L’intimidation en ligne : qu’est-ce que c’est et comment y mettre fin ?

Réponse aux dix questions que se posent les jeunes sur l’intimidation en ligne.

L’intimidation en ligne: qu’est-ce que c’est et comment y mettre fin
UNICEF

« Qu’aimeriez-vous savoir sur l’intimidation en ligne ? » : c’est ce que nous avons demandé aux jeunes du monde entier et plusieurs milliers d’entre eux se sont exprimés à ce sujet.

Nous avons constitué une équipe regroupant des spécialistes à l’UNICEF et des experts internationaux en matière d’intimidation en ligne et de protection de l’enfance qui a répondu à ces questions en collaboration avec Facebook, Instagram et Twitter. Retrouve ici tous leurs conseils sur la conduite à adopter face à l’intimidation en ligne.


Qu’est-ce que l’intimidation en ligne ?

L’intimidation en ligne est une forme d’intimidation exercée au moyen des technologies numériques. Elle peut avoir lieu sur les médias sociaux, les plateformes de messagerie ou de jeu et les téléphones portables. Il s’agit d’un comportement répétitif visant à faire naître la peur, la colère ou la honte chez les victimes. Voici quelques exemples d’intimidation en ligne:

  • Faire circuler de fausses informations ou publier des photos compromettantes sur les médias sociaux
  • Envoyer des messages blessants ou des menaces sur les plateformes de messagerie
  • Se faire passer pour quelqu’un et envoyer des messages malveillants en son nom

Les auteurs d’actes d’intimidation agissent souvent à la fois dans le monde réel et en ligne. Toutefois, l’intimidation en ligne laisse une empreinte numérique, c’est-à-dire un enregistrement, qui peut s’avérer utile pour prouver les violences subies et y mettre fin.
 


Si tu crains pour ta sécurité ou si tu as subi des violences en ligne, parles-en de toute urgence à un adulte de confiance. Tu peux aussi consulter le site Web Child Helpline International pour trouver de l’aide dans ton pays. Dans bien des cas, il existe une ligne d’assistance dédiée que tu peux appeler gratuitement et de façon anonyme.


 

 

Suis-je victime d’intimidation en ligne? Comment faire la différence entre une plaisanterie et un acte d’intimidation ?
UNICEF

1. Suis-je victime d’intimidation en ligne ? Comment faire la différence entre une plaisanterie et un acte d’intimidation ?


UNICEF :

Tous les amis se taquinent, mais il est parfois difficile de savoir – surtout en ligne – si quelqu’un agit simplement par jeu ou dans le but de faire souffrir. Certains vont dédramatiser la situation en lançant : « je plaisante » ou « c’était pour rigoler ».

Toutefois, si cela te fait souffrir ou si tu penses que les autres sont en train de rire à tes dépens, c’est que la plaisanterie est allée trop loin. Si la personne continue alors que tu lui as demandé d’arrêter et que cela te contrarie, tu es peut-être victime d’intimidation.

Dans le monde virtuel, l’intimidation peut t’exposer contre ton gré aux yeux de nombreuses personnes, y compris des inconnus. Quel que soit le lieu, si la situation te dérange, tu ne dois pas la supporter sans rien dire.

Si tu te sens mal et que les choses ne s’améliorent pas, il vaut mieux demander de l’aide. Mettre fin à l’intimidation en ligne, ce n’est pas uniquement dénoncer les auteurs ; c’est aussi reconnaître que tout le monde mérite d’être respecté, dans le monde virtuel comme dans le monde réel.


> Retour

 

 

Quels sont les effets de l’intimidation en ligne ?
UNICEF

2. Quels sont les effets de l’intimidation en ligne ?


UNICEF :

L’intimidation en ligne peut te donner l’impression de subir des attaques sans répit, même lorsque tu es chez toi. Tu n’arrives pas à trouver le moyen d’y échapper. Cela peut avoir des effets à long terme, sur les plans : 

  • Mental: sentiment de contrariété, d’embarras, de naïveté, voire de colère;
  • Émotionnel: honte ou perte d’intérêt pour tes activités préférées;
  • Physique: fatigue (troubles du sommeil) ou symptômes comme les maux de ventre et de tête.

Être la cible de moqueries ou d’actes de harcèlement peut empêcher certaines personnes d’en parler ou de chercher une solution au problème. Dans des cas extrêmes, l’intimidation en ligne peut même pousser au suicide.

L’intimidation en ligne peut avoir de nombreuses répercussions, mais il est possible de surmonter la situation, de reprendre confiance et de retrouver la santé.


> Retour

 

 

Who should I talk to if someone is bullying me online? Why is reporting important?
UNICEF

3. À qui dois-je m’adresser si je suis victime d’intimidation en ligne ? Pourquoi est-il important de signaler les faits ?


UNICEF :

Si tu penses être victime d’intimidation, demande d’abord l’aide d’une personne en qui tu as confiance : tes parents, un membre de ta famille proche ou un autre adulte à ton écoute.

À l’école, tu peux t’adresser à un conseiller, à un entraîneur ou à ton enseignant préféré.

Et si tu es mal à l’aise à l’idée d’en parler à quelqu’un que tu connais, appelle la ligne d’assistance mise en place dans ton pays pour obtenir les conseils d’un professionnel.

Si l’intimidation a lieu sur une plateforme sociale, tu peux bloquer l’auteur et signaler directement son comportement. Les agences de médias sociaux sont tenues d’assurer la sécurité des utilisateurs.

Il peut s’avérer utile de recueillir des preuves (SMS, captures d’écran des publications sur les médias sociaux) afin d’attester les faits.

Pour mettre fin à l’intimidation, il faut l’identifier et la signaler: c’est la clé. Tu peux aussi montrer à l’auteur que son comportement est inacceptable. 

En cas de danger immédiat, contacte la police ou les services d’urgence dans ton pays.

Pour mettre fin à l’intimidation, il faut l’identifier et la signaler: c’est la clé.


Facebook/Instagram : 

Si tu es victime d’intimidation en ligne, nous t’encourageons à en parler à un parent, un enseignant ou une personne de confiance : tu as le droit d’être en sécurité. Nous facilitons également le signalement des actes d’intimidation directement sur Facebook ou Instagram.

Tu as toujours la possibilité de nous envoyer un signalement anonyme à partir d’une publication, d’un commentaire ou d’une « story » sur Facebook ou Instagram.

Nous avons mis en place une équipe chargée d’étudier ces signalements en continu partout dans le monde, dans plus de 50 langues, et nous supprimerons tous les contenus inappropriés ou relevant de l’intimidation. Nous garantissons toujours l’anonymat des signalements.

Nous avons mis en ligne un guide Facebook pour t’expliquer la marche à suivre en cas d’intimidation ou t’indiquer comment réagir si une autre personne en est victime. Sur Instagram, nous avons également créé un guide pour les parents, les tuteurs et les adultes de confiance qui prodigue des conseils sur la conduite à adopter face à l’intimidation en ligne, ainsi qu’une page d’accueil regroupant nos outils de sécurité.


Twitter : 

Si tu penses être victime d’intimidation en ligne, la priorité est d’assurer ta sécurité. Il est essentiel de parler à quelqu’un de l’épreuve que tu traverses. Tu peux choisir de t’adresser à un enseignant, à un adulte de confiance ou à un membre de ta famille. Demande à tes parents et à tes amis ce qu’il faut faire si toi ou un(e) ami(e) êtes victimes d’intimidation en ligne.

Nous encourageons les utilisateurs à nous signaler les infractions à nos règles. Pour ce faire, tu peux nous contacter via le centre d’assistance ou utiliser le mécanisme de signalement intégré en cliquant sur l’option « Signaler le Tweet ».


> Retour

 

 

Je suis victime d’intimidation en ligne, mais j’ai peur d’en parler à mes parents. Comment puis-je leur présenter les choses ?
UNICEF

4. Je suis victime d’intimidation en ligne, mais j’ai peur d’en parler à mes parents. Comment puis-je leur présenter les choses ?


UNICEF :

Si tu es victime d’intimidation en ligne, tu dois en priorité t’adresser à un adulte de confiance : une personne auprès de laquelle tu te sens en sécurité et libre de t’exprimer.

Parler à ses parents n’est pas toujours facile, mais voici quelques conseils qui t’aideront à aborder le sujet. Choisis un moment où ils pourront te consacrer toute leur attention. Fais-leur comprendre la gravité du problème. S’ils ne maîtrisent pas la technologie aussi bien que toi, ce qui est souvent le cas, aide-les à bien comprendre ce qui se passe.

Il est possible qu’ils n’aient pas de réponse immédiate à t’apporter, mais ils voudront certainement t’aider et, ensemble, vous pourrez trouver une solution. Deux têtes pensantes valent toujours mieux qu’une ! Si tu ne sais toujours pas comment réagir, tu peux alerter d’autres connaissances en qui tu as confiance. Il y a souvent, dans notre entourage, plus de personnes attentionnées et prêtes à nous venir en aide qu’on ne le croit !


> Retour

 

 

How can I help my friends report a case of cyberbullying especially if they don’t want to do it?
UNICEF

5. Comment puis-je aider mes amis et les persuader de signaler un cas d’intimidation en ligne ?


UNICEF :

N’importe qui peut être victime d’intimidation en ligne. Si tu es témoin de tels actes, essaie de soutenir la personne prise pour cible.

Il est important d’écouter ton ami(e). Pourquoi ne souhaite-t-il/elle pas signaler les faits ? Comment se sent-il/elle ? Explique-lui qu’il n’est pas indispensable de faire un signalement officiel, mais qu’il ou elle doit absolument en parler à quelqu’un susceptible de l’aider.

Souviens-toi que ton ami(e) risque de se sentir fragile ; fais preuve de gentillesse à son égard. Réfléchissez ensemble à ce qu’il ou elle pourrait dire, et à qui s’adresser. Propose de l’accompagner pour faire le signalement, le cas échéant. Le plus important est de lui rappeler que tu es là pour l’aider.

Si ton ami(e) ne veut toujours pas signaler l’incident, essayez de trouver ensemble un adulte de confiance qui pourra l’aider à gérer la situation. N’oublie pas que l’intimidation en ligne peut, dans certaines circonstances, mettre la vie d’autrui en danger.

Si on ne fait rien, la victime peut avoir l’impression d’être seule contre tous ou de ne compter pour personne. Tes paroles peuvent faire la différence.

N’importe qui peut être victime d’intimidation en ligne.


Facebook/Instagram :

Nous savons qu’il est parfois difficile de faire un signalement, mais l’intimidation n’est jamais acceptable.

Le fait de signaler des contenus publiés sur Facebook ou Instagram nous aide à mieux assurer ta sécurité sur nos plateformes. L’intimidation et le harcèlement sont des actes qui, par nature, visent quelqu’un personnellement. Dans bien des cas, nous ne pouvons donc pas identifier ce comportement ou supprimer les propos concernés en l’absence de signalement.

Sur Instagram et Facebook, le signalement des cas d’intimidation en ligne est toujours anonyme. Personne ne saura jamais qui a exposé le comportement en question.

Tu peux signaler un acte dont tu es la victime, mais les outils directement accessibles dans l’application te permettent de le faire tout aussi facilement lorsqu’un(e) de tes amis est pris(e) pour cible. Pour en savoir plus sur la marche à suivre, consulte les pages d’aide d’Instagram et les pages d’aide de Facebook.

Tu peux également faire découvrir à ton ami(e) la fonction Restrict (Restreindre) sur Instagram, qui permet de protéger discrètement son compte sans devoir bloquer un contact (ce qui peut sembler trop radical).


Twitter:

Nous avons activé une fonctionnalité permettant d’effectuer un signalement en tant que témoin. Elle est désormais disponible également en cas de publication d’informations privées et d’usurpation d’identité.


> Retour

 

 

Being online gives me access to lots of information, but it also means I am open to abuse. How do we stop cyberbullying without giving up access to the Internet?
UNICEF

6. Comment mettre fin à l’intimidation en ligne sans renoncer à utiliser Internet ?


UNICEF:

Les activités en ligne offrent de multiples avantages, mais comme beaucoup de choses dans la vie, elles ne sont pas sans risque. Tu dois donc prendre des précautions.

Si tu es victime d’intimidation en ligne, tu peux supprimer certaines applications ou éviter de te connecter pendant quelque temps, jusqu’à ce que tu te sentes mieux. Se couper d’Internet n’est toutefois pas une solution à long terme. Tu n’as rien fait de mal, il n’y a donc aucune raison que tu sois désavantagé(e). Les auteurs risquent même d’y voir une raison de poursuivre leurs agissements.

Nous voulons tous mettre fin à l’intimidation en ligne : c’est pourquoi il est primordial de signaler les faits en question. Mais pour transformer Internet, il ne suffit pas de dénoncer l’intimidation en ligne. Nous devons réfléchir aux conséquences avant de partager des contenus ou de publier des propos pouvant blesser quelqu’un. Nous devons faire preuve de bienveillance les uns envers les autres, en ligne et dans le monde réel. À nous de jouer !

Nous devons réfléchir aux conséquences avant de partager des contenus ou de publier des propos pouvant blesser quelqu’un.


Facebook/Instagram :

Nous souhaitons qu’Instagram et Facebook restent des espaces d’expression positifs et sûrs : il faut se sentir en sécurité pour avoir envie de publier du contenu. Nous savons néanmoins que l’intimidation en ligne peut nuire à l’expérience des utilisateurs, c’est pourquoi nous sommes déterminés à lutter contre ce fléau sur Instagram et Facebook.

Notre démarche s’articule autour de deux mesures. D’une part, nous utilisons la technologie pour prévenir et masquer l’intimidation en ligne. Par exemple, les utilisateurs peuvent activer une fonction basée sur l’intelligence artificielle pour filtrer automatiquement les commentaires visant à harceler ou à déranger autrui.

D’autre part, nous nous efforçons d’encourager la bienveillance et les interactions positives en mettant à disposition des outils de personnalisation de l’expérience sur Facebook et Instagram. La fonction Restrict (Restreindre), par exemple, te permet de protéger discrètement ton compte, tout en surveillant les propos de la personne qui cherche à t’intimider.


Twitter:

Des centaines de millions de personnes partagent leurs idées sur Twitter, il est donc normal que tout le monde ne soit pas d’accord. L’avantage est que nous pouvons tous bénéficier de nos échanges et de nos désaccords s’ils sont respectueux.

Mais parfois, après avoir écouté pendant un moment ce qu’une personne a à dire, tu peux en avoir assez. Leur droit de s’exprimer ne t’oblige pas à écouter.


> Retour

 

 

Comment éviter que les informations privées me concernant soient utilisées pour me manipuler ou m’humilier sur les médias sociaux ?
UNICEF

7. Comment éviter que les informations privées me concernant soient utilisées pour me manipuler ou m’humilier sur les médias sociaux ?


UNICEF :

Réfléchis à deux fois avant de publier ou de partager quoi que ce soit : les contenus sont susceptibles de rester en ligne indéfiniment et ils pourraient être utilisés contre toi plus tard. Ne communique aucune coordonnée personnelle, telle que ton adresse, ton numéro de téléphone ou le nom de ton école.

Renseigne-toi sur les paramètres de confidentialité de tes médias sociaux favoris. Voici quelques mesures que tu peux prendre la plupart du temps :

  • À l’aide des paramètres de confidentialité de ton compte, tu peux déterminer qui peut consulter ton profil, t’envoyer directement des messages ou commenter tes publications.
  • Signaler les commentaires et messages blessants, ainsi que les photos offensantes, et demander leur suppression.
  • Tu peux retirer une personne de ta liste d’amis, mais aussi la bloquer complètement. Dans ce cas, elle ne verra plus ton profil et ne pourra plus te contacter.
  • Tu peux aussi masquer les commentaires de certaines personnes, sans les bloquer complètement, de façon qu’ils soient uniquement visibles par l’utilisateur qui les publie.
  • Tu peux supprimer des publications de ton profil ou déterminer qui peut les voir.

La plupart des médias sociaux n’avertissent pas les personnes concernées quand tu les bloques, quand tu restreins leur accès ou quand tu signales leur comportement.


> Retour

 

 

Existe-t-il des sanctions contre les auteurs d’actes d’intimidation en ligne ?
UNICEF

8. Existe-t-il des sanctions contre les auteurs d’actes d’intimidation en ligne ?


UNICEF :

La plupart des écoles prennent au sérieux les problèmes d’intimidation et s’efforceront de résoudre la situation. Si tu es victime d’intimidation en ligne de la part d’autres élèves, signale les faits à ton école.

Toute personne visée par une forme quelconque de violence, y compris l’intimidation dans le monde réel ou virtuel, a le droit d’obtenir justice et de mettre l’auteur face à ses responsabilités.

Les lois de lutte contre l’intimidation, et plus particulièrement l’intimidation en ligne, sont relativement récentes et ne se sont pas encore généralisées. C’est la raison pour laquelle de nombreux pays font jouer d’autres lois pertinentes, comme celles relatives à la lutte contre le harcèlement, pour sanctionner les auteurs d’actes d’intimidation en ligne.

Lorsque des lois spécifiques existent, elles considèrent les comportements en ligne délibérément à l’origine d’une grave souffrance morale comme des actes criminels. Dans certains pays, les victimes d’intimidation en ligne peuvent demander une protection et obtenir l’interdiction de tout contact par l’auteur des faits, ainsi que la restriction d’usage (temporaire ou définitive) des appareils électroniques lui ayant servi à agir dans le but d’intimider.

Toutefois, il est important de noter que les sanctions ne sont pas toujours le moyen le plus efficace de faire évoluer le comportement des auteurs. S’efforcer de réparer le préjudice et de renouer la relation s’avère souvent beaucoup plus bénéfique.


Facebook/Instagram :

Sur Facebook, nous avons publié un ensemble de standards de la communauté, et sur Instagram, nous demandons aux membres de respecter les règles de la communauté. Si nous constatons qu’un contenu est contraire à ces politiques, comme dans les cas d’intimidation ou de harcèlement, nous nous engageons à le supprimer.

Si tu penses qu’un contenu a été supprimé à tort, tu peux également faire appel de cette décision. Sur Instagram, tu peux contester la suppression d’un contenu ou d’un compte à partir de nos pages d’aide. Sur Facebook, le même processus est mis en place au moyen des pages d’aide.

Twitter

Nos règles visent à garantir que tout un chacun puisse participer à la conversation publique librement et en toute sécurité. Elles concernent un certains nombres de domaines, notamment les suivants :

  • Violence
  • Exploitation sexuelle des enfants 
  • Comportement inapproprié/harcèlement
  • Conduite haineuse 
  • Suicide ou conduite autodestructrice
  • Médias sensibles, notamment violence explicite et contenus pour adultes

Dans le cadre de ces règles, nous disposons d’une gamme d'options pour l'application de nos politiques. Lorsque nous prenons des sanctions, nous pouvons le faire soit sur une partie précise du contenu (par exemple, un Tweet ou un Message Privé particulier), soit sur un compte. En savoir plus sur nos options pour l'application de nos politiques.


> Retour

Les sociétés Internet ne semblent pas s’intéresser aux problèmes d’intimidation et de harcèlement en ligne. Sont-elles mises face à leurs responsabilités ?
UNICEF

9. Les sociétés Internet ne semblent pas s’intéresser aux problèmes d’intimidation et de harcèlement en ligne. Sont-elles mises face à leurs responsabilités ?


UNICEF :

Les sociétés Internet prêtent une attention croissante aux problèmes d’intimidation en ligne.

Elles sont nombreuses à prendre des mesures pour les résoudre et pour mieux protéger leurs utilisateurs : nouveaux outils, conseils, solutions de signalement de la violence en ligne.

Il faudrait toutefois aller encore plus loin. Beaucoup de jeunes subissent chaque jour des actes d’intimidation en ligne. Certains font l’objet de formes extrêmes de violence en ligne et en ont été réduits à se suicider.

Les sociétés technologiques sont tenues de protéger leurs utilisateurs, en particulier les enfants et les jeunes.

Il nous incombe à tous de les mettre face à leurs responsabilités lorsqu’elles ne se montrent pas à la hauteur de l’enjeu.

 
> Retour

 

 

Existe-t-il des outils destinés à protéger les enfants ou les jeunes contre l’intimidation en ligne ?
UNICEF

10. Existe-t-il des outils destinés à protéger les enfants ou les jeunes contre l’intimidation en ligne ?


UNICEF :

Chaque plateforme sociale propose différents outils (voir ci-après) permettant de déterminer qui peut commenter ou voir tes publications et qui peut t’envoyer directement une invitation à devenir ami(e). En général, quelques clics suffisent pour bloquer ou masquer un compte ou pour signaler des actes d’intimidation en ligne. Nous t’encourageons à étudier la marche à suivre.

Les agences de médias sociaux fournissent également des outils pédagogiques et prodiguent des conseils aux enfants, aux parents et aux enseignants au sujet des risques et des moyens d’assurer sa sécurité en ligne.

Sache que tu peux toi-même faire barrage à l’intimidation en ligne. Réfléchis aux endroits où l’intimidation en ligne sévit dans ta collectivité et aux moyens d’apporter ton aide : en faisant entendre ta voix, en dénonçant les auteurs, en t’adressant à des adultes de confiance ou en sensibilisant davantage les gens sur le sujet. Un simple acte de gentillesse suffit parfois à changer les choses.

Si tu crains pour ta sécurité ou si tu as subi des violences en ligne, parles-en de toute urgence à un adulte de confiance. Tu peux aussi consulter le site Web Child Helpline International pour trouver de l’aide dans ton pays. Dans bien des cas, il existe une ligne d’assistance dédiée que tu peux appeler gratuitement et de façon anonyme.

Tu peux toi-même faire barrage à l’intimidation en ligne.


Facebook/Instagram :

Nous proposons divers outils visant à garantir la sécurité des jeunes :

  • Tu peux choisir d’ignorer tous les messages d’une personne qui cherche à t’intimider ou utiliser notre fonction Restrict (Restreindre) pour protéger discrètement ton compte sans alerter l’utilisateur concerné.
  • Tu peux modérer les commentaires apparaissant sur tes propres publications.
  • Tu peux modifier les paramètres de ton compte pour recevoir uniquement des messages directs de la part des personnes que tu suis.
  • Sur Instagram, nous t’envoyons une notification lorsque tu t’apprêtes à publier un contenu inapproprié, pour t’inciter à réfléchir à deux fois.

Pour obtenir plus de conseils sur les moyens de se protéger et de protéger les autres contre l’intimidation en ligne, consulte nos ressources sur Facebook ou Instagram.


Twitter:

Si un utilisateur devient agaçant ou négatif sur Twitter, différents outils sont à ta disposition. Clique sur les liens fournis dans la liste suivante pour savoir comment les configurer. Notre guide « Enseigner et apprendre avec Twitter » t’explique également la marche à suivre et fournit davantage d’instructions.

  • La fonctionnalité Masquer permet de retirer les Tweets d’un compte de ton fil d’actualités sans te désabonner de ce compte ni le bloquer.
  • La fonctionnalité Bloquer te permet d’empêcher que certains comptes te contactent, voient tes Tweets et te suivent.
  • La fonctionnalité Signaler permet de dénoncer un comportement inapproprié.


> Retour


Avec la contribution experte de : Sonia Livingstone, OBE, professeur de psychologie sociale, Department of Media and Communications, London School of Economics ; Amanda Third, professeur-chercheur universitaire, Institute for Culture and Society, Western Sydney University.

Remerciements particuliers à : Facebook, Instagram et Twitter.

Contributeurs à l’UNICEF : Mercy Agbai, Stephen Blight, Anjan Bose, Alix Cabral, Rocio Aznar Daban, Siobhan Devine, Emma Ferguson, Nicole Foster, Nelson Leoni, Supreet Mahanti, Clarice Da Silva e Paula, Michael Sidwell, Daniel Kardefelt Winther.
 

À toutes les personnes victimes d’intimidation en ligne

Véritables célébrités sur TikTok, Charli et Dixie D’Amelio racontent leur expérience et vous donnent des conseils sur la conduite à adopter. #InternetPlusSûr #ENDviolence

Signaler des comportements inappropriés et ressources en matière de sécurité


Facebook

Instagram

Kik

Snapchat
TikTok

Tumblr

Twitter

WeChat

WhatsApp

YouTube