VIH et Sida

L’objectif de l’UNICEF pour une génération sans sida : faire en sorte que tous les enfants et leur famille sont protégés du VIH et vivent sans sida.

Maria, chez elle avec Joyous, 6 ans, et Eliza, 2 ans.
UNICEF/UN063446/Schermbrucker


Le Malawi a été l’un des premiers pays à fournir un traitement à vie aux femmes enceintes et allaitantes vivant avec le VIH, réduisant ainsi le risque de transmission du virus à leurs enfants. Maria a bénéficié de ce traitement, ce qui a permis à ses deux enfants de naître séronégatifs. Aujourd’hui, en tant que mère mentor, elle fait profiter d’autres femmes de son expérience pour les inciter à commencer un traitement et à protéger leurs enfants du VIH. Découvrir l’histoire de Maria dans son intégralité


 

Le défi

Nous nous rapprochons de l’objectif d’une génération sans sida pour chaque enfant et chaque jeune, mais il reste encore du chemin à parcourir en raison des avancées sont inégales d’une région et d’une population à l’autre.

L’épidémie de VIH continue d’avoir des conséquences disproportionnées sur les enfants. À peine plus de la moitié des enfants de moins de 15 ans vivant avec le VIH reçoivent un traitement ; pour les enfants de ce groupe d’âge, le risque de décès lié au sida est donc très élevé. S’ils ne reçoivent pas un traitement rapidement après leur naissance, un tiers des enfants porteurs du virus mourra avant l’âge de 1 an, et la moitié avant l’âge de 2 ans. La couverture du traitement chez les adolescents est tout aussi préoccupante. Dans les 40 pays où des données sont disponibles, environ 43 % des adolescents âgés de 10 à 19 ans vivant avec le VIH ont reçu un traitement antirétroviral en 2017. Pour survivre, ces enfants et adolescents doivent être dépistés et recevoir un traitement de toute urgence.

En 2017, on comptait 1,8 million d’adolescents âgés de 10 à 19 ans vivant avec le VIH. On estime que les nouveaux cas d’infection chez les adolescents devraient diminuer de 29 % entre 2018 et 2030, ce qui n’est pas suffisant pour atteindre les cibles mondiales. L’accroissement rapide de la population dans de nombreux pays à revenu faible et intermédiaire a entraîné une hausse du nombre d’adolescents et de jeunes adultes. Compte tenu de cette évolution démographique et des faibles progrès de la prévention du VIH chez les jeunes, il semble que l’épidémie soit loin d’être enrayée. Les prévisions suggèrent que, au vu du taux actuel d’incidence du VIH, le nombre de nouvelles infections chez les adolescents pourrait s’élever à 2 millions entre 2018 et 2030 si nous ne redoublons pas d’efforts et n’accélérons pas les investissements.


Lire le dernier rapport de l'UNICEF 

Enfants, VIH et sida : Le monde en 2030


La situation est particulièrement alarmante pour les adolescentes ainsi que pour les adolescents qui font partie de populations clés. En 2017, à l’échelle mondiale, une adolescente (âgée de 15 à 19 ans) a été infectée toutes les trois minutes. Chez les 15-19 ans, deux nouveaux cas d’infection sur trois concernent des adolescentes. Les adolescents, et plus particulièrement les adolescentes et les jeunes faisant partie de populations clés, sont généralement les groupes qui risquent le plus de contracter le virus. Ce sont également ceux qui sont les moins susceptibles d’accéder aux traitements. Les populations clés incluent les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les consommateurs de drogues injectables, les jeunes victimes d'abus sexuels, les professionnels du sexe et les jeunes s’identifiant comme LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes).


 

Le programme de lutte contre le VIH/sida de l’UNICEF en bref :

Pour que les enfants puissent réaliser pleinement leur potentiel, ils doivent naître sans maladies évitables et rester en bonne santé. L’évolution du VIH vers le sida reste une cause importante de mortalité chez les enfants, en particulier en Afrique subsaharienne, et chez les adolescents dans le monde entier.

L’UNICEF s’efforce d’atteindre les objectifs suivants :

  • éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant 
  • combler les lacunes en matière de traitement du VIH, en permettant à davantage d’enfants et d’adolescents porteurs du virus de bénéficier d’un traitement efficace ;
  • prévenir le VIH chez les adolescents.
Une femme porte son enfant dans ses bras

Queen Ndlovu, 34 ans, participe à un programme sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant à Chiawelo, en Afrique du Sud. Elle a donné naissance à Neo, dont les deux tests de dépistage se sont révélés négatifs.

Un enfant debout, a dans sa main deux comprimés

Longezo, 3 ans, séropositif, vit dans le village de Nkhuloawe au Malawi. Il prend son traitement tous les jours. C’est la visite de Bizwick, agent de santé, qui lui a sauvé la vie.

Des jeunes jouent à un jeu de connaissances sur le VIH lors d’un événement visant à promouvoir la santé sexuelle et procréative chez les adolescents

Des jeunes jouent à un jeu de connaissances sur le VIH lors d’un événement visant à promouvoir la santé sexuelle et procréative chez les adolescents. Cet événement a été financé par le Centre chinois d’éducation à la santé et soutenu par l’UNICEF.

Solution

L’action de l’UNICEF contre le VIH cible les femmes enceintes, les mères, les nourrissons, les enfants et les adolescents vivant avec le VIH, exposés au virus ou risquant de le contracter.

L’UNICEF aide les gouvernements et les communautés à réduire les inégalités d’accès aux services liés au VIH et à prendre des mesures à l’égard des facteurs sous-jacents du genre, de l’âge et de la pauvreté qui rendent les personnes vulnérables au VIH. L’UNICEF aide les gouvernements à fournir des services qui empêchent la transmission du virus de la mère à l’enfant, qui favorisent le dépistage précoce chez les nourrissons, et qui permettent de fournir un traitement et des soins aux enfants porteurs du virus, ainsi que de prévenir les nouvelles infections à VIH chez les adolescents.

Pour y parvenir, l’UNICEF définit des priorités, établit des actions précises en fonction des pays, et intègre la prévention et le traitement de l’infection à VIH aux services de santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, ainsi qu’aux services de nutrition et de développement de la petite enfance. Par ailleurs, le Fonds renforce les partenariats et les met à profit pour accroître la portée et l’impact de son action sur le terrain. En outre, l’UNICEF joue le rôle de chef de file en matière d’innovation et de savoir en vue de favoriser la diffusion de données sur les enfants et le sida. L’objectif est d’élaborer des politiques et des programmes et de renforcer les systèmes de données, en vue de cartographier efficacement la trajectoire de l’épidémie de VIH, de se focaliser sur les lacunes des interventions et de lutter contre les déterminants sociaux du VIH.

Siphiwe suivait un traitement antirétroviral à vie quand elle est tombée enceinte de sa fille, Lundiwe.
UNICEF/UNI182445/Schermbrucker
Siphiwe suivait un traitement antirétroviral à vie quand elle est tombée enceinte de sa fille, Lundiwe. Elle avait perdu tous ses autres enfants peu après leur naissance. Siphiwe pense qu’ils sont décédés d’une maladie liée au sida, mais à l’époque, elle ne connaissait pas son statut sérologique et n’avait jamais fait faire de test de dépistage à ses enfants. Lundiwe a fait un test de dépistage qui s’est révélé négatif, à la grande joie de sa mère. C’est aujourd’hui un bébé en parfaite santé.

L’accès accru des femmes enceintes et allaitantes aux traitements à vie a permis de réduire de manière significative le nombre d’infections à VIH chez les enfants. Depuis l'année 2000, le nombre d'enfants âgés de 10 à 19 ans nouvellement infectés au VIH a diminué de 49 % et 1,8 million de nouvelles infections chez les enfants de moins de 5 ans ont été évitées. 

L’Initiative pour l’optimisation de l’accès aux services de traitement antirétroviral du VIH (OHTA), financée par la Suède et la Norvège, a appuyé le développement de l’offre de traitements antirétroviraux à vie pour les femmes enceintes et allaitantes porteuses du virus en Côte d’Ivoire, au Malawi, en Ouganda et en République démocratique du Congo. Grâce au développement du soutien entre pairs et de modèles axés sur la communauté, l’initiative OHTA a aidé des femmes vivant avec le VIH à commencer immédiatement un traitement antirétroviral, à bien prendre leurs médicaments et à poursuivre les soins. L’initiative OHTA a atteint dans quatre pays plus de 220 000 femmes enceintes et allaitantes vivant avec le VIH et suivant un traitement.

L’UNICEF fournit une assistance technique aux gouvernements pour renforcer les services pédiatriques de lutte contre le VIH et intensifier le dépistage du VIH chez les nourrissons grâce à des techniques innovantes de diagnostic sur le lieu de soins. L’UNICEF, l’Initiative Clinton pour l’accès à la santé (CHAI) et la Société africaine pour la médecine de laboratoire (ASLM), avec le soutien et le financement d’UNITAID, s’efforcent d’accélérer l’accès aux techniques de dépistage du VIH sur le lieu de soins dans les programmes nationaux de dépistage de dix pays : le Cameroun, l’Éthiopie, le Kenya, le Malawi, le Mozambique, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, la République-Unie de Tanzanie, le Sénégal et le Zimbabwe. Les techniques de dépistage du VIH sur le lieu de soins permettent d’obtenir des résultats plus vite que dans les laboratoires conventionnels. Grâce à ces techniques, les nourrissons porteurs du virus peuvent commencer un traitement plus tôt, ce qui contribue à réduire la mortalité au cours des premiers mois de leur vie.  Plus d’informations sur ce projet


 

Pourquoi ces efforts sont-ils nécessaires ?

Pour prévenir de nouveaux cas d’infection

Les nouveaux cas d’infection à VIH chez les adolescents devraient baisser de seulement 29 % d’ici à 2030 si nous ne redoublons pas d’efforts et n’accélérons pas les investissements.

Si la tendance actuelle se maintient, 1,2 million d’enfants et d’adolescents mourront du VIH/sida entre 2018 et 2030, et presque 68 % d’entre eux seront des enfants de moins de 10 ans.

Pour soigner les enfants avant qu’il soit trop tard

Par rapport aux autres groupes d’âge, les enfants de 0 à 4 ans vivant avec le VIH sont ceux qui risquent le plus de mourir d’une cause liée au sida. Bien souvent, le statut sérologique des jeunes enfants est connu trop tard et ils ne reçoivent pas de traitement à temps.

Pour réduire les disparités entre les sexes

En 2017, en Afrique subsaharienne, les adolescentes ont été presque trois fois plus infectées par le VIH que les adolescents (jeunes âgés de 15 à 19 ans).

Ressources

Enfants, VIH et sida : Le monde en 2030

Quelque 360 000 adolescents mourront de maladies liées au sida entre 2018 et 2030, selon les prévisions actuelles. Cela signifie que chaque jour, 76 adolescents mourront des suites du sida si l’on n’investit pas davantage dans les programmes de prévention, de dépistage et de traitement du VIH. 


Les enfants et le sida : mise à jour statistique 2017

Bien que des progrès aient été accomplis dans la prévention des infections au VIH chez les enfants, une analyse des données d’ONUSIDA réalisée par l’UNICEF révèle que, si nous ne redoublons pas d’efforts, les objectifs fixés par l’initiative Accélérer la riposte d’ici à 2020, à savoir enrayer la transmission du VIH aux enfants, limiter les nouveaux cas d’infection chez les adolescentes et les jeunes femmes et intensifier le traitement des enfants et des adolescents porteurs du virus, ne seront pas atteints.


UNICEF : S’efforcer de mettre fin au sida pour chaque enfant

L’UNICEF adapte son action en matière de lutte contre le VIH chez les enfants et les adolescents afin de faire face aux défis actuels, tout en continuant d’appliquer ses principes fondateurs d’équité et de respect des droits fondamentaux. La lutte contre le VIH est une priorité transversale implicite de plusieurs ODD, y compris la santé (ODD 3), l’éradication de la pauvreté (ODD 1), l’éducation (ODD 4), l’égalité entre les sexes (ODD 5) et la réduction des inégalités (ODD 10). Dans son Plan stratégique 2018-2021, l’UNICEF s’est fixé les objectifs suivants : finir d’éliminer la transmission de la mère à l’enfant ; trouver les moyens de prévenir le VIH chez les adolescents et les jeunes femmes ; et faire en sorte que les enfants et les adolescents reçoivent un traitement à temps et qu’ils poursuivent leurs soins.


Accélérer la cadence : vers une génération sans sida en Afrique de l’Ouest et du Centre

L’Afrique de l’Ouest et du Centre est l’une des régions du monde où les enfants et les adolescents sont les plus touchés par le VIH. Pourtant, du fait de son taux de prévalence du virus relativement bas, l’épidémie a reçu une moindre attention que dans d’autres régions. Ce rapport dresse un état des lieux des progrès et des lacunes en matière de lutte contre le VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre, présente une analyse des difficultés qui entravent la progression et met en lumière les différentes orientations stratégiques qui pourraient permettre d’atteindre les objectifs fixés par le cadre des « Three Frees » visant à éradiquer le sida chez les enfants, les adolescents et les jeunes femmes d’ici à 2020.

 


Pour chaque enfant, mettre fin au sida : septième bilan de situation sur les enfants et le sida.

Ces dernières années, le nombre de personnes ayant accès à des médicaments d’importance vitale s’est fortement multiplié ; pourtant, les enfants et les adolescents n’ont pas bénéficié de la même manière du déploiement à grande échelle des traitements. Les progrès accomplis pour enrayer l’épidémie de VIH sont variables entre les pays, et certains enfants n’en ont pas profité. Ce rapport met en exergue les défis restants en ce qui concerne les enfants et le sida à chaque étape de la vie, et propose des stratégies pour maîtriser l’épidémie.


Faire face à l’épidémie de VIH chez les enfants et les adolescents, les femmes enceintes et les mères : intervention mondiale 2018-2021 de l’UNICEF contre le VIH.

L’UNICEF se trouve depuis longtemps au cœur des efforts de la communauté internationale pour une éradication rapide et irréversible de l’épidémie de VIH. Dans le cadre de son Plan stratégique 2018-2021, l’UNICEF continuera de faire coïncider ses engagements en matière de VIH avec les objectifs, les cibles et les cadres mondiaux. Ce document relatif à l’intervention mondiale 2018–2021 de l’UNICEF contre le VIH décrit les approches diverses qui seront appliquées pour adapter les stratégies aux différents contextes épidémiologiques, politiques et socioculturels dans lesquels l’organisation opère.


Renforcer les liens entre communautés et établissements de soins pour le passage à échelle du traitement à vie des femmes enceintes et allaitantes vivant avec le VIH : cadre conceptuel, recueil de pratiques prometteuses et considérations opérationnelles majeures

Cette étude a été commandée par l’Initiative pour l’optimisation de l’accès aux services de traitement antirétroviral du VIH (OHTA) ; elle examine la documentation et l’expérience acquise à travers les programmes sur la participation communautaire et le renforcement des liens entre communautés et établissements de soins pour les programmes de prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME), en vue d’encourager avec succès la mise en place de services de PTME et la poursuite du traitement antirétroviral à vie chez les femmes durant la grossesse et la période d’allaitement. Elle présente également des considérations opérationnelles pour que ces éléments puissent trouver une application pratique en vue d’orienter la stratégie des programmes et leur mise en œuvre.


Dépistage du VIH sur le lieu des soins : des résultats plus rapides pour un traitement précoce et plus efficace

Ce document technique présente le projet visant à accélérer l’accès aux techniques innovantes de dépistage du VIH sur le lieu de soins ainsi que leur intégration dans les programmes nationaux de dépistage, mis en œuvre dans dix pays par l’UNICEF en partenariat avec l’Initiative Clinton pour l’accès à la santé (CHAI) et la Société africaine pour la médecine de laboratoire (ASLM), avec le soutien et le financement d’UNITAID. Les techniques de dépistage du VIH sur le lieu de soins permettent d’obtenir des résultats plus vite que dans les laboratoires conventionnels. Grâce à ces techniques, les nourrissons porteurs du virus peuvent commencer un traitement plus tôt, ce qui contribue à réduire la mortalité au cours des premiers mois de leur vie.  


Tous unis avec All In pour mettre fin à l’épidémie de sida chez les adolescents : état des lieux

Ce rapport de l’initiative All In met en exergue les contributions significatives des nombreux partenaires en faveur de la recherche, des innovations, de la participation communautaire, des programmes et des mesures politiques visant à mettre fin à l’épidémie de sida chez les adolescents.


 

Rester en contact

Rester en contact avec l’équipe VIH de l’UNICEF