Forsa, le changement en marche chez les jeunes

Investir dans les compétences de vie

Aniss Maghri
A happy family
UNICEF/Maghri

27 juin 2017

Du haut de ses 18 ans, Miloud élève à la 1ère année du Baccalauréat au lycée Alarabi Alhoussaini à Oujda, se plait bien dans son statut de directeur commercial de la junior-entreprise BPM, Bio Porte-monnaie. Il y a quelques jours, lui et ses amis étaient en compétition pour le prix de la Junior Entreprise pour la région de l’Oriental qui s’était tenu à Oujda dans le cadre du programme Forsa pour tous. « Avant de rejoindre les activités du programme Forsa, je rêvais d’être policier. Maintenant, je veux lancer ma propre entreprise dans le secteur de l’automobile et vivre ma passion pour le design des voitures. J’ai déjà en tête le nom de la marque. Elle portera le nom de ma famille : Ghazal. Je veux contribuer ainsi à l’économie nationale et je veux faire travailler des gens. Et je vais utiliser l’énergie solaire pour que mon entreprise soit amie de l’environnement », partage spontanément, Miloud. La transformation qu’a vécue Miloud témoigne de la profondeur du changement opéré grâce aux interventions du programme Forsa pour tous qui vise à accompagner les jeunes vulnérables dans leur transition vers la vie active.

Miloud à l’image de plusieurs dizaines d’autres adolescents perçoit aujourd’hui son avenir différemment. Désormais, il a un projet de vie qu’il veut construire. Cette prise de conscience est le fruit du programme Forsa qui vise à développer les compétences de vie des jeunes pour une meilleure insertion socio-professionnelle. Forsa, qui constitue une des déclinaisons du programme de coopération entre le Maroc et l’UNICEF est opérationnalisé dans la région de l’Oriental au niveau de plusieurs écoles grâce au concours de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation et de l’association Injaz Al-Maghrib. Forsa est soutenu par les Affaires Mondiales Canada. La philosophie de ce projet est que le développement des compétences de vie est important aussi bien pour améliorer l’apprentissage des enfants et des adolescents que pour faciliter l’insertion socio professionnelle des jeunes. L’école doit certes être un espace d’apprentissage académique mais aussi une opportunité pour développer des compétences transversales telles que la communication, la créativité, l’esprit critique et d’entreprenariat, le passage de l’idée à l’action et la capacité à prendre la parole en public. Le cas de Miloud et des de ses amis le démontre bien.

On espère que cette expérience sera déployée aussi l’année prochaine pour les élèves de la 2ème année du baccalauréat et pourquoi pas à l’université aussi. Elle pourrait constituer un déclic pour Miloud et ses pairs pour lancer leur vraie entreprise 

Mohamed, frère aîné de Miloud

Durant les 4 derniers mois, Miloud et ses collègues ont bénéficié d’une séance hebdomadaire d’une à deux heures pour leur initiation au monde de l’entreprise avec la participation d’un coach bénévole. « J’ai découvert l’univers de l’entreprise, le processus de sa création et l’engagement qu’il faut déployer pour la faire vivre. J’ai appris la patience, la persévérance et l’importance du travail d’équipe. Ce sont des règles d’or pour réussir ». Le produit développé par Miloud et ses amis lycéens partait d’une analyse des derniers développements depuis l’entrée en vigueur de la loi interdisant l’utilisation des sacs en plastics. « Nous avons pensé à offrir aux utilisateurs un sac respectant l’environnement et qui peut avoir de multiples usages». En répondant à la question, « qu’est ce qui a changé en toi en 4 mois ? », Miloud répond : « avec ce programme, j’ai pu petit à petit découvrir mes compétences cachées. J’ai été en mesure de dépasser ma timidité et d’aller vers l’autre. Avant j’étais plutôt isolé.

Je n’aurais jamais imaginé que je serai capable d’aller démarcher des clients et réussir à leur vendre mon produit. J’ai été fier de moi-même ». Une fierté qu’il n’est pas le seul à partager. Avec les yeux qui brillent de joie, sa maman raconte : « Nous avons été extrêmement fiers de lui lorsqu’il nous a montré la vidéo de la cérémonie de la compétition. Mon enfant est créatif et intelligent ». Le 14 juin dernier, l’équipe de Miloud et 7 autres groupes ont pris part à la compétition régionale de la meilleure Junior Entreprise de l’Oriental. Le prix régional est revenu à T-Eco, une junior entreprise composée de lycéens de la ville de Nador qui ont développé une solution pour l’irrigation des plantes. Elle représentera la région de l’Oriental à l’occasion de la compétition nationale prévue le 12 septembre. « Même si nous n’avons pas gagné le grand prix, pour moi nous sommes tous gagnants. Car grâce à ce projet ma vie est transformée. La cérémonie d’hier restera inoubliable », conclut Miloud qui nourrit chaque jour son rêve de créer sa vraie entreprise Ghazal.

Un changement profond

Mohamed, 32 ans, son frère ainé ne cache pas la satisfaction de la famille face au changement opéré chez son jeune frère. « Il a beaucoup changé. Il a pu développer des compétences en communication et en négociation. Il a appris à assumer ses responsabilités et celles de son équipe. Chaque fois il ramène de nouvelles idées». Même Abdelhak, 10 ans, le benjamin de la famille a constaté la transformation : « à chaque fois que nous sommes à table, il parle de son projet ». La famille ne cache pas son souhait de voir ce programme se prolonger. «On espère que cette expérience sera déployée aussi l’année prochaine pour les élèves de la 2ème année du baccalauréat et pourquoi pas à l’université aussi. Elle pourrait constituer un déclic pour Miloud et ses pairs pour lancer leur vraie entreprise », conclut Mohamed.