Sougoumba, entre espoir et bien-être !

A Sikasso, l’impact de l’Assainissement Total Piloté par la communauté est désormais visible à l’oeil nu

Par Ismael Maiga
UNICEF Mali/2019/Keita

31 décembre 2019

Dans les zones rurales au Mali, les difficultés d’accès à l’eau potable et à l’assainissement demeurent de véritables goulots d’étranglement au bien-être des enfants et de la communauté. A Koutiala, une vingtaine de villages ont adhéré à une approche dite de l’Assainissement Total Piloté par la Communauté.

UNICEF Mali/2019/Keita

Salif Dembélé, 52 ans, est relais communautaire de Soungoumba. Ce père de famille de 12 enfants, à l’allure athlétique, mène cette activité depuis 14 ans. Désigné par la communauté, il apporte un appui appréciable au Centre de Santé Communautaire (CSCOM) du village. A longueur de journées, il sillonne le village, soit dans le cadre de la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants, soit pour le dépistage de la malnutrition, soit pour la sensibilisation sur la vaccination. Lors de ses visites, il n’oublie jamais d’insister sur l’importance de l’hygiène à domicile.


En effet, l’accès à de l’eau potable, la pratique du lavage des mains à l’eau propre et au savon et l’utilisation de latrines hygiéniques dans la communauté peuvent changer la vie des enfants et améliorer le bien-être des communautés. Au Mali, 1 enfant sur 10 n’atteint jamais son cinquième anniversaire. Nombre de ces enfants décèdent de causes pourtant évitables, telles que les diarrhées ou les infections respiratoires aigües. Les interventions en eau, hygiène et assainissement redoublent d’importance dans un tel contexte.


« Aujourd’hui des dispositifs de lavage des mains au savon se trouvent au sein de toutes les concessions familiales »


Le lavage des mains avec de l’eau propre et du savon peut réduire de presque 50% le risque de diarrhée qui peut causer la mort. Il contribue également à prévenir la propagation d'autres infections, comme les grippes saisonnières. Enfin, il a également un impact sur le statut nutritionnel de l’enfant : selon l’étude d’impact sur l’Assainissement total Piloté par la Communauté (ATPC) menée au Mali entre 2011-2015, dans les communautés adoptant les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement, il a été observé une réduction de 22 % des retards de croissance sévères chez les enfants de moins de 5 ans.

UNICEF Mali/2019/Keita

Servant d’interface entre le corps médical, le relais communautaire décline sa mission. « Je recueille des informations concernant la santé des communautés, pour les partager avec le CSCOM. Ensemble, nous menons des activités de sensibilisation, dans le domaine de la vaccination, de la nutrition, de l’hygiène et de l’assainissement. Je bénéficie de la confiance de la communauté et participe à la prise en charge des problèmes de santé. »


Salif Dembélé, qui entretient de très bonnes relations avec la population ne perd pas de vue les difficultés auxquels sont confrontés les relais. « Parler de défécation à l’air libre il y a quelques semaines encore était à la limite de l’indécence. Aujourd’hui des dispositifs de lavage des mains au savon, se trouvent au sein de toutes les concessions familiales à proximité des latrines. »

UNICEF Mali/2019/Keita

Conçus à base de matériels locaux ou de récupération, ces dispositifs sont correctement utilisés. Leur usage s’intègre parfaitement dans les habitudes familiales et sociales bien adaptées au contexte local. Korian et Siné sont deux enfants de la famille de Kadiata Sanogo, âgés respectivement de 15 et 13 ans. De retour de l’école, ils se dirigent directement vers le dispositif, pour laver leurs mains. Un geste qui procure à Salif Dembélé, en visite à domicile inopiné, un immense sourire.


« Les communautés ont été encouragées à recourir à leur créativité et aux moyens locaux pour éliminer la défécation à l’air libre »


Crescent Dabou, Administrateur en eau, hygiène et assainissement au bureau de l’UNICEF à Sikasso, explique : « En moins de 10 mois de mise en oeuvre de cette approche, ces communautés ont été encouragées à analyser elles-mêmes les failles et les risques de leur situation sanitaire et à recourir à leur créativité et aux moyens locaux pour éliminer la défécation à l’air libre. »


La mise en place des dispositifs lave-mains et la promotion des bonnes pratiques d’hygiène sont couplées à la construction de latrines, une autre pierre angulaire de l’approche ATPC. Des études récentes ont mis en évidence que l’utilisation des latrines réduit de 32% les risques de maladies. Une évidence corroborée par les données recueillies auprès du CSCOM, où une réduction nette d’admissions pour maladies dues à un manque d’eau ou d’assainissement a été constatée.

UNICEF Mali/2019/Keita

L’objectif du projet « Améliorer la survie de l’enfant » sur financement de l’USAID est d’améliorer la survie et le bien-être des enfants de moins de cinq ans au Mali, en particulier des plus vulnérables. Cet appui a permis la fourniture de kits, des interventions, la participation des communautés à travers l’ONG Jigi et des acteurs concernés dans une approche multisectorielle ciblant les enfants des régions ciblées de Sikasso, Ségou et Mopti.


De l’avis de Souleymane Berthé, maire de la commune de Koningué, l’ATPC est une belle approche de l’éveil de conscience, pour la prise en charge de l’hygiène, de la salubrité et de l’assainissement, et de l’auto responsabilisation des populations. « Des mesures incitatives suscitent l’émulation au sein de la commune avec l’instauration du concours « villages propres ». Présentement, l’eau, l’hygiène et l’assainissement occupent une place prépondérante dans le Plan de Développement Social, Economique de la commune. Pour entretenir cette flamme, nous avons implanté dans chacun de nos villages un monument commémoratif de la Fin de Défécation à l’Air Libre, avec l’emblème du caïman. »

UNICEF Mali/2019/Keita

Le recours à un animal totémique symbolise le pacte inviolable de ne jamais retomber dans les travers du passé. Cette dynamique communautaire a fait tache d’huile. Elle constitue l’espoir pour des enfants propres, assumant par avance leur devoir de génération pour perpétuer de bonnes pratiques d’hygiène.