Clinique mobile de prise en charge nutritionnelle

Des équipes mobiles se déploient dans les localités les plus isolées pour qu’aucun enfant malnutri ne soit laissé pour compte.

Alexandra Jonnaert
un enfant en train de se faire mesurer le bras
UNICEF CAR 2019 Jonnaert
20 janvier 2021

Chaque matin, des unités mobiles de prise en charge nutritionnelle se déploient et se positionnent dans divers endroits de la ville de Bambari et sur ses axes.  Bambari se situe au cœur de la Centrafrique dans la préfecture de la Ouaka. Elle fait partie des 10 préfectures du pays (sur 16) à afficher un taux de malnutrition chronique supérieur au seuil critique. La malnutrition chronique a des effets irréversibles qui freinent le développement physique et cognitif des enfants.

Ce mardi, une unité mobile appuyée par l’UNICEF est installée devant le Centre de santé de CRPR situé à plus de cinq heures de marche de l’hôpital du District de Bambari.

« Notre objectif est simple : sauver et traiter le plus d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition » explique le coordonnateur de l’unité.

Grâce au financement du CERF, l'UNICEF a pu notamment fournir des intrants nutritionnels, des médicaments et des vaccins pour les dispensaires mobiles.

L’unité mobile se compose de cinq infirmiers, trois agents communautaires, une maman point focal « ange » et d’un superviseur. Ils viennent équipés d’une toise pour mesurer les enfants, d’une balance pour les peser et de rubans millimétrés pour mesurer la circonférence du bras de leurs petits patients. Ils sont outillés de leur charte « poids pour taille » dont le code de couleur identifie le statut de l’enfant. La colonne verte signifie que l’enfant va bien. Si c’est jaune, l’enfant souffre de malnutrition modérée et si c’est rose, de malnutrition aigüe sévère.Dans les deux cas, l’unité mobile prend en charge l’enfant. Par contre, si l’enfant souffre de malnutrition aigüe sévère avec complications (rouge), ils le conduisent immédiatement à l’hôpital du District.

un enfant se faisant palper les genoux
UNICEF CAR 2019 Jonnaert

Une consultation gratuite et une prise en charge qui sauve des enfants
A l’arrivée de chaque enfant, un infirmier procède à la consultation physique en suivant scrupuleusement chaque étape du protocole. Il (ou elle) pèse et mesure l’enfant, prend sa température, observe tout signe d’anémie en analysant les yeux et presse les pieds et jambes du patient pour détecter toute présence d’œdème. On vérifie la peau et les plis cutanés pour s’assurer que l’enfant ne soit pas déshydraté. Finalement, les infirmiers posent quelques questions de routine à la maman notamment sur les selles de l’enfant et son appétit. Après voir complété chaque étape et répondu à toutes les questions de la cartographie des symptômes, l’infirmier est en mesure de prononcer le diagnostic. L’enfant est alors pris en charge. Il reçoit des médicaments et des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi pour une semaine selon la gravité de son état. Toutes les informations sont scrupuleusement enregistrées dans le registre de l’unité et la maman présente une fiche de suivi qu’elle devra présenter la semaine suivante. 

fiche de suivi des visites hebdomadaires
UNICEF CAR 2019 Jonnaert

Les signes de malnutrition mieux identifiés par les parents

Françoise a marché deux heures pour se rendre à la clinique mobile avec Sharline, sa fille de 19 mois. La veille, lorsque les relais communautaires ont sillonné l’aire couverte par le centre de santé, ils ont rencontré Sharline. Après avoir mesuré la circonférence du bras Sharline, ils l’ont référée à la clinique mobile pour qu’elle soit prise en charge. Un jour avant la consultation, les relais communautaires sillonnent l’aire de sante. Ils vont partout jusque dans les sites de déplacés. Ils jouent un rôle non seulement de sensibilisation mais aussi de référencement. Grâce à cela, la maman est venue à temps pour soigner Sharline qui a été diagnostiquée de malnutrition aigüe sévère.

mesure du bras sur un enfant atteint de malnutrition
UNICEF CAR 2019 Jonnaert

« La sensibilisation et le référencement par les membres de la communauté ont permis de sauver beaucoup d’enfants. De plus en plus de parents détectent plus rapidement des signes de malnutrition chez leurs enfants. Cela nous permet de soigner plus d’enfants à temps, avant qu’ils ne basculent dans la malnutrition sévère aigüe » explique Rosie.

 

Une maman « Ange »

Rosie est une maman bénévole « point focal Ange ». Lors des consultations, elle sensibilise les parents sur les signes de la malnutrition et les bonnes pratiques essentielles. De par son rôle, elle est devenue aussi une référence dans sa communauté. Les parents n’hésitent pas à venir la voir avec leurs enfants pour lui demander conseil.

« Parfois, un simple conseil peut sauver la vie d’un enfant »  

La maman point focal ange sensibilise les mamans
UNICEF CAR 2019 Jonnaert

Un plus grand nombre d’enfants sauvés

Zéphirin, le directeur du centre de santé qui accueille l’unité mobile chaque mardi voit l’impact de la prise en charge sur les enfants de son aire de santé. Le centre de santé a une capacité limitée de prendre en charge des enfants souffrant de malnutrition. Or, beaucoup d’enfants en souffrent. Grâce à la clinique, non seulement la communauté arrive à mieux identifier les symptômes mais en plus ils peuvent être pris rapidement en charge.

« Une fois que l’enfant malnutri arrive à la clinique, si le parent suit bien le traitement, il sera sauvé. »

Le directeur du Centre montre l’aire de sante couverte par son centre
UNICEF CAR 2019 Jonnaert