Où nous travaillons

L’UNICEF est présente en Haïti depuis 1983. Aujourd’hui, elle a un bureau pays dans la capitale Port-au-Prince, avec une présence à Cap-Haïtien au nord et aux Cayes dans le sud du pays.

Où nous travaillons
Bradley Maxence

L’UNICEF au service des plus vulnérables en Haïti

Une Carte d'Haiti avec l'emplacement des bureaux de l'UNICEF
carte d'Haiti
L'UNICEF intervient dans tout le pays, mais possède des bureaux dans divers départements

Le programme  pays 2017-2021 de l’UNICEF Haïti cible les enfants exclus et les plus défavorisés afin d'assurer leur survie, leur développement, leur participation et leur protection. À cette fin, l’UNICEF se concentre sur les domaines de programmation et les zones géographiques où  convergent les besoins des enfants les plus démunis et plusieurs composantes de programme sectorielles. À l’appui du Plan stratégique pour le développement d’Haïti, le programme de pays appuie le Gouvernement à lever les principaux obstacles qui entravent la réalisation des droits de l’enfant.

Un examen du programme pays précèdent, axé sur les aspects sexo-spécifiques, a identifié des priorités et des stratégies pour réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour la période 2017-2021. Bien que l’égalité des sexes soit intégrée dans le programme pays, ses priorités incluent la violence sexiste dans les familles et les communautés, la prévention du VIH et l’autonomisation des adolescent(e)s et des jeunes.

L’UNICEF poursuivra ses efforts de coordination avec les parties prenantes nationales pour veiller à ce que les programmes et activités du gouvernement soient axés sur la parité hommes-femmes et l’équité. Étant donné que les multiples privations affectant les enfants les plus marginalisés ont souvent des barrières et des goulots d'étranglement communs, le programme adopte autant que possible une approche multisectorielle.

Le programme repose sur six approches qui se renforcent mutuellement :

(a) une plus grande importance accordée à la convergence multisectorielle dans les départements prioritaires, y compris plusieurs zones affectées par des catastrophes naturelles et le choléra, en particulier les communautés frontalières ;

(b) une approche intégrée et sensible à l'environnement au changement climatique, telle que la combinaison d'interventions en faveur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) et des efforts en faveur de l'élimination du choléra pour renforcer la continuité entre les activités humanitaires et les activités de développement ;

c) l’intégration des interventions contre le VIH / sida dans l’ensemble du programme ;

d) la prise en compte systématique de la problématique hommes-femmes et des programmes destinés aux adolescents, l’accent étant mis sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des enfants et sur la prévention du VIH ;

e) l'inclusion de l'atténuation des risques, de la préparation aux situations d'urgence et des interventions dans chaque composante du programme de pays ; 

f) une approche intégrée de la protection sociale et de la protection de l'enfance afin d'atteindre les enfants les plus exclus.

La coopération Sud-Sud et horizontale avec les pays d'Amérique latine et des Caraïbes et d'autres régions est encouragée, notamment en ce qui concerne la justice pour mineurs, la prévention de la violence, la désinstitutionalisation des enfants et l'enregistrement des naissances.

 

    UNICEF Haïti combat le changement climatique

    Dans chaque crise, les enfants sont les plus vulnérables. Le changement climatique ne fait pas exception. En octobre 2016, l'ouragan Matthew a frappé Haïti et perturbé la vie de plus de deux millions de personnes. Plus de 716 écoles et de nombreux autres établissements de santé et infrastructures d'assainissement ont été endommagés. 1,4 million de personnes en Haïti, dont 600 000 enfants, ont eu besoin d'une aide humanitaire. En 2018, une sécheresse sévère a laissé 2,3 millions de personnes aux prises avec l'insécurité alimentaire. Haïti étant de plus en plus exposée aux conséquences du changement climatique, il reste encore beaucoup à faire pour assurer l'avenir des enfants haïtiens.

    En Haïti, l’UNICEF a choisi d’utiliser l’énergie solaire pour renforcer la vaccination. De 2012 à 2018, les taux de vaccination de routine ont diminué de 44 pourcent à 41 pourcent. Les taux de mortalité infantile et maternelle en Haïti restent très élevés par rapport à d'autres pays des Caraïbes et d'Amérique latine. Au cours des cinq dernières années, sur 1 000 naissances vivantes, 59 enfants sont décédés avant leur premier anniversaire, dont 32 au premier mois de leur vie. En Haïti, l'accès aux services sociaux de base reste faible. Pour atteindre les communautés les plus vulnérables, l'UNICEF et ses partenaires soutiennent l'approche "Atteindre chaque district" dans 70 communes à faible couverture vaccinale et renforcent la chaîne du froid avec des énergies renouvelables pour garantir que les vaccins sont correctement stockés et manipulés. À ce jour, 351 réfrigérateurs solaires ont été distribués et installés dans tout le pays à cette fin.

    Le bureau de pays de l'UNICEF en Haïti a montré l'exemple en « verdissant le bleu ». Le bureau de l'UNICEF à Port-au-Prince est le premier bureau pays de l'UNICEF au monde à compter entièrement sur l'énergie solaire. En tant que contribution au mouvement mondial visant à accroître l'utilisation des énergies renouvelables et à lutter contre le changement climatique, l'équipe de l'UNICEF en Haïti a inauguré un système de panneaux solaires écoénergétiques à son siège à Port-au-Prince, en Haïti. L’utilisation de l’énergie solaire en Haiti contribue aux efforts mondiaux déployés par l'UNICEF pour lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 10 000 tonnes d'ici 2021. 

    Le projet solaire vise à réduire l’empreinte carbone de l’UNICEF Haïti. 221 tonnes de CO2 ont été émises chaque année, ce qui a eu un impact négatif considérable sur l'environnement. Grâce à l'énergie solaire utilisée depuis août 2018, le bureau de Port-au-Prince a réduit ses coûts d'électricité à zéro et a réduit ses coûts de carburant, de coûts de services publics et d'émissions de CO2 de 70 pourcent.

    Les panneaux photovoltaïques et solaires thermiques génèrent de l’électricité gratuite en transformant la lumière du soleil en électricité ou en transférant la chaleur du soleil aux systèmes de chauffage et de ventilation. L'utilisation de l'énergie solaire offre de nombreux avantages. L'énergie solaire est une énergie non polluante, propre, fiable et rentable.

    L'équipement solaire est conforme aux normes internationales en matière de gestion de qualité environnementale. En réduisant au silence les groupes électrogènes, il réduit également les dépenses opérationnelles de carburant diesel de 360 ​​barils par an, tout en réduisant les nuisances sonores qui affectent le personnel et les voisins.En plus de ce projet, des mesures générales ont été prises pour réduire l'empreinte carbone de l'UNICEF en Haïti pour Haïti. Un éclairage LED écoénergétique a été installé et le nombre d'imprimantes a été réduit de 40 pourcent, le bureau étant passé à un groupe électrogène diesel plus petit pendant les heures creuses et les week-ends afin de réduire la consommation de carburant et les émissions de gaz. Un audit énergétique a été réalisé pour évaluer les niveaux de consommation d'énergie actuels et accumulés.

    Le passage de l’électricité à l’énergie solaire était inclusif du début à la fin, l’association du personnel ayant participé à l’ensemble du processus pour défendre le droit du personnel de travailler dans un environnement plus sûr et plus propice au travail. Dans le but de renforcer l’intérêt des femmes pour la technologie solaire, le bureau d’Haiti a impliqué 15 étudiantes en technologie comme stagiaires au cours du processus de mise en œuvre du projet solaire, ce qui a entraîné un transfert de capacités techniques. En outre, le bureau a également banni le plastique ! Les gobelets et les bouteilles en plastique à usage unique sont interdits lors des réunions et le personnel est encouragé à utiliser des gobelets en papier et à porter ses propres bouteilles réutilisables.

    Compter avec la deuxième décennie

    En 2019, Haïti compte plus de 11 millions d’habitants (estimation World Population Review). Haïti est un pays très jeune avec plus de la moitié (environ 54 pourcent) de sa population âgée de moins de 25 ans et près de 31 pourcent ont entre 10-24 ans. L’UNICEF se focalise sur la Deuxième Décennie, les jeunes âgés de 10 à 19 ans afin de renforcer leur apprentissage et les préparer à l’employabilité.

    En lien avec le partenariat Generation Unlimited (Génération Sans Limites) qui regroupe les Nations Unies, les gouvernements et le secteur privé, l’UNICEF cherche à orienter sa programmation vers les adolescents et les jeunes, afin de renforcer l’employabilité qui est en lien direct avec l’accès à l’éducation secondaire, à l’éducation non-formelle, à la formation, aux stages, ainsi qu’à la citoyenneté, au développement de projets, etc. A travers des approches comme Generation Unlimited Youth Challenge, Concausa ou Upshift, des projets qui peuvent renforcer la résilience des jeunes, celle d’une communauté ou qui contribueront à faire avancer les droits des enfants car en lien avec la sante, l’éducation, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la protection et la nutrition, etc. ou des projets d’innovation technologique ou sociale visant à réduire les effets du changement climatique seront développés. Le processus de montage de projets encouragera l’entreprenariat chez les jeunes.

     

      Les jeunes acteurs de changement

      Les adolescents et les jeunes, de par leur dynamisme, sont un atout majeur pour conduire une transformation profonde au sein de leurs communautés, en lien notamment à l’adoption de bonnes pratiques (sanitaires, nutritionnelles, scolaires, vaccinales, d’assainissement, etc).  Ils pourront embarquer d’autres jeunes (en paire-éducation) et en faire des acteurs de changement. Pour y parvenir, les acteurs seront renforcés en genre, en bonne pratiques de masculinité et de féminité positives, en équité et inclusion (y compris pour les personnes vivant avec handicap et les plus vulnérables) mais aussi et surtout en redevabilité et bonne gouvernance, afin qu’aucun bénéficiaire légitime ne soit laissé pour compte.

      Les jeunes arriveront à :

      • Faire entendre la voix des adolescents et des jeunes sur les fléaux qui les accablent et leur permettre de participer aux solutions
      • S’assurer que les adolescents et les jeunes préviennent les comportements à risque en lien avec le VIH SIDA et utilisent de plus en plus les services de santé
      • Plaider pour une éducation secondaire de qualité qui aidera les jeunes à déployer leur plein potentiel
      • Donner aux adolescents et aux jeunes les moyens de jouer un rôle positif dans leur société et les préparer à l’employabilité à l’horizon 2030
      • Donner les mêmes chances aux adolescentes et aux adolescents, aux jeunes filles et aux jeunes garçons