Au milieu de l'insécurité en Haïti, une nouvelle recrudescence du choléra met 1,2 million d'enfants en danger

04 octobre 2022
Officier d'ACTED vérifiant le niveau de chlore dans l'eau commune.
UNICEF/2019/UN0714972/Meddeb
Officier d'ACTED vérifiant le niveau de chlore dans l'eau commune.

PORT-AU-PRINCE/NEW YORK, 4 octobre 2022 - La résurgence du choléra en Haïti en proie à la violence, après trois ans sans un seul cas signalé, menace le bien-être et la santé de 1,2 million d'enfants vivant dans la capitale haïtienne, Port-au- Prince, a averti l'UNICEF aujourd'hui.

Alors que le pays est aux prises avec des affrontements entre groupes armés et de violentes manifestations contre la hausse des prix, sept décès ont été signalés et cinq cas positifs sont confirmés. 60 autres cas suspects sont en cours d'investigation dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Médecins Sans Frontières (MSF) a également signalé récemment le décès d'un enfant de trois ans. Le choléra est une maladie d'origine hydrique qui provoque une diarrhée aiguë et peut être mortelle si elle n'est pas traitée dans les premières heures.

« Avec la montée de la violence et de l'insécurité, bon nombre des familles haïtiennes les plus pauvres n'ont d'autre choix que de boire et d'utiliser de l'eau insalubre », a déclaré Bruno Maes, Représentant de l'UNICEF en Haïti. « Les familles ne peuvent pas acheter du savon pour se laver les mains, les ordures ne sont pas ramassées dans les rues, les hôpitaux sont fermés ou incapables de fonctionner. Tous ces ingrédients ont fait d'Haïti une bombe à retardement pour le choléra. Maintenant, elle a explosé ».

La recrudescence du choléra survient alors que les troubles sociaux et la violence envahissent le pays, restreignant ou retardant la prestation des services de base, y compris dans les hôpitaux et par les installations d'approvisionnement en eau. En conséquence, 17 des 22 principales structures sanitaires risquent de fermer faute de carburant. 50 000 enfants et nouveau-nés pourraient ne pas recevoir de soins médicaux dans les semaines à venir. Et 7 000 victimes de violences sexuelles pourraient être laissées sans traitement d'ici la fin de l'année. De plus, les trois quarts des principaux hôpitaux d'Haïti ne fournissent pas de services réguliers en raison de la crise du carburant, de l'insécurité et des pillages.

Les enfants et les familles dans le besoin n'ont pas non plus accès aux fournitures humanitaires en raison de la violence. Les fournitures expédiées au port de Port-au-Prince ne sont pas distribuées à l'intérieur du pays car le port est contrôlé par des groupes armés. L'accès aux zones où des cas de choléra ont été confirmés ou sont suspectés, reste difficile en raison de l'insécurité, tandis que la crise du carburant complique davantage la réponse à la résurgence du choléra.

Selon les dernières données disponibles sur la malnutrition à Cité Soleil, qui a enregistré le premier cas de choléra dans le pays, un enfant de moins de cinq ans sur cinq souffre de malnutrition aiguë sévère ou modérée. En raison de la rareté des services de base à Cité Soleil, on craint que de nombreux enfants ne meurent de cette résurgence du choléra.

L'UNICEF a positionné un stock d'urgence pour appuyer le gouvernement d'Haïti à répondre à la résurgence du choléra :

  • 755 000 tablettes de purification d'eau pour desservir 15 000 personnes pendant 15 jours,
  • 28 230 pains de savon pour servir 14 000 personnes pendant un mois,
  • 20 réservoirs souples de 10 mètres cubes, 10 réservoirs souples de 5 mètres cubes et 30 réservoirs sont déjà mis à la disposition de la Direction nationale de l'eau potable et de l'assainissement (DINEPA).

Une commande de 80 fûts de chlore de 45 kg – 3 600 kg au total - a été passée pour aider la DINEPA à chlorer l'eau de Port-au-Prince, à désinfecter les ménages touchés et à approvisionner les centres de santé dans les zones affectées.

"Le choléra peut facilement se propager comme une traînée de poudre à travers Haïti si les gens continuent à n'avoir aucun accès ou un accès limité aux services de santé, d'eau et d'hygiène de base en raison de l'insécurité", déclare Maes. "Pour réduire les risques d'une épidémie majeure, notre préoccupation la plus urgente n'est pas seulement d'acheter et de livrer de l'eau potable, du chlore et du savon, mais de trouver des moyens d'atteindre les familles les plus pauvres dans les zones contrôlées par les gangs".

La réponse humanitaire de l'UNICEF en Haïti reste très sous-financée. À ce jour, seuls 20,2 % des fonds nécessaires ont été reçus pour fournir à deux millions de personnes un accès à l'eau potable, l'une des principales interventions visant à protéger les enfants contre les maladies mortelles d'origine hydrique et à prévenir la malnutrition.

Contacts presse

Ndiaga Seck
Chef de la Communication
UNICEF
Tél: +50937446199
Tél: +50928123076
Adresse électronique: nseck@unicef.org
Laurent Duvillier
UNICEF Amérique latine et Caraibes
Tél: + 507 6169 9886
Adresse électronique: lduvillier@unicef.org

Contenu multimédia

A rapid response team deployed to respond to a cholera suspect case in Lascahobas, Haiti
A rapid response team deployed to respond to a cholera suspect case in Lascahobas, Haiti

À propos de l'UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail pour les enfants, visitez : https://www.unicef.org/Haït/