Les enfants au Maroc

Des progrès et des défis

les enfants au Maroc

Des défis et des actions

Le Maroc est un pays à revenu intermédiaire qui, dans les dernières décennies, a connu des transformations importantes avec des progrès visibles dans plusieurs indicateurs socio-économiques. La population marocaine est de presque 35 millions d’habitants dont près d’un tiers constitué d’enfants âgés entre 0 et 17 ans.


Le Maroc a vu la pauvreté monétaire absolue baisser considérablement, de15,3% en 2001 à 4,8% en 2014 (2016 – HCP). Pourtant les disparités à l’intérieur du pays demeurent importantes. Par exemple, le pourcentage de la population en pauvreté monétaire était en 2014 à seulement 1,6% dans les zones urbaines contre 9,5% dans les zones rurales et 14,6% dans la région Draa-Tafilalet. Une partie importante de la population reste vulnérable et à risque de pauvreté monétaire. En effet, le taux de vulnérabilité reste élevé en milieu rural avec 19,4% contre seulement 7,9% en milieu urbain. Les enfants, spécialement ceux qui vivent dans les zones rurales, dans les zones enclavées et dans les ménages nombreux, sont représentés de façon plus que proportionnelle parmi les pauvres et les vulnérables.


L’analyse de la situation des enfants au Maroc1 montre que malgré la réalisation d’avancées consistantes il reste plusieurs défis à relever pour une meilleure équité dans la réalisation des droits de l’enfant. Dans les domaines de la survie, la santé et la nutrition par exemple, la mortalité infanto-juvénile s’est réduite de 47 à 22,16 décès pour mille nés vivants entre 2003 et 2018, le taux des accouchements assistés a augmenté de 73,6% à 86,6% entre 2011 et 2018, et l’insuffisance pondérale a baissé de 3,1 % à 2,9%. Toutefois, ces améliorations ont touché les régions du Maroc et les couches socio-économiques de façon différente, et les enfants qui vivent dans les zones rurales et enclavées ou appartenant aux couches les plus pauvres de la société restent dans une situation largement désavantagée : en 2018, dans le milieu rural, la mortalité infanto-juvénile est de 25,99 décès par mille naissances vivantes, contre seulement 18,81 en milieu urbain ; les pourcentages des accouchements assistés varient de 96,6% dans l’urbain à 74,2% dans le rural.

Dans le domaine de l’éducation, le Maroc a presque atteint la scolarisation universelle au niveau primaire, en étant proche d’annuler les inégalités dans l’accès entre filles et garçons et entre milieux ruraux et urbains. Toutefois, à partir du niveau collégial et de manière plus marquée au niveau du secondaire, le taux de participation se réduit sensiblement et les inégalités dans l’accès à l’éducation entre zones rurales et urbaines et filles et garçons se creusent. Par exemple, en 2016/ 2017, les taux spécifiques de scolarisation au collégial était respectivement de 96,9% dans l’urbain (avec une parité substantielle entre les genres) et de 75,8% dans le rural (81,9% pour les garçons et 69,4% pour les filles). Les disparités sont encore plus marquées pour l’éducation secondaire qualifiante, qui voit – aux extrêmes - un taux de scolarisation spécifique de 86,3% pour les garçons et les filles dans les zones urbaines contre 49% pour les garçons et 32% pour les filles dans les zones rurales.

La privation et la pauvreté dans plusieurs domaines (la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement, le logement, la protection sociale et la communication) constituent pour beaucoup d’enfants et adolescents au Maroc un désavantage dans leur transition à la vie active, qui risque d’être transmis d’une génération à l’autre.

Durant les dernières années, le Maroc a déployé des efforts importants pour engager des réformes et des programmes sectoriels visant à moderniser et à étendre la prestation des services sociaux de base, tant en zones urbaines que rurales. Le pays s’est aussi inscrit dans d’importants processus de régionalisation et de réforme de la protection sociale, visant à moderniser et rendre plus efficaces les systèmes, protéger les couches sociales les plus désavantagées et investir en matière de développement humain.

C’est dans ce cadre général, des reformes en cours et des progrès importants pour les enfants au Maroc mais aussi d’inégalités qui persistent, que le programme de coopération entre le Maroc et l’UNICEF œuvre pour mettre à disposition des décideurs l’évidence nécessaire et donner l’appui technique requis pour formuler des politiques, des budgets et des programmes équitables en faveur des enfants.

1 : vous pouvez consultez le document complet de l’analyse de la situation des enfants au Maroc sur cette adresse : https://www.unicef.org/morocco/rapports/analyse-de-la-situation-des-enfants-au-maroc