Problèmes et Solutions pour améliorer le Programme d’Iodation du Sel à Madagascar

Comment améliorer le Programme d’Iodation du Sel dans l’intérêt des enfants et des familles malgaches ?

Cassage dans une fabrique de sel à ciel ouvert
UNICEF

Points forts

Dans le cadre de l’Enquête Nationale sur l’Iode et le Sel à Madagascar (ENISM), des analyses titrimétriques, quantitatives et précises ont été réalisées sur des échantillons de sel provenant de 1140 ménages. D’après l'enquête en question, seuls 17,1% des échantillons contenaient 15 ppm d’iode, la dose exigée pour améliorer la santé publique.

Selon l’ENISM, ces résultats de faible couverture en sel iodé seraient à l’origine d’une concentration médiane d’iode urinaire de 47 μg/l parmi les femmes en âge de
procréer, et de 40 μg/l parmi les femmes enceintes, et prouvent que les troubles de carence en iode (TCI) demeurent une réelle menace pour la santé publique à Madagascar.

Ce rapport a pour objectif d’analyser les défis et les points forts du programme d’iodation du sel à Madagascar. Il contient également des recommandations pour faire face aux défis en question, et pour améliorer le programme dans l’intérêt des enfants et des familles malgaches.

Il décrit les résultats des différents entretiens et observations sur les thématiques de :

  • la mise en place d’un système d’assurance qualité et de contrôle qualité (QAQC) en mobilisant une équipe spécialisée de l’iode et dirigée par le gouvernement. Cette unité se chargera notamment des systèmes de contrôle de la production interne des usines de sel, de l’inspection et du contrôle externe ;
  • l’appui à l’association de producteurs de sel de Morondava en établissant un plan de développement afin qu’elle produise du sel iodé, conformément aux exigences du gouvernement;
  • l’assistance dans les technologies de l’iodation et l’approvisionnement en Iodate
Problèmes et Solutions pour améliorer le Programme d’Iodation du Sel à Madagascar

Author

Lorenzo Locatelli-Rossi

Date de publication

Langues

Français,
Anglais

Téléchargez le rapport

(PDF, 1,37 MB)