Pour la fête des Mères, l’UNICEF appelle à une réduction de l’écart entre riches et pauvres en matière d’allaitement maternel à l’échelle mondiale

Malgré les bienfaits de l’allaitement maternel, un nourrisson sur cinq n’est pas allaité dans les pays à revenu élevé, contre seulement un sur 25 dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

10 mai 2018

 

NEW YORK, le 10 mai 2018 – Le nombre de nourrissons qui ne bénéficient pas de l’allaitement maternel reste élevé, notamment dans les pays les plus riches du monde, affirme l’UNICEF dans une nouvelle analyse publiée ce jour. Chaque année, environ 7,6 millions de nourrissons dans le monde ne sont pas allaités.

D’après les estimations présentées dans l’analyse, bien que le lait maternel sauve des vies, protège les tout-petits et les mères contre des maladies mortelles et permette d’améliorer le QI et les résultats scolaires des enfants, 21 % des nourrissons dans les pays à revenu élevé ne sont jamais allaités. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, ce taux s’élève à 4 %.

« L’allaitement est le plus beau cadeau qu’une mère, riche ou pauvre, peut faire à son enfant, et s’offrir à elle-même », affirme Shahida Azfar, Directrice générale adjointe par intérim de l’UNICEF. « Alors que nous célébrons la fête des Mères, nous devons apporter aux mères du monde entier le soutien dont elles ont besoin pour allaiter. »

L’analyse souligne que le taux de nourrissons allaités au moins une fois est beaucoup plus élevé dans les pays à revenu faible et intermédiaire tels que le Bhoutan (99 %), Madagascar (99 %) et le Pérou (99 %) que dans des pays comme l’Irlande (55 %), les États-Unis (74 %) ou l’Espagne (77 %) (voir tableau). Plus d’un tiers des 2,6 millions de nourrissons n’ayant jamais été allaités dans les pays à revenu élevé se trouvent aux États-Unis.

Toutefois, les chiffres montrent que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les écarts de richesse ont des répercussions sur la durée d’allaitement maternel. Dans les familles les plus pauvres, le taux d’allaitement à 2 ans est 1,5 fois supérieur à celui des familles les plus riches. Ces disparités sont les plus importantes en Afrique de l’Ouest et centrale, en Amérique latine et dans les Caraïbes où le taux d’allaitement à 2 ans des nourrissons issus des familles les plus pauvres est près de deux fois supérieur à celui observé pour les enfants nés dans les foyers les plus aisés.

« Nous savons que dans les pays pauvres, les mères aisées allaitent moins souvent. Pourtant, il semblerait que dans les pays riches, ce sont les mères pauvres qui allaitent moins fréquemment, ce qui paraît quelque peu paradoxal », souligne Shahida Azfar. « Ces disparités en fonction du niveau de revenu montrent bien qu’indépendamment de leur richesse, les différents pays n’informent pas toutes les mères et n’offrent pas à toutes la possibilité d’allaiter leur enfant. »

Les facteurs favorisant un taux d’allaitement maternel élevé sont variables. Des pays tels que l’Inde et le Viet Nam ont mis en place des politiques efficaces de protection et de promotion de l’allaitement maternel. Ailleurs, par exemple au Turkménistan, le taux de mères accouchant dans des hôpitaux amis des bébés** est très élevé. En Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, presque toutes les mères donnent naissance à leur enfant dans un établissement de ce type. En outre, le contexte culturel et politique, notamment le soutien des pères, des familles, des employeurs et des communautés, joue un rôle décisif.

Dans le cadre de sa campagne mondiale, Pour chaque enfant, une chance de vivre, qui exige des solutions au nom des nouveau-nés du monde entier, l’UNICEF invite les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile à :

  • accroître les financements et intensifier la sensibilisation afin d’augmenter les taux d’allaitement maternel de la naissance à l’âge de 2 ans ;
  • adopter des mesures législatives fortes visant à réguler le marketing concernant le lait maternisé et les autres substituts au lait maternel ainsi que les biberons et les tétines ;
  • instaurer un congé pour motif familial rémunéré et adopter des politiques favorisant l’allaitement maternel sur le lieu de travail, notamment en mettant en place des pauses pour l’allaitement rémunérées ;
  • réunir les dix conditions pour le succès de l’allaitement maternel dans les maternités et fournir du lait maternel aux nouveau-nés malades ;
  • veiller à ce que les mères bénéficient d’un accompagnement adéquat en matière d’allaitement au sein des établissements de santé dans la semaine suivant l’accouchement ;
  • renforcer les liens entre les établissements de santé et les communautés afin que les mères soient assurées de bénéficier d’un soutien continu en faveur de l’allaitement maternel ;
  • perfectionner les systèmes de surveillance afin de suivre les améliorations des politiques, des programmes et des pratiques en faveur de l’allaitement maternel.

 

À l’occasion de la fête des Mères, fixée en mai dans plus de 128 pays, la campagne « Pour chaque enfant, une chance de vivre » célèbre les mères et les nourrissons et leur droit à être accompagnés pendant la grossesse et l’accouchement, et après la naissance.


######

Téléchargez le rapport ainsi que les documents multimédias ici. Pour consulter des portraits de mères et de nourrissons du Pérou, du Mali, de Mongolie et du Bangladesh réalisés par la photographe primée Ilvy Njiokiktjien, cliquez ici.

Pour consulter la liste complète des pays, cliquez ici.

L’analyse s’appuie sur différentes sources de données concernant 123 pays. Les données relatives aux pays à revenu faible et intermédiaire sont issues des bases de données mondiales de l’UNICEF. Pour les pays à revenu élevé, les chiffres proviennent d’un article sur l’allaitement maternel paru dans The Lancet en 2016, à l’exception des données concernant la Barbade, les États-Unis, Oman, l’Uruguay et le Qatar, qui ont été fournies par l’UNICEF. Pour tous les pays, seules les estimations pour l’année 2010 ou des chiffres plus récents sont présentés, sauf en ce qui concerne la Chine, pour laquelle l’estimation date de 2008.

Contacts presse

Sabrina Sidhu

UNICEF New York

Tél: +1 917 476 1537

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Pour leur sauver la vie. Pour défendre leurs droits. Pour les aider à réaliser leur potentiel. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous. Et nous n’abandonnons jamais.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org/fr 

Suivez-nous sur Twitter et Facebook