Vivre après le COVID-19 c’est possible grâce à un appui psychosocial

-

Fanja Saholiarisoa
Soutien psychosocial des familles
UNICEF Madagascar/2021/Alida
08 juillet 2021

« C’était dur de jouer tout seul comme si j’avais une maladie incurable », disait Volaronome Claudio Princio, 12 ans. Il se souvient encore des semaines de solitude comme les enfants des voisins ont été interdits de jouer avec lui. Son père souffrant du COVID-19 durant la première vague à Madagascar, c’était dévastant pour la petite famille de deux enfants.

« Nous étions coupés du reste de la communauté. Tout le monde nous fuyait et ne laissait même pas jouer avec les nôtres. Une dure épreuve », se souvient Ravolandraibe Claude Norris, le père affecté par le COVID-19. Etant un enseignant dans une commune rurale aux environs, il se déplaçait beaucoup et rencontrait beaucoup de gens. Mais à l’époque, le coronavirus était encore une nouvelle maladie dangereuse que les victimes subissaient une discrimination sociale. 

À Andranofeno, un quartier à Fenerive Est, dans la partie Est de Madagascar, la famille de Claude Norris était la première touchée.

Elle était parmi les cent quarante cas confirmés post tests touchés par le coronavirus au mois de juillet et subissait la stigmatisation de la société dans la région d’Analanjirofo. Pour appuyer le Comité de pilotage régionale de la lutte et pour apporter sa contribution dans la lutte contre la propagation du covid19 , l’UNICEF depuis la déclaration de la crise sanitaire à Madagascar,   appuyait la direction régionale de la population dans le renforcement des capacités et la formation des intervenants sociaux sur l’accompagnement psychosocial des familles touchées par le COVID19, information utile et pratique autour de la pandémie COVID19 : mode de transmission, la prévention a travers les gestes barrières et l’orientation vers le médecin dès présence de symptôme, ainsi que le suivi de ces familles .

Des intervenants sociaux ont été équipés de protection individuelle pour mener l’accompagnement psychosocial auprès des familles.

Ce jour-là, nous avons rencontré Angeliette Rasoanirina chez la famille de Claude. « Elle était la seule personne qui venait nous voir et nous réconforter et rehausser le moral. Un appui qui est vraiment bénéfique surtout à notre garçon qui a réussi brillamment son premier examen officiel », ajoute Claude fier de son fils. En effet, Claudio Princia obtenu le premier rang dans toute la région lors des résultats du certificat du fin du premier cycle.

Malgré les problèmes, il a su surpasser avec l’appui de ses parents, des intervenants sociaux et des responsables locaux. L’accompagnement des familles pendant et post chocs les aident à accroitre leur capacité de résilience.

Depuis la maladie, la famille a redoublé de vigilance pour se protéger : Lavage des mains à l’entrée de la maison, port de cache bouche systématique, respect de mesures barrières, etc…

Claude et son fils
UNICEF Madagascar/2021/Alida
Claude est fier de son fils. En effet, Claudio Princia a obtenu le premier rang dans toute la région lors des résultats du certificat du fin du premier cycle.