En RDC, frappée par Ebola, les enfants luttent pour surmonter la perte de leurs proches

La dernière épidémie du virus Ebola en République démocratique du Congo a laissé 155 enfants sans parents ni personne pour s’occuper d’eux

Par Yves Willemot
A girl wraps her arms around her sister, Democratic Republic of Congo
UNICEF/UN0237337/Nybo

04 octobre 2018

BÉNI, République démocratique du Congo, 21 septembre 2018 – Stéphanie n’a que 10 ans, mais a déjà connu son lot de tragédies. La petite fille a grandi dans la province agitée du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, dans une ville où des groupes armés ont semé la terreur pendant plusieurs années. Sa mère a été tuée dans une attaque armée deux ans plus tôt.

Après le décès de leur mère, la vie n’allait plus jamais être la même pour Stéphanie et ses quatre sœurs. « En disparaissant, ma mère nous a laissées seules. Ça me rend triste de penser à elle », nous confie-t-elle.

Les cinq sœurs ont fini par être recueillies par une tante qui vivait à une heure de là, dans la localité de Mangina. Grâce à elle, les filles ont pu retrouver un semblant de paix et de normalité dans leur vie.

Mais cette stabilité a été de courte durée.

 

Il y a quelques semaines, le dispensaire de Mangina a été submergé de patients souffrant de diarrhées aigües et de fièvres. Les patients ont commencé à mourir, les uns après les autres. N’arrivant pas à expliquer ce phénomène, les médecins et les infirmières ont alerté les services de santé provinciaux et nationaux. Le diagnostic n’a pas tardé à tomber : Mangina avait été frappée par le virus Ebola.

La tante de Stéphanie a été infectée et a succombé au virus en quelques jours. Stéphanie et ses sœurs se sont de nouveau retrouvées seules. Mais cette fois, elles n’avaient plus personne vers qui se tourner.

Aujourd’hui, c’est Prefna, la sœur aînée de Stéphanie, qui s’occupe des quatre filles. « Elle s’occupe bien de nous. Elle nous achète des vêtements et de la nourriture », affirme Stéphanie.

Heureusement, aucune des filles n’a été infectée. Ayant été en contact avec leur tante, elles ont toutes été vaccinées.

Maintenant qu’elles sont protégées contre le virus, un psychologue et des assistants psychosociaux aident Stéphanie et ses sœurs à surmonter le décès de leur tante, tout en prévenant leur stigmatisation au sein de la communauté. Les filles reçoivent également de la nourriture et des fournitures scolaires.

Grâce à la distribution de ce nouveau matériel scolaire, Stéphanie est impatiente de commencer l’école. « J’irai bientôt à l’école primaire de Mangina. Je veux étudier et devenir religieuse quand je serai grande. »


À ce jour, l’UNICEF et ses partenaires ont fourni de la nourriture et un soutien psychosocial à 155 enfants rendus orphelins par le virus Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo. Ce chiffre comprend les enfants qui ont perdu au moins l’un de leurs parents ou les personnes qui s’occupaient d’eux à cause du virus Ebola, ainsi que les enfants non accompagnés dont les parents ont été placés en quarantaine dans des centres de traitement Ebola. L’UNICEF et ses partenaires ont distribué du matériel scolaire et des uniformes aux enfants en âge d’être scolarisés, et financé leurs frais de scolarité.