L’UNICEF et l’OMS s’inquiètent de constater que les conditions actuelles sont particulièrement favorables à une flambée épidémique de rougeole, une situation qui met en danger les enfants

Le nombre de cas de rougeole recensés à travers le monde a augmenté de 79 % au cours des deux premiers mois de l’année 2022 par rapport à la même période en 2021

27 avril 2022
A mother holds her baby while a health worker administers a vaccine.
UNICEF/UN0414894/Naftalin
A child is vaccinated against measles at the UNICEF-supported Nutrition Health Centre in Hargeisa, Somaliland.

NEW YORK/GENÈVE, le 27 avril 2022 – L’augmentation préoccupante des cas de rougeole en janvier et février 2022 indique un risque accru de propagation des maladies à prévention vaccinale et pourrait engendrer d’importantes flambées épidémiques, en particulier de rougeole. Des millions d’enfants pourraient ainsi être touchés en 2022, avertissent l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF.

Les perturbations liées à la pandémie, l’aggravation des inégalités en matière d’accès aux vaccins et la réaffectation des ressources destinées à la vaccination de routine empêchent un trop grand nombre d’enfants de recevoir une protection contre la rougeole et d’autres maladies à prévention vaccinale.

Le risque de flambées épidémiques importantes s’est accentué à mesure que les collectivités ont relâché la mise en œuvre des règles de distanciation physique et d’autres mesures de prévention de la COVID-19 imposées au plus fort de la pandémie. En outre, le déplacement de millions de personnes déclenché par les conflits et les crises qui font rage en Ukraine, en Éthiopie, en Somalie et en Afghanistan, entre autres pays, se traduit par la perturbation des services de vaccination de routine et contre la COVID-19, un manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, et l’augmentation du risque d’épidémies de maladies à prévention vaccinale dans un contexte de promiscuité.

Quelque 17 338 cas de rougeole ont été recensés dans le monde en janvier et février 2022, contre 9 665 au cours des deux premiers mois de l’année 2021. Or, cette maladie très contagieuse a tendance à ressurgir rapidement lorsque les taux de vaccination diminuent. Les organisations s’inquiètent du fait que les flambées de rougeole puissent également laisser présager d’autres épidémies de maladies se propageant plus lentement.

Outre ses effets directs sur l’organisme, qui peuvent mettre en jeu le pronostic vital, le virus de la rougeole affaiblit le système immunitaire et rend l’enfant plus vulnérable pendant plusieurs mois à d’autres maladies infectieuses telles que la pneumonie et la diarrhée. La plupart des cas de rougeole surviennent dans des contextes ayant connu des difficultés sociales et économiques en raison de la COVID-19, d’un conflit ou d’autres crises, et touchés de manière chronique par la fragilité des infrastructures de santé et l’insécurité.

« En plus d’être une maladie dangereuse et potentiellement mortelle, la rougeole est un signe avant-coureur qui révèle des lacunes dans la couverture vaccinale à l’échelle du globe – des lacunes dont pâtiront les enfants vulnérables », a déclaré Catherine Russell, Directrice générale de l’UNICEF. « S’il est encourageant de constater que la population de nombreuses collectivités commence à se sentir suffisamment protégée de la COVID-19 pour reprendre ses interactions sociales, cette reprise des activités dans les pays où les enfants ne bénéficient pas d’une vaccination de routine contribue à créer le terrain idéal pour la propagation de maladies telles que la rougeole. »

En 2020, 23 millions d’enfants (3,7 millions de plus qu’en 2019) n’ont pas reçu les vaccins infantiles de base dans le cadre des services de santé de routine, soit le chiffre le plus élevé depuis 2009.

Liste des cinq pays ayant recensé le plus grand nombre de cas de rougeole au cours des 12 derniers mois, jusqu’en avril 2022[1]

Pays

Cas de rougeole recensés

Taux par million d’habitants

Taux de couverture pour la première dose de vaccin contre la rougeole (%), 2019[2]

Taux de couverture pour la première dose de vaccin contre la rougeole (%), 2020[3]

Somalie

9 068

554

46

46

Yémen

3 629

119

67

68

Afghanistan

3 628

91

64

66

Nigéria

12 341

58

54

54

Éthiopie

3 039

26

60

58

En avril 2022, les organisations avaient recensé dans le monde, au cours des 12 derniers mois, 21 flambées épidémiques majeures de rougeole ayant eu des effets perturbateurs, l’Afrique et la Méditerranée orientale étant les régions les plus touchées. Toutefois, ces chiffres sont probablement sous-estimés car, la pandémie ayant mis à mal les systèmes de surveillance à l’échelle du globe, il est fort probable que la totalité des cas n’aient pu être signalés.

Parmi les pays où la rougeole a le plus sévi depuis l’an dernier figurent la Somalie, le Yémen, le Nigéria, l’Afghanistan et l’Éthiopie. L’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole est la principale cause de ces épidémies, quel que soit le pays concerné.

« La surcharge des systèmes de santé, dans le sillage de la pandémie de COVID-19, a conduit à l’interruption des services de vaccination. Or, nous constatons aujourd’hui la résurgence de maladies mortelles telles que la rougeole, et les conséquences de ces perturbations se feront sentir pendant plusieurs décennies en ce qui concerne d’autres maladies », a ajouté le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Il est urgent de remettre les services essentiels de vaccination sur les rails et de lancer des campagnes de rattrapage afin que chacun puisse avoir accès à ces vaccins vitaux. »

Au 1er avril 2022, on déplorait toujours le report, en raison de la pandémie, de 57 campagnes contre des maladies à prévention vaccinale prévues dans 43 pays, au détriment de 203 millions de personnes, principalement des enfants. Parmi ces campagnes, 19 visent plus particulièrement la rougeole, une situation qui expose 73 millions d’enfants au risque de contracter cette maladie. En Ukraine, la campagne de rattrapage contre la rougeole commencée en 2019 a été interrompue en raison de la pandémie de COVID-19, puis de la guerre. Il est essentiel de mener des campagnes de vaccination de routine et de rattrapage partout où l’accès est possible afin de veiller à ce que la situation observée dans le pays entre 2017 et 2019, une période marquée par des flambées épidémiques à répétition qui ont touché plus de 115 000 personnes et entraîné 41 décès – soit le taux d’incidence le plus élevé en Europe –, ne se reproduise pas.

Atteindre une couverture vaccinale d’au moins 95 % de la population avec deux doses de vaccin est un moyen sûr et efficace de protéger les enfants contre la rougeole. Or, dans de nombreux pays, les perturbations engendrées par la pandémie de COVID-19 ont retardé l’administration de la deuxième dose de vaccin.

Alors que les pays prennent des mesures pour lutter contre les épidémies de rougeole et d’autres maladies à prévention vaccinale, et s’efforcent de rattraper ce retard, l’UNICEF, l’OMS et leurs partenaires, à l’instar de Gavi, l’Alliance du vaccin, de l’Initiative contre la rougeole et la rubéole, et de la Fondation Bill & Melinda Gates, entre autres, poursuivent leurs efforts en matière de renforcement des systèmes de vaccination en :

  • Rétablissant des services et des campagnes de vaccination afin que les pays puissent mener en toute sécurité des programmes de vaccination de routine et ainsi rattraper le retard accumulé ;
  • Aidant les agents de santé et les dirigeants communautaires à communiquer activement avec les personnes qui s’occupent d’enfants pour leur expliquer l’importance des vaccinations ;
  • Comblant les lacunes en matière de couverture vaccinale, notamment grâce à l’identification des communautés et des personnes qui n’ont pas reçu de dose durant la pandémie ;
  • Veillant à ce que la vaccination contre la COVID-19 fasse l’objet d’un financement distinct et soit bien intégrée dans la planification générale des services de vaccination, de sorte qu’elle ne soit pas menée au détriment d’autres vaccinations, notamment de celles contre les maladies infantiles ;
  • Mettant en œuvre des plans nationaux de prévention et de lutte contre les épidémies de maladies à prévention vaccinale et en renforçant les systèmes de vaccination dans le cadre des mesures de relèvement face à la COVID-19.

Ressources pour en savoir plus sur la campagne de l’OMS menée du 24 au 30 avril à l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination.

[1] Source : données provisoires fondées sur les rapports mensuels transmis à l’OMS jusqu’en avril 2022

[2] Source : estimations de l’OMS/l’UNICEF relatives à la couverture vaccinale nationale, révision 2020.

[3] Source : estimations de l’OMS/l’UNICEF relatives à la couverture vaccinale nationale, révision 2020.

Contacts presse

Sabrina Sidhu
UNICEF New York on mission to South Asia
Tél: +19174761537
Adresse électronique: ssidhu@unicef.org
WHO
Geneva
Adresse électronique: mediainquiries@who.int

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez-nous sur TwitterFacebookInstagram et YouTube.

À propos de l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé assure un rôle de chef de file mondial dans le domaine de la santé publique au sein du système des Nations Unies. Fondée en 1948, l’OMS compte 194 États Membres, dans six régions. Sa mission consiste à promouvoir la santé, à préserver la sécurité mondiale et à servir les populations vulnérables. Son objectif pour la période 2019-2023 est de faire en sorte qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu’un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d’urgence sanitaire et qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien-être.


Visitez le site www.who.int/fr et suivez l’OMS sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, TikTok, Pinterest, Snapchat, YouTube et Twitch.