COVID-19 : L’intensification des mesures de confinement expose les enfants à un risque accru de violence, de négligence et d’exploitation

De nouvelles orientations techniques ont été publiées pour aider les autorités à renforcer les mesures de protection des enfants lors de la pandémie

20 mars 2020

Téléchargez le document technique sur la protection des enfants pendant la pandémie de maladie à coronavirus : https://uni.cf/2WydpEk 

NEW YORK, le 20 mars 2020 – Des centaines de millions d’enfants à travers le monde verront probablement leur sécurité et leur bien-être de plus en plus menacés, et seront notamment victimes de mauvais traitements, de violence liée au genre, d’exploitation et d’exclusion sociale, ou seront séparés des personnes qui s’occupent d’eux en raison des mesures prises pour endiguer la pandémie de COVID-19. L’UNICEF exhorte les gouvernements à garantir la sécurité et le bien-être des enfants face aux répercussions socioéconomiques de plus en plus importantes de la maladie. L’organisation, avec ses partenaires de l’Alliance pour la protection de l’enfance dans l’action humanitaire, a publié un ensemble de recommandations pour aider les autorités et les organisations participant à la riposte contre la pandémie.

En quelques mois, la COVID-19 a bouleversé la vie des enfants et des familles du monde entier. Bien que nécessaires, les mesures de quarantaine telles que la fermeture d’écoles ou les restrictions de déplacements ont perturbé les habitudes des enfants et déstabilisent leurs structures de soutien. En outre, elles constituent des facteurs de stress supplémentaires pour les personnes qui s’occupent d’enfants et qui doivent parfois renoncer à travailler.

En raison de la stigmatisation associée à la COVID-19, certains enfants sont plus vulnérables à la violence et à la détresse psychosociale. Parallèlement, les mesures de lutte contre la maladie qui ne tiennent pas compte des fragilités et des besoins particuliers des femmes et des filles peuvent conduire à une augmentation du risque d’exploitation sexuelle, de violence et de mariage des enfants. Ainsi, des données empiriques récentes concernant la Chine font apparaître une augmentation significative des cas de violence domestique envers les femmes et les filles.


« À bien des égards, la maladie frappe désormais les enfants et les familles bien au-delà des personnes directement infectées », affirme Cornelius Williams, Chef, Protection de l’enfance, à l’UNICEF. « Les écoles ferment leurs portes. Les parents ont du mal à faire garder leurs enfants et à joindre les deux bouts. En matière de protection des enfants, les risques augmentent. Ces recommandations présentent aux pouvoirs publics et aux autorités chargées de la protection de l’enfance un aperçu des mesures concrètes qui peuvent être prises pour assurer la sécurité des enfants pendant cette période d’incertitude. »

Une augmentation des violences et de l’exploitation des enfants a été constatée lors de précédentes urgences de santé publique. Ainsi, lors de l’épidémie de maladie à virus Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016, le travail des enfants, la négligence, les violences sexuelles et les grossesses chez les adolescentes ont atteint un pic qui s’explique en partie par la fermeture des écoles. En Sierra Leone, on a recensé 14 000 grossesses d’adolescentes, un nombre plus de deux fois supérieur à celui constaté avant l’épidémie.

Dans sa publication, l’Alliance recommande aux gouvernements et aux autorités concernées de prendre des mesures concrètes pour veiller à ce que la protection des enfants fasse partie intégrante des mesures de prévention et de lutte contre la COVID-19, à savoir :
 

  • Former les professionnels des services de santé, d’éducation et de protection de l’enfance aux risques liés à la COVID-19, notamment à la prévention de l’exploitation sexuelle et de la violence et aux procédures permettant de signaler un problème en toute sécurité.
  • Former les premiers secours à la gestion de révélations concernant des violences liées au genre (Guide de poche sur la violence liée au genre), et collaborer avec les services de santé pour soutenir les survivants de ces violences.
  • Intensifier le partage d’informations concernant les services d’orientation et les autres services de soutien pour les enfants.  
  • Inciter les enfants, notamment les adolescents, à évaluer les répercussions différentes que la COVID-19 peut avoir sur eux afin de guider la programmation et les actions de plaidoyer.
  • Apporter une aide ciblée aux centres de garde provisoires et aux familles, y compris aux familles dirigées par un enfant et aux familles d’accueil, afin de soutenir émotionnellement les enfants et d’initier une auto-prise en charge adaptée.
  • Apporter une aide financière et matérielle aux familles dont les possibilités de générer des revenus ont été affectées.
  • Mettre en place des mesures concrètes pour éviter les séparations entre les enfants et leur famille, et apporter un soutien aux enfants seuls, sans pourvoyeur de soins en raison de l’hospitalisation ou du décès de leurs parents ou des personnes qui s’occupaient d’eux.    
  • Veiller à ce que la protection de tous les enfants fasse l’objet de la plus grande attention dans les mesures de lutte contre la maladie.

###
 Pour en savoir plus sur la COVID-19 et pour obtenir des recommandations concernant la protection des enfants et des familles, consultez la page www.unicef.org/fr/coronavirus.

Contacts presse

Christopher Tidey
UNICEF New York
Tél: +1 917 340 3017
Adresse électronique: ctidey@unicef.org

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.