À l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, l’UNICEF prévient que la COVID-19 menace d’anéantir des décennies de progrès

Fiche d'information

03 février 2022
One of  many young girls at a rescue center in Uganda who are fleeing forced marriages and female genital mutilation.
UNICEF/UN0421356/Abdul
Une, des nombreuses jeunes filles prises en charge dans un centre de secours en Ouganda qui fuient les mariages forcés et les mutilations génitales féminines.

NEW YORK, le 3 février 2022 – Des millions de filles sont exposées à un risque accru de mutilations génitales féminines en raison de la pandémie de COVID-19. Avec la fermeture des écoles, les confinements et la perturbation des services visant à protéger les filles contre cette pratique nocive, deux millions de victimes supplémentaires risquent d’être recensées au cours de la prochaine décennie.

« Nous perdons du terrain dans notre lutte pour mettre fin aux mutilations génitales féminines et ce recul a des conséquences dévastatrices pour des millions de filles dans les régions où cette pratique est extrêmement répandue », déclare Nankali Maksud, conseillère principale de l’UNICEF chargée de la prévention des pratiques nocives. « Les filles qui n’ont pas accès aux services vitaux, aux écoles et aux réseaux de la communauté sont exposées à un risque considérablement plus élevé de mutilations génitales féminines, ce qui met en péril leur santé, leur éducation et leur avenir. À l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines et alors que nous nous apprêtons à clore une deuxième année de pandémie, nous devons renouveler notre engagement à mener une action concertée et financée de manière adéquate afin de regagner du terrain et de mettre fin à cette pratique dans chaque pays. »

Les mutilations génitales féminines constituent une violation des droits des filles et peuvent provoquer de graves complications de santé, voire des décès. Les filles victimes de cette pratique sont exposées à un risque accru de mariage précoce et de décrochage scolaire, une situation qui menace leur capacité à bâtir un avenir meilleur pour elles-mêmes, mais aussi pour leur famille et leur communauté.

Selon les dernières données disponibles :

  • Au moins 200 millions de filles et de femmes actuellement en vie ont subi des mutilations génitales. Il pourrait y avoir deux millions de victimes supplémentaires d’ici à 2030 à cause de la COVID-19, ce qui représenterait une baisse de 33 % des progrès accomplis pour mettre fin à cette pratique nocive.
  • Une tendance alarmante se dessine. Près d’une fille ou d’une femme victime de cette pratique sur quatre, soit 52 millions de femmes dans le monde, a été mutilée par un professionnel de santé. Cette proportion est deux fois plus élevée chez les adolescentes, ce qui indique que la pratique fait l’objet d’une médicalisation croissante.
  • Sur 31 pays disposant de données sur les mutilations génitales féminines, 15 pays sont déjà aux prises avec un conflit et une hausse de la pauvreté et des inégalités, ce qui crée une crise à l’intérieur de la crise pour les filles les plus vulnérables et les plus marginalisées du monde.
  • Dans certains pays, les mutilations génitales féminines constituent encore une pratique quasiment systématique : elles concernent 90 % des filles à Djibouti, en Guinée, au Mali et en Somalie.
  • Dans près de la moitié des pays, les mutilations génitales féminines sont pratiquées de plus en plus tôt, ce qui réduit la fenêtre pour agir. Par exemple, au Kenya, l’âge moyen des victimes est passé de 12 à 9 ans au cours des trois dernières décennies.
  • Des progrès peuvent être accomplis. Le risque pour les filles d’aujourd’hui d’être victimes de cette pratique a baissé d’un tiers par rapport à celui que les filles couraient il y a trois décennies. Cependant, nous devons progresser au moins 10 fois plus vite pour réaliser l’objectif mondial visant à éradiquer cette pratique d’ici à 2030. La survenue de crises simultanées, telles que la COVID-19, l’augmentation de la pauvreté, les inégalités et les conflits, expose des millions de filles à un risque accru de mutilation.
  • Au cours des deux dernières décennies, la proportion de filles et de femmes opposées à cette pratique dans les pays enregistrant une prévalence élevée a doublé.
  • Il est essentiel de garantir l’accès des filles à l’éducation, aux soins de santé et à l’emploi pour accélérer l’élimination des mutilations génitales féminines et permettre aux filles de contribuer à un développement social et économique équitable.

###

Notes aux rédactions

En 2012, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de célébrer la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines le 6 février, dans le but d’amplifier et d’orienter les efforts visant à éliminer cette pratique.

Le Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur les mutilations génitales féminines s’efforce d’éradiquer cette pratique en intervenant dans 17 pays dans lesquels ces mutilations sont prévalentes. En donnant aux filles et aux femmes des possibilités d’exercer leurs droits en matière de santé, d’éducation, de revenus et d’égalité, ce programme vise à mettre fin aux déséquilibres de pouvoir sous-tendant cette pratique nocive.

Contacts presse

Helen Wylie
UNICEF New York
Tél: +1 917 244 2215
Adresse électronique: hwylie@unicef.org

Contenu multimédia

Mekiya (à  droite), 11 ans, a été sauvée de MGF grâce à l'aide de son amie Magfira (à gauche).
Mekiya (à droite), 11 ans, a été sauvée de MGF grâce à l'aide de son amie Magfira (à gauche).

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez-nous sur TwitterFacebookInstagram et YouTube.