Plumpy'Nut, trois semaines de traitement peuvent sauver une vie pour toujours

Une file de mamans tenant leurs enfants dans leurs bras sont assises dans la salle d’attente du Centre de Médecine Communautaire de Buyenzi.Afsa, 18 mois sourit à l’infirmière qui est en train de mesurer le tour de son bras.

Jean Gabriel Uwamahoro
A little girl, Afsa, 18 months old
UNICEF-Burundi/J.G Uwamahoro
09 mars 2022

« Quand Afsa est arrivée au centre de médecine communautaire, ses jambes et joues étaient gonflées, les cheveux étaient roux », raconte l’infirmière du centre.

L’état de santé d’Afsa alerte sa mère…

« Afsa n’aimait plus jouer, elle n’était plus du tout active et ne pleurait que rarement. Je pouvais la déposer sur une natte pour faire les tâches ménagères et la retrouver au même endroit, ce qui n’était pas le cas avant cette maladie. J’ai décidé de l’amener au CMC Buyenzi pour comprendre ce qu'il se passait », explique Angleberte, la mère d’Afsa.

Après une séance de consultation, Afsa a été enregistrée parmi les enfants malnutris devant être pris en charge, l’infirmière m’a dit que ma fille avait une malnutrition aigüe sévère et a été mise sous traitement. Depuis qu’Afsa est sous traitement, elle a retrouvé beaucoup d’énergie. « J’apprécie le traitement par le Plumpy Nut du fait que c’est un aliment  qui ne nécessite aucune préparation et  est prêt à être consommé par l’enfant. Par son bon goût, ma fille l’aime et le consomme sans aucune difficulté », déclare Angleberte.

Afsa, 18 mois
UNICEF-Burundi/J.G Uwamahoro
Afsa, 18 mois avec son Plumpy’Nut

Plumpy’Nut, la pâte miracle…

Chaque jeudi, Angleberte passe récupérer gratuitement les sachets de Plumpy Nut qui servent d’aliments pour Afsa. Elle profite de ces occasions pour la pesée de sa fille et pour recevoir les conseils des infirmiers du centre. Elle affirme que grâce au traitement avec le Plumpy Nut, elle n’a pas besoin de garder son enfant à l’hôpital pendant le traitement. « Sachant que mon enfant doit terminer sa dose de 3 sachets par jour sans lui donner d’autres aliments, ça donne le temps de préparer la nourriture pour le reste de la famille. Ce traitement miracle à domicile me permet donc de régler d’autres problèmes sur place », se réjouit Angleberte.

A la 3ème semaine de traitement, Angleberte est contente de revoir que sa fille peut jouer encore avec les autres, le gonflement des jambes et des joues commencent aussi à disparaitre.

La mère d’Afsa affirme qu’elle peut maintenant détecter dans sa communauté les enfants qui présentent des signes de sous-nutrition sans difficultés et les référer au centre pour recevoir un traitement nutritionnel.

Un autre enfant appréciant le Plumpy Nut
UNICEF-Burundi/B.Ndabaneze

« Grâce à l’appui de l’USAID, le traitement avec l’Aliment Thérapeutique Prêt à l’emploi a pu sauver la vie d’Afsa et celle d’environ 200 enfants qui sont pris en charge chaque année au Centre de Médicine Communautaire de Buyenzi. Je sais aussi que le programme existe dans plusieurs autres formations sanitaires à travers tout le pays », déclare l’infirmière.