L’ambassadrice nationale de l’UNICEF Nash visite des salles de classe en plastique recyclé

« Je suis convaincue que de nombreux leaders du pays sortiront de ces salles de classes. »

Chrystel Trazié, Communication and External Relations Officer
UNICEF National Ambassador Nash visits recycled plastic classrooms
UNICEF/Miléquêm Diarassouba
24 octobre 2020

Quand Nash fait son entrée dans la cour de l’école primaire publique Bromakoté, une cohorte d’enfants lui saute presque dessus en scandant son nom. « Nash! Nash! Nash! » Impossible pour la rappeuse, ambassadrice nationale de l’UNICEF et coqueluche de la jeunesse ivoirienne de passer inaperçue, même dans cette contrée éloignée du nord-ouest du pays. 

UNICEF National Ambassador Nash visits recycled plastic classrooms
UNICEF/Miléquêm Diarassouba

Coulibaly Ahmed, directeur de l’école, est fier d’accueillir une star dans son école et content de voir ses élèves courir partout et être aussi heureux. Mais ce qui le rend encore plus fier, ce sont les nouvelles salles de classes en plastique recyclé que compte désormais son établissement. « En tant qu’éducateur, c’est un plaisir pour moi d’enseigner dans cet établissement. Tous les élèves veulent être dans cette école, parce que le cadre est sain et le matériel est adéquat. Certains enfants non scolarisés viennent s’inscrire de leur propre chef, sans leurs parents, » déclare-t-il. 

Grâce au financement de l’UNICEF en Espagne, la construction de cette école a apporté d’énormes changements dans la vie des populations de Bromakoté. Grâce à ces bâtiments, 300 enfants pourront aller à l’école. 

UNICEF National Ambassador Nash visits recycled plastic classrooms
UNICEF/Miléquêm Diarassouba

C’est ce que Nash est venue voir. Elle souhaite comprendre l’impact de ce projet sur les enfants et la population. C’est avec émotion qu’elle écoute le directeur de l’école témoigner :  

« En tant qu'enseignant, je suis entièrement satisfait, car les salles de classe ne sont plus surpeuplées. Il y avait auparavant plus de 80 étudiants par classe. Heureusement, c'est maintenant de l'histoire ancienne. Les enfants réagissent beaucoup mieux en classe et sont plus motivés ».

UNICEF National Ambassador Nash visits recycled plastic classrooms
UNICEF/Miléquêm Diarassouba

Pendant la visite des classes, Nash n’hésite pas à plaisanter avec les élèves. Au milieu des éclats de rire, elle en profite pour leur demander ce qu’ils pensent de leurs nouvelles salles de classe. Aboubacar, qui a 13 ans et qui est en classe de CM2, s’empresse de lui répondre : « J’aimerais demander à l’UNICEF et à ses partenaires d’aider toutes les écoles de la région. Il faudrait que mes amis des autres quartiers et des autres villes puissent connaître cette joie que je ressens aujourd’hui. Depuis que je suis dans ma nouvelle classe, mon amour pour l’école ne fait que grandir et je suis content de venir chaque matin ». 

UNICEF National Ambassador Nash visits recycled plastic classrooms
UNICEF/Miléquêm Diarassouba

Près de deux heures se sont écoulées depuis que Nash a fait son entrée à l’EPP Bromakoté. Au moment de dire au revoir, elle donne ses impressions :

« Il fait plus frais dans les salles de classe et il y a plus d’espace. Peut-être que les gens ne s’en rendent pas compte, mais ce genre de petits détails peut tout changer dans la vie d’un enfant et surtout lui faire aimer l’école, l’aider à apprendre et le pousser à réaliser ses rêves. Je suis convaincue que bon nombre des futurs dirigeants de notre pays sortiront de ces salles de classes. Il faudrait que ce projet s’étende un peu partout au pays ».