Une éducation de qualité pour chaque enfant du Congo

Leur futur est notre futur aussi !

Jean Junior NIYONKURU
Gabriel, jeune autochtone village de Mozaka, Likouala, en visite à son ancien école ORA
UNICEF_2020_JJNIYONKURU
10 décembre 2020
Gabriel, jeune autochtone village de Mozaka, Likouala, en visite à son ancien école ORA
UNICEF_2020_JJNIYONKURU
Gabriel, jeune autochtone village de Mozaka, Likouala, en visite à son ancien école ORA

Gabriel, 17 ans, est un jeune étudiant du village de Mozaka, dans le département de Likouala, situé au Nord-Est de la République du Congo. Dans ce département il y a une forte concentration de populations autochtones, qui constituent 1,2% de la population du pays. L’éducation pour les jeunes autochtones, comme Gabriel, reste un défi : 65% des enfants autochtones ne sont pas scolarisés.

Grâce à l’école ORA (Observer, Réflechir, Agir) de son village, Gabriel est maintenant prêt pour commencer sa scolarisation dans le système éducatif formel, en classe de CE1, la troisième année de l’école primaire.

« Après plusieurs mois sans cours à cause du Coronavirus, je suis très déterminé à reprendre l’école et à bien réussir. Je prends mes études très au sérieux. L’année passée j’étais le dixième de la classe, cette année que je vais aller en CE1 je veux mieux faire. » dit Gabriel, qui s’est rendu dans son ancienne école ORA, où au début de l’année scolaire les kits pour les élevés du système non formel et formel ont été distribués.

« Tout ce que j’ai appris, comme le français et les mathématiques, et qui me permet maintenant d’aller à l’école primaire, je l’ai appris ici dans l’école ORA de notre village. C’est ici que j’ai appris à compter et à parler le français, qui est la langue que je vais utiliser en CE1. » dit Gabriel.

Jean-Baptiste, Coordonnateur des Ecoles ORA de la Likouala
UNICEF_2020_JJNIYONKURU
Jean Baptiste, le superviseur des écoles ORA dans la Likouala anime des séances d'animations par des chants

L’école ORA fréquentée par Gabriel utilise la méthode pédagogique Observer, Réfléchir, Agir, qui est une méthode d’enseignement interculturelle utilisée pour les enfants autochtones dans le système éducatif non formel.

« Gabriel, comme beaucoup d’autres enfants, est prêt à entrer au CE1. » explique Jean Baptiste, le coordonnateur des écoles ORA du département de Likouala.

« Le plus grand défi que les élèves autochtones rencontrent quand ils arrivent à l’école primaire c’est la stigmatisation parce qu’ils manquent souvent de matériel scolaire, de tenue et aussi de chaussures. »

« Les enfants des écoles ORA sont intelligents et motivés. Quand ils reçoivent des kits scolaires avec un sac, des cahiers et des stylos, ils sont plus motivés à étudier et à bien réussir et cela attire les autres jeunes autochtones du village à participer aux cours. » ajoute Jean Baptiste.

Grâce au projet McGovern Dole, une initiative financée par l’USDA qui vise à améliorer la qualité des apprentissages dans les écoles primaires et les écoles ORA, UNICEF dote les enfants autochtones en fournitures scolaires et le PAM (Programme Alimentaire Mondial) finance le programme de cantines scolaires, qui joue un rôle majeur dans l’amélioration du taux de rétention scolaire.

Depuis 2015, UNICEF et ses partenaires ont fourni presque 8 000 kits scolaires aux enfants autochtones, parmi lesquels 3 800 filles et 4 200 garçons. 80 animateurs de ces écoles, dont 13 femmes et 67 hommes, ont reçu une formation spécifique et un manuel sur la gestion managériale des écoles. 500 copies du manuel, produit par UNICEF et ses partenaires, ont été distribuées aux aniamteurs des écoles ORA et aux directeurs des écoles primaires publiques ayant suivi la formation.

« Je pense que personne ne devrait être laissé pour compte. Aller à l’école est très important pour permettre aux enfants autochtones de notre village d’être au même niveau que les autres. » déclare Bokai, un voisin de l’école ORA du village de Mozaka.

« Nous avons le devoir, en tant qu’ adultes du village et du Congo, de donner aux enfants l’opportunité d’aller à l’école et de les aider à s’épanouir. L’éducation est leur futur et notre futur aussi ! »