Des clubs de mères pour promouvoir une bonne nutrition chez les jeunes enfants

L’UNICEF apporte un appui technique et financier au Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) dans le secteur de la Nutrition, notamment pour les communautés vulnérables du département de la Grand’Anse.

Jean Panel Fanfan
Jean Panel Fanfan

15 avril 2019

Grâce aux fonds CERF, le MSPP avec l’appui de la Fondation pour le Développement et l'Encadrement de la Famille Haïtienne (FONDEFH), comme partenaire d’exécution de l’UNICEF, conduit plusieurs actions en termes de lutte contre la malnutrition notamment la distribution de micronutriments pour la fortification de l’alimentation à domicile et la promotion des bonnes pratiques de soins et d’alimentation du jeune enfant. Les activités de sensibilisation ont lieu principalement à travers les clubs de mères, qui représentent un pilier communautaire indispensable.

Jérémie le 14 novembre 2018- « La santé c’est la plus grande richesse qu’on peut posséder, sans la santé on est malheureux… », telles sont les paroles de la chanson inaugurale de la session du jour du club de mères de la localité de Bariadele (Grand’Anse).  

Il y a près d’une cinquantaine de mères accompagnées de leurs enfants, qui participent à cette séance. Elles sont assises à l’ombre d’un immense arbre, pour écouter les conseils du jour, chacune s’accommodant comme elles peuvent, le cri stridant des enfants perturbant parfois l’atmosphère studieuse de cette réunion.

Widelène Charles, la voix forte et décidée, 29 ans et mère de deux enfants, est l’animatrice du jour. Elle fait une démonstration sur l’utilisation des poudres de micronutriments, suppléments riches en fer qui s’ajoutent à la nourriture des jeunes enfants pour augmenter sa valeur nutritive. Elle explique également l’importance de bien nourrir les jeunes enfants avec les aliments disponibles localement nutritifs et variés.

 La poudre de micronutriment doit être mélangée à de la nourriture molle, qui ne doit être ni liquide, ni trop chaude. Il faut s’assurer que les enfants consomment toute la portion où ont été ajoutés les micronutriments. Cela va renforcer leur croissance et améliorer la santé des enfants.   

Widelène Charles

Cela fait cinq mois, que Wildelène est un membre actif du club de mères de Barriadelles. Elle ne cesse de vanter les bienfaits que les conseils du club ont eu sur sa vie et sur celles de ses enfants.  « J’apprécie beaucoup les activités du club, car nous savons maintenant comment prendre mieux soin des enfants. On nous explique l’importance de l’allaitement maternel pour les jeunes enfants et les pratiques familiales essentielles qui peuvent sauver la vie des enfants », dit-elle.

Wildelène est très active au sein de ce club de mères et veut se rendre utile à la communauté afin que les enfants soient en bonne santé. Au sein du club, elle organise des causeries régulières sur des thèmes variés. Elle sensibilise aussi les mères qui habitent dans son quartier mais qui ne font pas partie du club. Elle partage avec elles des connaissances et les encourage à s’inscrire dans le club.  

Jean Panel Fanfan
Widelène en train de faire la preparation de la poudre de micronutriment, au cours d'une reunion de club de mères.

Ce club de mères à Barriadele est d’une importance capitale. Beaucoup de mères ne savaient pas comment prendre soin de leurs enfants de façon optimale. Mais avec les connaissances acquises, la situation s’est grandement améliorée. Pour ma part, je ne savais pas comment utiliser les poudres de micronutriment ni leur importance. 

Widelène Charles

L’une de ses craintes, c’est la fin du projet. « Nous aimerions que le programme puisse continuer, pour que d’autres mères bénéficient des bienfaits que les autres femmes ont su tirer pour leurs enfants », insiste-elle.

Un club qui a permis d’améliorer la nutrition des jeunes enfants

Mme Williana Dorsainvil, agent de santé communautaire pour FONDEFH, explique les raisons qui ont poussé à fonder le club. « Nous avons remarqué un manque d’accès à l’information au sein de ces communautés, les enfants tombaient malades par faute de connaissances des mères sur les pratiques familiales essentielles », rappelle-t-elle.

Au début, ce n’était pas facile, car il y avait des réticences à participer, les mères ne voulaient pas laisser leurs activités quotidiennes de côté. Mais la volonté et la détermination de Williana ont fini par payer. Le club compte au total, une cinquantaine de mères, et la quasi-totalité assiste aux séances qui se tiennent deux fois par mois.

Elle insiste sur l’utilité du club qui a permis de changer les pratiques des mères dans la zone, en adoptant des comportements plus responsables. En plus de la nutrition, les mères sont aussi sensibilisées sur l’hygiène et l’assainissement, le lavage des mains et la vaccination.

Atteindre les communautés vulnérables

Pour Dominique Brunet, responsable de la Nutrition à l’UNICEF, il est fondamental d’atteindre les populations vivant dans les endroits les plus isolés du pays où l’accès à l’information sur les pratiques familiales essentielles est limité

« Il nous faut utiliser tous les moyens de sensibilisation à notre portée pour augmenter les connaissances des parents en matière de pratiques de soins des jeunes enfants. Les clubs de mères représentent une excellente porte d’entrée car ils fonctionnent grâce aux membres de la communauté et pour le bien-être de la même communauté. L’important est maintenant de pérenniser le fonctionnement de ces clubs au-delà de la durée du projet », indique-t-elle.