Mariame Sidibé, Mère de Moussa Keita, victime de polio s’implique dans la lutte à Mandiana

Ménagère et mariée à un homme polygame, Mariama Sidibé a neuf enfants. Son neuvième enfant Moussa Diallo a 3 ans et est atteint de la poliomyélite

Aboubacar Sidiki Diallo
Mariame Sidibé, Mère de Moussa Keita, victime de polio
UNICEF Guinee/ASDiallo
14 octobre 2020

Alors que la région africaine de l’OMS a déclaré l’éradication du poliovirus sauvage, certains pays font face à une propagation croissante de poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2). Les cas de poliovirus circulants dérivés d’une souche vaccinale (PVDVc) sont rares et se produisent au sein d’une population sous-immunisée. En Guinée, les régions les plus touchées par ce type de poliovirus sont Kankan, Faranah, Nzérékoré, Kindia et Conakry avec un total de 29 cas.

Mariama Sidibé habite au quartier Odiala dans la commune urbaine de Mandiana qui est une subdivision administrative de la région de Kankan, frontalière à la Côte d’Ivoire et au Mali. Avec une superficie de 12 300 km2 et une population estimée à 400.000 habitants, Mandiana totalise 7 cas de poliovirus.

Ménagère et mariée à un homme polygame, Mariama Sidibé a neuf enfants. Son neuvième enfant Moussa Diallo a 3 ans et est atteint de la poliomyélite. Sa vie bascule !

« Après la naissance de Moussa, il se portait bien, mais au fur et à mesure qu’il grandissait son état de santé se détériorait. Un jour il avait le corps chaud, je l’ai lavé avec les médicaments traditionnels et le lendemain j’ai constaté qu’il ne pouvait pas faire usage de son pied droit. Cela m’a beaucoup inquiété », témoigne Mariama Sidibé, mère de Moussa Diallo.

Moussa est paralysé à vie. Maintenant il est tout temps collé à moi et je ne peux plus vaquer à mes occupations quotidiennes comme avant

Mariama Sidibé
Moussa Diallo 3 ans
UNICEF Guinee/ASDiallo
Moussa Diallo 3 ans

Le lendemain matin le médecin du centre de santé de Mandiana recommanda à Mariame Sidibé et à son mari Djoumé Diallo, d’évacuer d’urgence le petit Moussa à l’hôpital régional de Kankan pour des analyses médicales. « Mon mari et moi sommes arrivés très tôt à Kankan. Après les différentes analyses, les résultats ont révélé que mon fils a la poliomyélite. Moussa est paralysé à vie », renchérit Mariama Sidibé d’un ton désespéré.

La poliomyélite est une maladie infectieuse et invalidante qui se caractérise par une paralysie d’un membre de la personne atteinte.

Mariama Sidibé accepte malgré tout le sort de son fils Moussa, consciente désormais qu'elle devra davantage lui consacrer du temps et ce, pendant plusieurs années encore.
En cette période de crise dû à la pandémie de la covid-19, Mariama et son mari Djoumé ont presque tout dépensé pour la santé de leur enfant qui désormais n’arrive plus à se tenir debout, seul. « Mon mari et moi avons tout vendu, bétail, réserves de riz, etc. pour faire face à la maladie de Moussa. Maintenant il est tout temps collé à moi et je ne peux plus vaquer à mes occupations quotidiennes comme avant » ajoute Mariama.

Aujourd’hui Mariama Sidibé se réjouit du lancement de la campagne de vaccination contre le poliovirus dans la préfecture de Mandiana. Elle s’est engagée à accompagner les autorités sanitaires pour la mobilisation communautaire. « Cette maladie est très dangereuse, je me porte volontaire dans mon quartier ici à Odiala pour lancer un appel pressant à tous les parents afin qu’il fasse vacciner leurs enfants, car je ne leur souhaite pas le même sort que mon fils Moussa » jure Mariama.

L’UNICEF attache du prix à l’éradication définitive de la poliomyélite en Guinée, c’est pourquoi l’organisation appuie le Ministère de la Santé à travers le programme élargi de vaccination, pour que les enfants puissent réaliser leurs pleins potentiels dans un monde sans poliovirus d’ici l’horizon 2030.