Infrastructures scolaires et qualité de l'enseignement à Binkadi

un impact positif sur l'environnement d'apprentissage

Fatoumata BINATE
Binkadi community school
Unicef CIV/2021
10 novembre 2021

L'école communautaire de Binkadi a été créée durant l'année scolaire 2007-2008 pour éviter que des centaines d'enfants de ce village n'aient à marcher plus de 4 km chaque jour pour rejoindre l'école primaire publique existante à Nagbatché, un village voisin.

Il est 14h40 lorsque l'équipe de l'UNICEF et l'Inspection de l'enseignement primaire et préscolaire (IEPP) de Grabo terminent de parcourir le dernier kilomètre pour atteindre le village de Binkadi, situé à plus de 700 km d'Abidjan. Le voyage comprenait 150 km de pistes boueuses à parcourir sur un trajet de 4 heures depuis San-Pédro. Cette école communautaire regroupe des enfants de diverses communautés religieuses, ethniques et nationalités.

Road to the Binkadi community school
Unicef CIV/2021

"Ici, nous avons des communautés ivoiriennes, comme les ethnies Lobi, Baoulé, Tagbanan, et Senoufo, des communautés burkinabés, comme les Dagori et les Morés, et les Niagas, une communauté malienne", a expliqué M. Dembélé Moussa, président du comité de gestion de l'école, en accueillant la délégation. L'activité principale des habitants de cette région reculée de San-Pédro est la culture du cacao et des graines de palme. L'école Binkadi compte actuellement 103 élèves, dont 32 filles provenant des six villages environnants. Petit Korhogo, à 4 km, est le plus éloigné des villages environnants. Dioulabougou est à 3 km, Agbokro à 2 km, Sougalodougou, N'Guessankro et Moussadougou à 1 km.

Diarra Aminata fait partie de ce groupe. Elle a environ 12 ans et est en CE2. Nous ne connaissons pas vraiment son âge exact puisque ses parents n'ont pas encore établi son acte de naissance.

"Nous n'avons pas de latrines à l'école. Nous allons dans les buissons ou dans la maison quand nous en avons besoin. Nous sommes trois ou quatre à nous asseoir sur un banc et il est très difficile d'écrire et de suivre ce que dit le professeur. Nous avons appris que nous aurions une école comme en ville, avec des livres, des cahiers et des sacs. J'en rêve toutes les nuits et j'ai hâte d'y être."

Diarra Aminata
Diarra Aminata
Unicef CIV/2021

L'école communautaire de Binkadi compte quatre salles de classe et une maison d'enseignant, construites avec des matériaux temporaires, et une seule latrine traditionnelle utilisée par les enseignants et les élèves. Des puits domestiques situés à proximité servent de points d'eau pour les élèves. "Malgré ce manque d'équipements, douze des dix-sept élèves de CM2 qui se sont présentés à l'examen du CEPE (certificat d'études primaires) l'année dernière ont été admis et il y a également deux élèves de la première classe qui ont réussi le BAC D : une fille et un garçon. Je vous assure que ces résultats ont eu un écho. C'est une fierté pour moi en tant qu'enseignant et cela se ressent également dans la communauté. Les parents sont de plus en plus impliqués dans la gestion de l'école. Nous espérons faire mieux, mais lorsque la récolte n'est pas bonne, certains parents n'ont même pas les moyens de payer un seul cahier pour leurs enfants", a déclaré M. Laffi N'Kone, directeur de l'école.

Binkadi community school class room
Unicef CIV/2021

" Il y a six classes qui travaillent en tandem. Les classes de CP1 et CP2, CE1 et CE2, CM1 et CM2 sont regroupées car il n'y a que trois enseignants volontaires, dont M. Laffi, le directeur. Nous attendons beaucoup de ce projet."

Mr. Moussa Coulibaly, pedagogical supervisor

Bien que l'école figure sur la carte scolaire, elle n'a pas d'enseignants affectés par le gouvernement. Elle fonctionne grâce à l'implication de la communauté. "Avant que l'État ne nous envoie des enseignants, nous avons pris nos responsabilités en tant que parents et créé un comité de gestion de l'école. Nous avons accepté de contribuer chaque année à la gestion de l'école. Nous nous occupons des enseignants qui encadrent nos enfants ainsi que du matériel dont ils ont besoin pour l'école et les classes. Le groupe des femmes s'occupe de la nourriture", a déclaré M. Sawadogo Mamadou, le trésorier. La communauté a cédé un terrain d'un hectare pour la construction de l'école.           

Contribution UNICEF

L'amélioration des infrastructures ne suffit pas à garantir que chaque enfant reçoive une éducation de qualité. L'UNICEF développe une approche intégrée pour s'assurer que tous les éléments sont en place pour que les enfants restent à l'école et reçoivent une éducation de qualité. Outre la construction de nouvelles écoles et salles de classe, cela comprend les fournitures scolaires, les bureaux, les tableaux noirs, l'installation de toilettes et de lavabos, la formation des enseignants, l'engagement des parents, la création d'espaces ombragés dans les zones de loisirs et les activités de sensibilisation aux questions environnementales.

Grâce au projet d'infrastructures scolaires en briques plastiques recyclées, l'UNICEF soutient le plan du gouvernement de la Côte d'Ivoire relatif à la mise en œuvre de son plan sectoriel de l'éducation (ESP 2016-2025), qui vise à construire en moyenne au moins 3 000 salles de classe par an jusqu'en 2025 afin de parvenir à l'achèvement universel du cycle primaire.