De nouvelles lignes directrices offrent le premier cadre stratégique mondial pour la protection des enfants en déplacement face aux changements climatiques

25 juillet 2022
A child wades through water carrying bag of belongings.
UNICEF/UN0548063/Grarup

GENÈVE/NEW YORK/WASHINGTON, le 25 juillet 2022 – Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Université de Georgetown et l’Université des Nations Unies ont publié aujourd’hui de nouvelles lignes directrices constituant le tout premier cadre stratégique mondial qui contribuera à protéger, à inclure et à autonomiser les enfants en déplacement dans le contexte des changements climatiques.

Le document intitulé Guiding Principles for Children on the Move in the Context of Climate Change (Principes directeurs relatifs aux enfants en déplacement dans le contexte des changements climatiques) recense neuf principes pour faire face aux vulnérabilités multiples particulières dont font l’objet les enfants en déplacement dans leur propre pays ou au-delà des frontières en raison des conséquences négatives des changements climatiques. Actuellement, la plupart des politiques migratoires concernant les enfants ne tiennent pas compte des facteurs climatiques et environnementaux, tandis que la plupart des politiques relatives aux changements climatiques négligent les besoins uniques des enfants.

Le document souligne que les changements climatiques viennent s’ajouter aux conditions environnementales, sociales, politiques, économiques et démographiques qui poussent les personnes à partir. Rien qu’en 2020, près de 10 millions d’enfants ont été déplacés à la suite d’un choc dû à un événement météorologique. Un milliard d’enfants – soit près de la moitié des 2,2 milliards d’enfants que compte le monde – vivent dans les 33 pays fortement exposés aux effets des changements climatiques. Ce sont donc des millions d’enfants supplémentaires qui pourraient être déplacés dans les années à venir.

Conçus en collaboration avec de jeunes militants, des universitaires, des experts, des décideurs, des professionnels et des organismes des Nations Unies œuvrant dans les domaines du climat et des migrations, ces principes directeurs s’appuient sur la Convention relative aux droits de l’enfant ratifiée au niveau mondial, et sont sous-tendus par les lignes directrices et les cadres opérationnels existants.

Ils fournissent ainsi aux pouvoirs publics nationaux et locaux, aux organisations internationales et aux groupes de la société civile un socle permettant d’élaborer des politiques qui protègent les droits des enfants.

Les organisations et les institutions appellent par conséquent les gouvernements, les acteurs locaux et régionaux, les organisations internationales ainsi que les groupes de la société civile à adopter ces lignes directrices afin de contribuer à protéger, à inclure et à autonomiser les enfants en déplacement dans le contexte des changements climatiques.

UNICEF

« Chaque jour, l’élévation du niveau de la mer, les ouragans, les feux incontrôlés et les mauvaises récoltes poussent de plus en plus d’enfants et de familles à quitter leur foyer », rappelle Catherine Russell, Directrice générale de l’UNICEF. « Les enfants déplacés sont davantage exposés à la violence, à la traite et à l’exploitation. Ils sont plus susceptibles de perdre l’accès à l’éducation et aux soins. Et ils sont souvent contraints de se marier très tôt et de travailler. Ensemble, grâce à une action coordonnée guidée par ces principes, les gouvernements, la société civile et les organisations internationales seront plus à même de protéger les droits et le bien-être des enfants en déplacement. »

OIM

« L’urgence climatique entraîne et continuera d’entraîner des conséquences profondes sur la mobilité humaine. Certaines catégories de population, telles que les enfants, en subiront les conséquences les plus graves, et nous ne pouvons pas mettre en danger les générations futures », affirme António Vitorino, Directeur général de l’OIM. « Les enfants migrants sont particulièrement vulnérables lorsqu’ils se déplacent dans le contexte des changements climatiques. Pourtant, leurs besoins et leurs aspirations ne sont toujours pas pris en compte dans les débats politiques. Grâce à ces principes directeurs, nous voulons garantir la visibilité de leurs besoins et de leurs droits, dans les débats politiques comme dans les programmes. La gestion des migrations et la prise en charge du déplacement des enfants dans le contexte des changements climatiques, de la dégradation environnementale et des catastrophes naturelles constituent un immense défi auquel nous devons nous attaquer dès maintenant. »

Université de Georgetown, Institut pour l’étude des migrations internationales

« Si les nouvelles lignes directrices n’ont pas valeur d’obligation légale, elles reprennent et exploitent des principes clés qui sont déjà inscrits dans le droit international et qui ont été adoptés par les gouvernements du monde entier », ajoute Elizabeth Ferris, Directrice de l’Institut pour l’étude des migrations internationales de l’Université de Georgetown. « Nous exhortons tous les gouvernements à examiner leurs politiques à la lumière des principes directeurs et à prendre dès maintenant des mesures qui garantiront la protection des enfants en déplacement face aux changements climatiques, aujourd’hui et à l’avenir. »

Centre de recherche sur les politiques de l’Université des Nations Unies

« Cela fait des années que la communauté internationale tire la sonnette d’alarme sur les changements climatiques et les dégradations environnementales, ainsi que sur la probabilité de déplacements humains de masse. Ces prédictions se réalisent, et on observe des migrations liées au climat dans toutes les régions du monde. Parmi les personnes qui se déplacent en raison de l’évolution rapide du climat, on dénombre de plus en plus d’enfants. Si ces enfants bénéficient d’une série de dispositifs protecteurs à l’échelle nationale et internationale, il s’agit d’un domaine très technique et difficile d’accès, ce qui entraîne un défaut de protection des enfants migrants », ajoute David Passarelli, Directeur exécutif du Centre de recherche sur les politiques de l’Université des Nations Unies. « L’Université des Nations Unies, l’UNICEF, et nos partenaires ont souligné la nécessité de disposer de lignes directrices concises qui décrivent les risques, les mécanismes de protection et les droits en des termes clairs et accessibles. Le document Guiding Principles for Children on the Move in the Context of Climate Change a été rédigé dans cet objectif précis. Cet outil permet de comprendre les liens complexes entre droits des migrants, droits des enfants et changements climatiques afin de répondre plus rapidement et plus efficacement aux besoins des enfants en déplacement dans le contexte des changements climatiques. »

Contacts presse

Sara Alhattab
UNICEF New York
Tél: +1 917 957 6536
Adresse électronique: salhattab@unicef.org

Ressources supplémentaires

Two boys stand by dead carcasses. Gabi’as village, 23 km northeast of the town of Gode, is one of the hardest drought-hit areas. Three consecutive failed rainy seasons have brought on severe drought in Ethiopia’s lowland region of Somali region drying up water wells, killing livestock and crops and pushing hundreds of thousands of children and their families to the brink.
Two boys stand by dead carcasses. Gabi’as village, 23 km northeast of the town of Gode, is one of the hardest drought-hit areas. Three consecutive failed rainy seasons have brought on severe drought in Ethiopia’s lowland region of Somali region drying up water wells, killing livestock and crops and pushing hundreds of thousands of children and their families to the brink.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez-nous sur TwitterFacebookInstagram et YouTube.

À propos de l’OIM

L’Organisation internationale pour les migrations est la principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration et est attachée au principe selon lequel une migration humaine et ordonnée profite aux migrants et à la société. Elle œuvre de concert avec ses partenaires de la communauté internationale pour aider à relever les défis opérationnels croissants de la migration, améliorer la compréhension des questions migratoires, encourager le développement économique et social par la migration et préserver la dignité humaine et le bien-être des migrants. Pour en savoir plus sur le travail de l’OIM dans les domaines de la migration, de l’environnement, des changements climatiques et de la réduction des risques de catastrophe, consultez le portail de l’OIM sur les migrations environnementales (en anglais).

À propos de l’Université de Georgetown, Institut pour l’étude des migrations internationales

L’Institut pour l’étude des migrations internationales est un centre pluridisciplinaire innovant qui étudie les dimensions sociales, économiques, environnementales et politiques des migrations internationales.

À propos du Centre de recherche sur les politiques de l’Université des Nations Unies

Depuis quarante ans, l’Université des Nations Unies est le centre d’étude et d’analyse de référence pour une recherche impartiale sur la survie humaine, la prévention des conflits, le développement durable et le bien-être. Employant plus de 400 chercheurs dans 13 pays, le Centre de recherche sur les politiques de l’Université des Nations Unies est l’un des 13 instituts de recherche et de formation qui composent le think tank. Le Centre, qui exerce ses activités à New York et à Genève, associe excellence en matière de recherche et connaissances approfondies du système multilatéral afin de proposer des solutions innovantes aux défis actuels et futurs auxquels se heurtent les politiques publiques mondiales.