Un portail de signalement d’images et vidéos d’abus sexuels sur enfants

Une plateforme pour un environnement en ligne plus sûr pour chaque enfant

UNICEF Tunisie
lancement portail de signalement
UNICEF Tunisie
10 juin 2021

La Tunisie a franchi un pas important dans la protection des enfants

a déclaré Mme Imen Houimel, Ministre de la Femme, de la Famille et des seniors lors du lancement ce matin du portail de signalement des abus et d’exploitation sexuels en ligne des enfants. Une initiative fortement soutenue par plusieurs partenaires internationaux tous présents à cet important évènement.  « Ce mécanisme vient s’ajouter et renforcer l’arsenal de textes législatifs et mesures internationaux et nationaux auxquels la Tunisie a  adhéré comme la Convention relative aux droit de l’enfant, le Code de Protection de l’enfant  la convention de Lanzarote sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels, la loi pour l’éradication de la violence faite à la femme et à l’enfant, et plus récemment le lancement d’un n° vert pour et d’une large  campagne de communication pour alerter le grand public et les enfants sur les cyber violences et fournir des conseils pour la protection en ligne, pour ne citer que ceux là » a ajouté la Ministre en remerciant l’Union Européenne, le Conseil de l’Europe, l’International Watch Fondation (IWF) et l’UNICEF pour leur précieuse contribution à ce projet.

lancement portail de signalement d'images et des vidéos
UNICEF Tunisie

Pour M. Marcus Cornaro, Ambassadeur de l’Union Européenne en Tunisie,  les efforts entrepris par le peys pour combattre ce fléau mondial sont en cohérence et en conformité avec les standards internationaux et l’engagement de l’Union Européenne et de la Tunisie pour les droits de l’enfant. La hausse préoccupante de ces pratiques odieuses et du nombre des victimes de ces prédateurs sexuels interpellent sur le besoin urgent d’élaborer un cadre juridique incriminant les cybercriminels pour que les droits de l’enfant soient mieux « protégés, respectés et cultivés » .

Mme Pilar Morales, Cheffe par intérim du bureau du Conseil de l’Europe en Tunisie a indiqué que « la crise sanitaire a aggravé la situation. Le nombre croissant d’agressions en ligne nécessite un accroissement d’efforts et la mise  en place d’un partenariat stratégique impliquant les services de sécurité judiciaire,  les citoyens  pour rendre plus « visible » ce problème et permettre de dénoncer et poursuivre les auteurs. Ce programme cadre avec avec les priorités du programme SUD IV qui accorde une attention particulière aux activités de lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles.

Pour Mme Marilena Viviani, il ne s’agit pas de diaboliser les nouvelles technologies qui sont par ailleurs une source de « savoirs » et un apport essentiel pour l’ouverture aux connaissances pour les enfants. Mais leur utilisation peut représenter un réel danger pour les enfants. Elle a rappelé que la Tunisie a un taux parmi les plus élevés dans le monde arabe de violence à l’égard des enfants trop souvent acceptée pour leur éducation.  L’UNICEF travaille avec ses partenaires au renforcement des capacités institutionnelles et pour un « changement de comportements et des normes sociales ». Elle s’est engagée à soutenir la Tunisie à disposer de données pour mieux connaitre la situation de la sécurité des enfants sur internet et donner ainsi toute sa force à cette initiative.

La présentation du Délégué général à la protection de l’enfance a confirmé ce besoin et révélé que les chiffres avancés ne reflètent qu’une partie minime de la réalité. Une chose est sûre : le nombre de signalements de violences sexuelles qui est passé de 331 en 2014  à 1149 en 2019 est quant à lui révélateur. 

Aujourd’hui, en concrétisant ce partenariat avec le Ministère de la Femme de la Famille et des Seniors, IWP lance son 47 ème portail de signalement des abus et d’exploitation sexuels des enfants en ligne a déclaré Me Zoé Colpaert. Accessible dans plusieurs langues dont l'arabe, le portail offre un espace pour signaler de façon anonyme les images et vidéos d’abus sexuels des enfants, la suppression du contenu et la désactivation des comptes des traqueurs sexuels.   

Les étapes à suivre ont fait l’objet de l’intervention du directeur général de l’enfance M Chokri Maatoug : une campagne d’information et de sensibilisation à cet outil prometteur, le développement d’une application smartphone pour faciliter le signalement et  la création d’une cellule centrale de recueil des signalements en collaboration avec IWP .

Le lancement de cette plateforme de protection des droits de l’enfant est une étape clé pour briser le mur de silence et permettre à chaque fille et à chaque garçon, de tirer le meilleur parti d'Internet en toute sécurité.