La Guinée et ses partenaires célèbrent la journée mondiale de la prématurité

Présidée par le Ministère de la santé, cette célébration a été une occasion de passer en revue des actions posées en faveur de l'amélioration de l'accès aux soins de santé pour les enfants prématurés et leurs mamans.

Saa Momory KOUNDOUNO
Photo de famille au terme de la célébration de la journée mondiale de la prématurité
Saa Momory KOUNDOUNO
01 décembre 2020

Ce sont 15 millions de bébés prématurés qui naissent chaque année, ce qui représente plus d’un bébé sur dix, mais hélas, près d’un million de ces enfants décèdent en raison des complications liées à la prématurité. Et ceux qui survivent, souffrent d’une incapacité à vie, notamment en matière d’apprentissage et de troubles visuels et auditifs, rapportent les spécialistes. 
C’est dans ce contexte que la journée mondiale de la prématurité a été célébrée en Guinée sous le thème : « la prématurité, une question majeure de santé publique et de recherche ». 12è au niveau mondial et 4è au niveau national, elle a été célébrée à l’Institut de Nutrition et de Santé pour Enfants (INSE), un institut de référence nationale de néonatologie. Cette cérémonie qui a connu la participation des partenaires techniques et financiers comme l’UNICEF, l’OMS, la Banque Mondiale et les acteurs de la société civile guinéenne a été présidée par le Ministère de la santé.

Les parents d'enfants prématurés venus assister à la célébration de la journée mondiale de la prématurité
Saa Momory KOUNDOUNO
Les parents d'enfants prématurés venus assister à la célébration de la journée mondiale de la prématurité
Les officiels venus présider la cérémonie de célébration de la journée mondiale de la prématurité
Saa Momory KOUNDOUNO
Les officiels venus présider la cérémonie de célébration de la journée mondiale de la prématurité

Le moment était ainsi opportun pour les autorités sanitaires de la Guinée et leurs partenaires de jeter un regard rétrospectif sur la situation des enfants prématurément nés et leurs mamans. Selon Dr Ibrahima Sory Diallo, Directeur Général de l’INSE, en Guinée, le taux d’accouchement prématuré est de 14 pour 1000 naissances vivantes et 26% de complications liées à la prématurité. Il précise pour rappel que : « De 2017 à 2019, il a été enregistré 40602 accouchements dans les 9 maternités abritant les unités de corticothérapie anténatale soins maternels kangourou, dont 1665 faibles poids de naissance pris en charge avec 73 décès ».

Dr Ibrahima Sory DIALLO, Directeur général de l’Institut de Nutrition et de Santé pour Enfants (INSE) de Donka.
Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Ibrahima Sory DIALLO, Directeur général de l’Institut de Nutrition et de Santé pour Enfants (INSE) de Donka.

Faisant un tour d’horizon des efforts consentis par le Ministère de la santé dans le cadre de l’amélioration des conditions sanitaires des prématurés, Dr Bachir Kanté, Conseiller chargé de mission au Ministère de la santé et représentant le Ministre dira que « Les défis sont nombreux certes, mais non insurmontables. Au sein du Ministère de la santé, cela se concrétise par l’inscription de la santé maternelle et néonatale en priorité absolue. De nombreuses formations en soins obstétricaux d’urgence ont été données sur toute l’étendue du territoire national. Les unités de prise en charge des prématurés sont passées de 9 à 17 en une année ».

Dr Bachir Kanté, le chargé de Mission au Ministère de la santé représentant le Ministre de la santé
Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Bachir Kanté, le chargé de Mission au Ministère de la santé représentant le Ministre de la santé

Prenant la parole, Dr kadiatou Balde, HIV Specialist, a,  au nom du Représentant de l’UNICEF déclaré que « L’UNICEF sur la base de son mandat et des recommandations de l’OMS aux pays, s’est engagé à accompagner le Ministère de la santé dans l’amélioration de la qualité des soins prodigués à la mère et au nouveau-né, aux enfants et adolescents/ jeunes, avec un accent particulier sur la qualité des soins néonatals et postnatals immédiats, la vaccination, la prévention et le traitement des infections, les soins aux prématurés et aux enfants de faible poids de naissance et la nutrition. L’UNICEF réitère son engagement dans la réduction des inégalités conformément aux principes de la couverture sanitaire universelle, de promouvoir l’engagement des mères, des familles et des communautés et de leur donner les moyens d’accéder à des soins de qualité pour les mères et les nouveau-nés, et même d’exiger de tels soins ».

Dr Kadatou HIV specialist représentant le Représentante adjointe de l'UNICEF à cette célébration
Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Kadatou HIV specialist représentant le Représentante adjointe de l'UNICEF à cette célébration

C'est dans le cadre de cet engagement envers la santé néonatale et la prise en charge des prématurés et des nouveau- nés avec faible poids de naissance, que l’UNICEF a appuyé la création et le fonctionnement de 265 coins du nouveau-né, de 17 unités de néonatologie et de 8 unités de corticothérapie anténatale et 17 unités de soins maternels kangourou ainsi que leur fonctionnement avec l’énergie solaire.