Des investissements dans l’éducation désespérément nécessaires pour éviter l’émergence d’une « génération perdue » d’enfants rohingyas – UNICEF

Un an après avoir fui en masse le Myanmar, plus de 500 000 enfants réfugiés au Bangladesh voient leur avenir menacé

24 août 2018
Le 5 août 2018, dans le camp de réfugiés Hakimpara à Cox's Bazar, au Bangladesh, Tasmin, 10 ans (à gauche), une élève du Bangladesh aide son amie Rajima, 10 ans (à droite), une réfugié rohingya à faire des devoirs.

NEW YORK/COX’S BAZAR, Bangladesh, 23 août 2018 – Dans le sud du Bangladesh, plus d’un demi-million d’enfants réfugiés rohingyas se voient refuser la chance d’une éducation digne de ce nom, et il est urgent que la communauté internationale se mobilise pour éviter qu’ils ne sombrent dans la frustration et le désespoir, a déclaré aujourd’hui l’UNICEF.

Dans un rapport* marquant le début, il y a un an, de l’afflux massif au Bangladesh des Rohingyas fuyant l’extrême violence au Myanmar, l’UNICEF alerte sur les sombres perspectives des enfants réfugiés vivant dans les camps rudimentaires et surpeuplés du district de Cox’s Bazar. Ces derniers n’ont que peu d’occasions d’étudier et ne savent absolument pas quand ils pourront retourner chez eux.

« Si nous n’investissons pas dans l’éducation dès maintenant, nous risquons de voir émerger une "génération perdue" d’enfants rohingyas, des enfants qui n’ont pas les moyens de gérer leur situation actuelle, et seront incapables de contribuer à la société lorsqu’ils auront enfin la possibilité de retourner au Myanmar », prévient Édouard Beigbeder, représentant de l’UNICEF au Bangladesh.

Le rapport indique que d’importants efforts en matière d’aide internationale sous l’égide du Gouvernement du Bangladesh ont permis de mettre en place des services de base pour les réfugiés. Les craintes d’épidémies majeures ont été écartées, du moins pour l’instant.

L’afflux soudain de ces enfants et la nécessité de les scolariser peu après leur arrivée ont représenté un grand défi pour l’UNICEF et ses partenaires éducatifs. En juillet 2018, quelque 1 200 centres scolaires avaient été mis en place et accueillaient près de 140 000 enfants. Cependant, aucun programme n’a été arrêté, les classes sont souvent surchargées et les locaux ne disposent ni de l’eau courante ni d’autres commodités.

Un nouveau cadre d’apprentissage, conçu pour donner aux enfants une éducation de grande qualité, c’est-à-dire des bases de lecture, d’expression écrite et orale, et de calcul, ainsi que d’autres compétences essentielles à leur vie future, est en cours d’élaboration.

Le rapport souligne que la communauté internationale devrait investir dans une éducation de qualité pour tous les enfants rohingyas, et notamment pour les filles et les adolescents qui, selon ses conclusions, risquent de se retrouver exclus. Il demande également au Gouvernement du Myanmar de s’assurer que, dans l’État de Rakhine, qui abrite encore plus d’un demi-million de Rohingyas, les enfants de toutes les communautés confondues aient le même accès à une éducation maternelle, élémentaire et secondaire de qualité. 

Le rapport précise qu’une solution durable à la crise des Rohingyas passe par le règlement de la situation dans le nord de cette région. Il en appelle à la mise en œuvre des recommandations de la commission consultative sur l’État de Rakhine, et notamment à la reconnaissance des droits fondamentaux de la population musulmane locale : liberté de mouvement, accès aux services de base tels que la santé et l’éducation, et moyens de subsistance décents.  

Il demande au Gouvernement du Myanmar de protéger aussi bien les enfants rohingyas que ceux d’autres origines ethniques, et de créer sur le terrain des conditions propres à permettre le retour volontaire, sûr et digne des réfugiés rohingyas dans leurs anciennes communautés.

L’UNICEF est présent sur le terrain dans le sud du Bangladesh depuis le début de la crise, dans le cadre d’une coalition d’organismes nationaux et internationaux. En 2018, l’agence a lancé un appel aux dons de 28,2 millions de dollars pour financer ses travaux dans le domaine de l’éducation pour les réfugiés rohingyas. À ce jour, elle a réuni à peine la moitié de cette somme.

Contacts presse

Joe English

UNICEF New York

Tél: +1 917 893 0692

Jean-Jacques Simon

UNICEF Bangladesh

Tél: +880 1713043478

Alastair Lawson Tancred

UNICEF Bangladesh

Tél: +880 17 0120 8911

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/fr.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook