ANALYSE DES RISQUES ET DE LEURS IMPACTS SUR LES ENFANTS (CRIA) NIGER

Le Niger est actuellement confronté à une combinaison de crises humanitaires à déclenchement rapide et prolongé

Points forts

Le Niger est un pays enclavé d'Afrique occidentale. Il couvre une superficie de 1 267 000 km2, dont les trois quarts font partie du désert saharien. Au Niger, la saison des pluies ne dure que trois mois et il peut n'y
avoir que 150 millimètres d'eau par an. Dans le même temps, les températures maximales sont élevées, atteignant 45°C à l'ombre entre avril et mai. La couverture végétale est clairsemée et l'agriculture nomade est dominante.

Le Niger est actuellement confronté à une combinaison de crises humanitaires à déclenchement rapide et prolongé. Le Niger est exposé à plusieurs risques naturels et d'origine humaine tels que les sécheresses, les criquets, les maladies du bétail et des cultures, les inondations, les tempêtes de vent, les incendies de forêt, les épidémies et les conflits qui ont eu historiquement plusieurs impacts sur la vie et le bien-être des enfants et de leurs familles, augmentant également leurs vulnérabilités préexistantes aux risques.

Selon le rapport 2022 de l'UNICEF HAC (Humanitarian Action For Children), cette année, environ 2,7 millions de personnes seront confrontées à l'insécurité alimentaire ; environ 1,3 million d'enfants de moins de 5 ans souffriront de malnutrition, dont plus de 432 804 enfants qui souffriront de malnutrition aiguë sévère
(MAS) ; et près de 1,3 million de personnes devront avoir accès à des services EHA (Eau-Hygiène -Assainissement) d'urgence. Près de 400 000 enfants pourraient ne pas être scolarisés en raison de l'insécurité ou des dégâts causés par les inondations dans les établissements scolaires. En 2021, 200 866 personnes ont déjà été touchées par les inondations, tandis que le pays a enregistré 5 070 cas de choléra (dont 1 765 enfants de moins de 15 ans) et 154 décès associés (dont 28 enfants). (UNICEF HAC).

Les hostilités persistantes entre groupes armés le long des frontières avec le Burkina Faso, la Libye, le Mali et le Nigeria ont entraîné d'importants déplacements de populations. Le nombre croissant de personnes déplacées à l'intérieur du pays, de réfugiés, de rapatriés et de migrants au Niger met à rude épreuve les ressources des communautés d'accueil et accroît leur vulnérabilité. Globalement, le Plan de réponse humanitaire 2022 (HRP 2022) estime qu'en 2022, 3 700 000 personnes auront besoin d'une aide humanitaire, dont 2 035 000 enfants (55%).

Le rapport indique que malheureusement, en raison de l'impact des diverses catastrophes sur leur vie mais aussi des vulnérabilités des systèmes sociaux, les enfants ont un accès limité aux services essentiels clés, (tels que l'eau, l'assainissement et l'hygiène, la santé, l'éducation et la protection sociale) ce qui augmentent leur vulnérabilité au changement climatique, aux chocs et au stress. De plus, les vulnérabilités et les expositions interagissent également entre elles, ce qui peut amplifier les effets.

Le rapport souligne aussi que, dans l'ensemble, les secteurs et services sociaux sont mal préparés à prévenir, atténuer et répondre aux crises et aux catastrophes car le pays se concentre davantage sur la préparation
et la réponse. Par ailleurs, même s'il existe un cadre juridique et opérationnel national assez complet sur
la gestion des risques de catastrophes et le changement climatique dans le pays, au niveau sectoriel, il n'y

a pas encore de cadre institutionnel sectoriel solide pour identifier, planifier et répondre aux catastrophes. Une condition préalable serait de renforcer la compréhension de l'impact des risques non seulement sur les enfants et leurs familles, mais aussi sur les différents secteurs et prestataires de services, afin de pouvoir ensuite mettre en œuvre des interventions tenant compte des risques.

Le rapport souligne également l'importance de l'application d'une approche intégrée de programmation de la réduction des risques multiples. Les preuves montrent que les communautés sont rarement confrontées à une menace unique et isolée, mais à une diversité de risques qui interagissent et exacerbent les vulnérabilités préexistantes, appelant à une programmation renforcée basée sur les risques dans tous les secteurs.

Au cours des dernières années, l'UNICEF a soutenu l'action visant à appliquer une perspective climatique et de risque à la programmation par l'organisation d'un atelier GRIP (Guidance on Risk-Informed Programming) en 2021, d'un Moment de Réflexion Stratégique (SMR) en 2021 ; l'organisation d'une série de webinaires UNICEF WCARO (West and Central Africa Region) en janvier 2021 : "Resilience Deep Dive" et en avril 2021 "l’introduction à la programmation informée par les risques en soutien au nouveau programme pays".

En outre, d'octobre 2021 à janvier 2022, le bureau de pays de l'UNICEF au Niger a mené une analyse des risques et de leurs impacts sur les enfants (CRIA) au Niger. L'objectif était de fournir une analyse complète non seulement des chocs et des stress, mais aussi des vulnérabilités, des capacités et des niveaux d'exposition qui déterminent le risque afin d’aider à concevoir des stratégies de programme délibérées pour réduire les risques pour les enfants et leurs communautés, aider à maintenir et à favoriser la paix, et éviter les crises avant qu'elles ne se manifestent.

Ce rapport de préanalyse est essentiellement une tentative de comprendre, de catégoriser, d'évaluer et de hiérarchiser les risques qui affectent ou pourraient affecter le bien-être et le développement des enfants, et qui peuvent potentiellement entraver les progrès du pays vers le respect des engagements internationaux, notamment les Objectifs de développement durable (ODD), le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (SFDRR) et l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Cette analyse des risques devrait permettre à tous les secteurs et départements, y compris les agences des Nations Unies, les départements gouvernementaux au niveau national et régional, la société civile et les universités, qui s'occupent du bien-être et du développement des enfants, de planifier et de mettre en œuvre des programmes tenant compte des risques, afin de préserver les acquis du développement en minimisant les risques et l'impact des catastrophes et de permettre à l'État de parvenir à un développement durable.

CRIA
Auteur
UNICEF
Date de publication
Langues
Français