qualité constitue l’une des réponses stratégiques pour améliorer l’efficience et les rendements aussi bien interne qu’externe du système éducatif et pour promouvoir l’équité des enfants dans leur accès au droit à une éducation de qualité. Car si les disparités ne sont pas endiguées en amont, elles s’agrandiront au fil des années scolaires et resteront constantes après l’âge de 8 ans.

1 Programme national pour l’évaluation des acquis scolaires, 2010 et Trends in International Mathematics and Science Study, 2011.

Les priorités du programme

L’équité est l’élément central du programme Education

L’équité est l’élément central du programme Education. Durant les cinq prochaines années, les enfants les plus vulnérables seront au cœur des interventions. Le programme vise à contribuer à la mise en place de politiques et de stratégies en matière d’éducation qui assureront l’égalité de l’accès et de l’achèvement des études à tous les niveaux de l’enseignement pour les enfants notamment les plus vulnérables d’entre eux. Cet axe s’appuiera sur une analyse croisée en termes de sexes, de capacités, de régions, de zones rurales/ urbaines et de situations socioéconomiques, et en appui à la mise en œuvre de la vision stratégique 2015-2030 du Ministère de l’Education pour la réforme de l’école marocaine.

Au niveau de la petite enfance, l’intervention de l’UNICEF se concentrera sur son appui technique pour développer des normes et des modèles économiques afin de fournir en temps utile un accès équitable à une éducation préscolaire de qualité. Le préscolaire constituera la porte d’entrée pour une mobilisation en faveur d’une politique de développement de la petite enfance dotée de mécanismes de budgétisation et de suivi.

Durant ce cycle, la capacité du Ministère de l’Education et des écoles à suivre de près les enfants déscolarisés et les enfants dans l’enseignement de base et en risque d’abandon scolaire sera améliorée. La capacité du Ministère à élaborer des réponses articulées autour d’une deuxième chance à la scolarisation et l’adaptation de l’environnement scolaire aux enfants vulnérables (y compris les enfants handicapés et les enfants migrants) sera également renforcée.

En collaboration avec les équipes du Ministère de l’Education Nationale et les équipes régionales, le programme va s’atteler d’ici la fin du cycle de coopération à améliorer l’accès et la rétention pour une éducation de qualité particulièrement pour les enfants et les adolescents les plus vulnérables

Au niveau de l’enseignement secondaire, l’accent sera mis sur l’élaboration de programmes d’éducation à voies multiples qui feront le lien entre les systèmes de formation traditionnelle, non traditionnelle et professionnelle pour améliorer la transition de l’école au travail.

Le développement de compétences de vie et de l’éducation civique seront modélisés pour veiller à ce que les enfants et les jeunes marginalisés puissent bénéficier d’un apprentissage de qualité pertinent tout en améliorant leur employabilité et leur citoyenneté active. Dans ce sens, un cadre national de compétences de vie sera élaboré et comprendra des systèmes de suivi et de renforcement des capacités.

En matière de gouvernance, l’UNICEF appuiera le modèle de suivi et de gestion pour l’équité en matière d’accès et d’apprentissage, mis au point au cours du cycle précédent. Les efforts seront  intensifiés à ce niveau grâce au renforcement des partenariats, du plaidoyer et de la communication.

En action avec nos partenaires

Agir Ensemble

Le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle sera le principal partenaire du programme. Néanmoins, des liens étroits avec d’autres secteurs seront développés et renforcés et le partenariat avec le secteur privé et les organisations de la société civile sera promu particulièrement en ce qui concerne la mobilisation pour les questions liées aux enfants  non scolarisés, à la petite enfance, à l’adolescence et aux enfants en situation de handicap.

Quant au secteur privé, il sera sollicité pour appuyer les investissements dans les établissements préscolaires, l’eau, l’assainissement et l’hygiène et les programmes d’emploi liés à la préparation à la vie active. Le partenariat avec les universités pour la génération de connaissances et de données sera aussi promu.

En plus des actions au niveau central, des interventions pilotes seront déployées au niveau territorial en vue de nourrir les politiques nationales. Ces actions seront menées au niveau des régions de l’Oriental, de Tanger - Tétouan - Al Hoceima, Souss Massa et de Marrakech Safi.

Au niveau des partenaires internationaux du développement, le dialogue sera maintenu et promu avec notamment l’Union Européenne, les Affaires Mondiales Canada, le Ministère du Développement International du Royaume-Uni, l’Agence des États-Unis pour le développement international et la Banque Mondiale en plus des agences sœurs des Nations Unies.