02 juillet 2024

Suivi et application des mesures légales adoptées pour protéger l’allaitement maternel

Bien que l’allaitement maternel soit la norme dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (RAOC), les taux d’allaitement exclusif dans la région sont parmi les plus bas du monde, avec 37 % (la moyenne mondiale étant de 48 %) et moins de la moitié des enfants sont encore nourris au sein à l’âge de 2 ans.L’initiative « Plus fort avec le lait maternel uniquement » a été lancée dans la région en novembre 2019 afin de renforcer l’action visant à améliorer les taux d’allaitement dans les 24 pays. L’initiative vise à ce que l’Afrique de l’Ouest et du Centre atteigne l’objectif mondial de 50 % d’allaitement maternel exclusif d’ici 2025. L’adoption et la mise en oeuvre du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et des résolutions connexes de l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) (connus ensemble sous le nom de « Code ») est l’une des mesures essentielles que les gouvernements sont invités à prendre pour atteindre l’objectif de 2025. Le Code a été adopté en mai 1981 par l’Assemblée mondiale de la Santé, qui s’inquiétait de la commercialisation agressive et souvent inappropriée des substituts du lait maternel, qui contribuait à un déclin alarmant de l’allaitement maternel et à l’augmentation de la malnutrition, de la morbidité et de la mortalité chez les nourrissons et les jeunes enfants dans le monde entier.En 2016, l’AMS a adopté une résolution saluant le Guide de l’OMS sur la fin de la promotion inappropriée des aliments pour nourrissons et jeunes enfants (le Guide), qui comprend 7 recommandations que les pays devraient adopter dans le cadre de toute mesure juridique visant à mettre en oeuvre le Code. Selon le rapport le plus récent, en mars 2022, 144 des 194 États membres de l’OMS avaient adopté des mesures légales pour mettre en oeuvre au moins certaines des dispositions du Code. Cependant, l’absence d’une surveillance et d’une application continues, efficaces et durables, constitue un obstacle majeur dans la plupart des pays de la région et du monde.
15 mai 2024

Un guide d'introduction au changement social et comportemental fondé sur les droits de l'homme

Le changement social et comportemental (SBC) est un terme apparu au cours de la dernière décennie pour désigner une gamme d'approches contribuant à un changement positif. De nombreuses organisations dans le domaine du développement et de l’humanitaire ont adopté le terme « changement social et comportemental » pour décrire leur travail, qui, ces dernières années, s’est étendu au-delà de la communication et de l’engagement communautaire. Les approches de changement social et comportemental fondées sur les droits de l’homme positionnent les membres de la communauté comme faisant partie des solutions, mais n’assument pas l’entière responsabilité du changement positif. Pour qu’un changement social et/ou comportemental se produise, il peut être nécessaire d’investir dans l’amélioration des services, afin d’accroître leur accessibilité et leur acceptabilité. Les politiques gouvernementales peuvent également contribuer à un changement social positif, comme nous l’avons vu avec l’obligation d’ioder le sel pour aider à réduire le retard de croissance ou d’exiger le port de la ceinture de sécurité pour réduire les blessures et les décès dus aux accidents de voiture.Cette ressource partage plusieurs approches « classiques » de communication pour le développement (C4D), notamment l'engagement communautaire, l'engagement numérique et l'éducation par le divertissement. Il comprend également des approches qui complètent le C4D et vont au-delà de la communication, comme la conception centrée sur l'humain et les connaissances comportementales, entre autres. La valeur ajoutée de ces approches « au-delà de la communication » est qu’elles peuvent contribuer à « changer l’environnement, pas la personne ». Les dix approches incluses dans ce guide d'introduction ont été sélectionnées car de nombreuses ressources supplémentaires sont déjà disponibles pour chacune.Les collègues de l'UNICEF et leurs homologues techniques dans dix pays ont contribué à cette publication grâce à leur expérience dans l'utilisation des approches de changement social et comportemental pour une série de défis complexes.