L’éducation prise pour cible

Prendre des écoles, des élèves et des enseignants pour cible constitue une attaque contre le droit des enfants à l’éducation et contre leur avenir.

UNICEF/UN0311775/Kokic

Le problème

Dans le monde entier, les attaques contre les enfants se poursuivent sans relâche, à mesure que les belligérants méprisent l’une des règles les plus fondamentales de la guerre : la protection des enfants. La longueur des conflits actuels menace l’avenir de générations entières d’enfants. Sans accès à l’éducation, une génération d’enfants vivant en situation de conflit grandira sans avoir acquis les compétences nécessaires pour contribuer à leur pays et leur économie, aggravant ainsi la situation déjà désespérée de millions d’enfants et de leur famille.

Entre 2014 et 2018, l’éducation a été prise pour cible dans 87 pays.

Coalition mondiale pour la protection de l'éducation contre les attaques

La solution

Le droit d’un enfant à l’éducation ne peut pas être préservé dans les zones de conflit si l’éducation elle-même n’est pas protégée. L’éducation peut sauver des vies. Quand ils ne vont pas à l’école, les enfants sont particulièrement à la merci de la maltraitance, de l’exploitation et du recrutement par des forces ou des groupes armés. L’école devrait être un lieu sûr où les enfants sont à l’abri des menaces et des situations de crise. Cela constitue également une mesure essentielle pour rompre le cycle des crises et réduire le risque de conflits à l’avenir.

Qu’est-ce que la Déclaration sur la sécurité dans les écoles ?

La Déclaration sur la sécurité dans les écoles a été ouverte à la signature des États à Oslo (Norvège), en mai 2015. Il s’agit d’un engagement politique visant à mieux protéger les élèves, les enseignants, les établissements scolaires et les universités pendant les conflits armés, à favoriser la poursuite de l’enseignement en temps de guerre et à mettre en place des mesures concrètes pour éviter l’utilisation des établissements scolaires à des fins militaires.

L'Ukraine est devenu le 100e pays à adopter la Déclaration. Les pays qui ont adopté la Déclaration s’engagent à prendre certaines mesures, notamment à fournir une assistance aux victimes d’attaques, à enquêter sur les accusations de violation du droit national et international et à poursuivre en justice s’il y a lieu les auteurs de telles violations, et à chercher à poursuivre l’enseignement dans des conditions de sécurité pendant les conflits armés et à appuyer les efforts déployés à cette fin.

Votre pays a-t-il adopté la Déclaration sur la sécurité dans les écoles?

Les pays ayant adopté la Déclaration sur la sécurité dans les écoles sont représentés en bleu.
Source : GCPEA. Information au 20 novembre 2019. Cette carte ne reflète pas une position de l'UNICEF sur le statut légal des pays et territoires représentés ou sur la délimitation de leurs frontière.

Quel est le rôle de l’UNICEF ?

L’UNICEF coopère avec les États qui ont signé la Déclaration et avec des groupes armés pour protéger l’enseignement contre les attaques. Dans les pays en proie à des conflits, l’UNICEF est en première ligne pour élaborer des plans de sécurité dans les écoles et faire en sorte que les enfants puissent de nouveau s’instruire, en leur apportant un appui psychosocial et des possibilités d’enseignement informel, en formant les enseignants, en remettant en état les écoles et en distribuant des fournitures pédagogiques et scolaires.

L’UNICEF coopère également avec divers partenaires en vue d’aider les enfants à s’instruire malgré les conflits et l’insécurité. Par exemple, un partenariat avec des gouvernements de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale contribue à développer une émission radio éducative d’un nouveau genre qui donne aux enfants et aux jeunes touchés par des situations de crise d’autres moyens d’apprendre.