Journée Internationale des Enfants Soldats, l’UNICEF appelle à mettre fin aux graves violations des droits de l’enfant

12 février 2021
Ismail, a young shepherd originally from Niger, writes his wish for his future, “To go back to my home,” at the UNICEF-supported shelter for unaccompanied minors where he is recovering.
UNICEF Mali/2019/Rose

Bamako, 12 février 2021 : Depuis le début de la crise en 2012, la détérioration de la sécurité a été à l’origine de graves violations des droits de l’enfant commises par les parties aux conflits. Elles incluent le recrutement et de l’utilisation des enfants par les forces et groupes armés.

Dans ce contexte, le Groupe de Travail-Pays sur le Mécanisme de Surveillance et Rapportage (MRM) co-dirigé par l’UNICEF et la MINUSMA, a enregistré depuis 20121, près de 900 enfants recrutés et utilisés par les groupes et forces armés au Mali. Un appel est lancé aux groupes et forces armés afin de sortir les enfants de leurs rangs et les remettre aux acteurs de protection de l’enfance.

Avec 745 incidents vérifiés en 2019, la situation sécuritaire reste complexe dans le nord et le centre du Mali. Ces zones sont fortement touchées par les attaques des groupes armés et les affrontements inter et intracommunautaires. Une hausse inquiétante des cas de recrutement et d’utilisation d’enfants est constatée, avec 215 incidents en 2019, une augmentation de 47% par rapport à 2018. Les régions les plus touchées étant Gao et Kidal.

Selon Sylvie Fouet, Représentante de l’UNICEF au Mali, « la situation s’aggrave avec le fait que les services de base, telles que l’éducation et la santé, ne sont pas offerts dans certaines zones du pays. Ainsi la protection des enfants en milieu scolaire a été n’existe plus. » Cette situation a exposé davantage les filles et les garçons à plusieurs vulnérabilités, dont le recrutement et l’utilisation par des forces et groupes armés.

Par ailleurs, « par manque d’opportunités et de perspectives, et quelquefois sous la pression familiale de vouloir protéger les biens, protéger les intérêts d’une communauté, préserver leur intégrité physique et celle de leur famille, certains rejoignent les rangs des groupes armés » constate le Groupe de travail.

En 2020, l’UNICEF a permis a plus de 510 enfants, dont 58 filles, associés aux groupes armés, de bénéficier du paquet d’accompagnement de sortie et de réintégration. La priorité reste le retour en famille et le rattrapage scolaire ou la formation professionnelle.

Les soins holistiques offerts aux enfants comprennent un abri, un soutien psychosocial et médical, la recherche et la réunification de la famille, voire l'accès à des opportunités de réintégration socio-économique dans les régions de Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal, Ménaka, Ségou et le district de Bamako. 

Parmi les enfants sortis, 50 (dont 14 filles) ont été réintégrées à l'école, 144 (dont 15 filles) ont eu accès à des possibilités de formation professionnelle et 316 (dont 29 filles) ont été soutenus pour démarrer des activités génératrices de revenus, notamment l'élevage et les petites entreprises.


[1] Les enfants et les conflits armés Rapport du Secrétaire Général des Nations Unies

Contacts presse

Ismail Maiga
Spécialiste de la communication
UNICEF Mali
Tél: + (223) 76 40 91 01
Adresse électronique: imaiga@unicef.org
Fatou Diagne
Chargée de Communication
UNICEF Mali
Tél: + 223 71 17 03 55
Adresse électronique: fdiagne@unicef.org

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF au Mali et son action, veuillez consulter : https://www.unicef.org/mali/.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook.