Épidémie d’Ebola au Nord-Kivu en République démocratique du Congo

Une épidémie au nord-est de la RDC

Girl has her temperature taken in order to monitor fevers in Ebola
UNICEF/UN0229507/Naftalin

Une semaine après l’annonce par le Gouvernement congolais de la fin de l’épidémie d’Ébola dans la province de l’Équateur, une nouvelle épidémie est apparue dans la province du Nord-Kivu au nord-est de la République Démocratique du Congo.

Une semaine après l’annonce, une campagne de vaccination a commencé dans les deux zones considérées comme épicentres de l’épidémie.

Vidéos

Les enfants qui ont perdu un de leurs parents à cause d'Ebola ou dont les parents sont infectés par la maladie risquent d'être stigmatisés, isolés ou abandonnés, en plus de l'expérience de la perte d'un proche. Ils sont particulièrement vulnérables et l’UNICEF travaille pour leur bien-être.

Dieudonné, 13 ans, a perdu 8 membres de sa famille à cause d’Ebola : « Ils sont tous morts d'Ebola. C'était toute ma famille. C'était ma mère au début, puis mes sœurs et mes tantes ont suivi. [...] Je ne peux pas me tuer, je dois continuer à vivre. » L’UNICEF travaille avec les communautés pour arrêter la propagation du virus Ebola et protéger les enfants.

Kavira a été guéri d'Ebola et est maintenant immunisé contre la maladie. Elle donne son temps pour aider à prendre en charge les enfants admis dans le centre de traitement de l’Ebola de Beni, en les aidant à se rétablir et en leur donnant l'amour dont chaque enfant a besoin.

Jacques et sa mère ont survécu à la deuxième plus grande épidémie d’Ebola au monde. Maintenant, il retourne à l’école. L'UNICEF a été présent à chaque étape.

Récapitulatif

Quel est l'impact sur les enfants ?

Dans cette épidémie, les enfants représentent une proportion élevée des cas confirmés d’Ebola. Environ 30 % des cas confirmés sont des enfants et parmi eux 40% étaient des enfants de moins de 5 ans. Mais l'impact de la maladie sur les enfants ne se limite pas juste à ceux qui ont été ou sont infectés par le virus. La maladie a également un impact sur leurs familles et leurs communautés lorsque les enfants perdent leurs parents, leurs fournisseurs de soins et leurs enseignants. Par ailleurs, l’épidémie rend beaucoup plus difficile l’accès aux services de base tels que la santé et l’éducation.

Qu’en est-il des enfants qui ont perdu leurs parents ou leurs fournisseurs de soins ?

En collaboration avec ses partenaires, l'UNICEF a identifié plus de 2100 enfants orphelins ou enfants non accompagnés à la suite de l'épidémie d'Ebola. Ce chiffre inclut les enfants qui ont perdu un de leurs parents ou les deux, ou les principaux fournisseurs de soins à cause du virus de l’Ebola, ainsi que ceux qui ont été laissés non accompagnés pendant l’isolement de leurs parents dans des centres de traitement de l’Ebola.

Quelles sont les mesures prises pour lutter contre l'épidémie ?

Les autorités sanitaires nationales de la RDC coordonnent la réponse à l'épidémie d'Ebola, en s'appuyant notamment sur leur expérience tirée des épidémies précédentes. Ils bénéficient du soutien de nombreuses organisations partenaires locales et internationales, telles que l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé et Médecins sans frontières, qui œuvrent pour: fournir des soins et un traitement aux patients ; rechercher les personnes qui ont été en contact avec des personnes infectées ; informer et travailler avec les communautés sur les mesures de prévention ; fournir de l'eau, l'assainissement et l'hygiène pour prévenir la propagation de la maladie ; et offrir des soins psychosociaux aux personnes infectées ainsi qu’à leurs familles, etc.

Quel est le rôle de l’UNICEF ?

L’UNICEF collabore avec ses partenaires à travers trois grands domaines afin d’atteindre l’objectif principal qui consiste à vaincre l’Ebola et à atteindre zéro cas.

  • Communication des risques et mobilisation communautaire pour informer, protéger et impliquer les communautés. Nous collaborons avec des leaders communautaires et religieux influents, des survivants d'Ebola, des travailleurs psychosociaux et des médias de masse, pour apporter des connaissances essentielles sur les symptômes, la prévention et le traitement, aux ménages et aux communautés les plus exposés. Nous tirons les leçons de la recherche continue et de l'analyse de rétroaction communautaire pour mieux comprendre les besoins, les craintes et les problématiques au niveau local et pour adapter la réponse afin qu’elle soit socialement et culturellement acceptable. Nous avons apporté des améliorations au mode d'inhumation. Nous procédons à la décontamination la nuit et nous utilisons une empreinte plus légère. Nous continuerons à rester à l’écoute et à apprendre.
     
  • Prévention et contrôle des infections pour aider à prévenir la propagation de la maladie. Nous avons installé des dispositifs de lavage des mains dans plus de 2600 établissements de santé, 2400 écoles et 5150 sites de transit critiques. Nous distribuons des fournitures, notamment des thermomètres et du chlore pour le traitement de l’eau. Et nous avons permis à plus de 2,1 millions de personnes d’avoir accès à l'eau potable.
     
  • Soutien psychosocial pour assister les familles, notamment les enfants touchés par la maladie. L’UNICEF et ses partenaires ont formé plus de 845 intervenants psychosociaux afin d’aider les enfants et les familles directement touchés par la maladie, ainsi que les personnes en contact avec ceux qui ont contracté la maladie. Nous avons mis en place des garderies à côté des centres de traitement de l'Ebola de Béni et Butembo, où les survivants de l'Ebola s'occupent de jeunes enfants séparés de leurs parents en raison du traitement ou qui sont devenus orphelins.

En outre, l’UNICEF collabore avec 2400 écoles réparties dans les zones touchées et à risque afin de créer un environnement protecteur pour les enfants. Cela comprend la distribution de matériel de santé et d’eau, d’assainissement et d’hygiène, notamment des dispositifs de lavage des mains et des thermomètres à laser. Quelque 31500 enseignants et directeurs d'école et 870000 élèves ont été sensibilisés et formés sur l'Ebola.

Quelles sont les mesures prises pour mieux sensibiliser les communautés à l'Ebola et comment s'en protéger ?

L’objectif de la mobilisation communautaire est d’aider les communautés à comprendre, à accepter et enfin à faire ce qui est nécessaire pour mettre fin à l’épidémie. L'UNICEF travaille avec ses partenaires communautaires pour mettre en valeur les connaissances, les compétences et les ressources nécessaires pour vaincre l'Ebola. Les membres de la communauté savent mieux que quiconque comment sensibiliser, détecter de nouveaux cas, permettre des inhumations culturellement appropriées, sûres et dignes, et contribuer à la décontamination des ménages et des autres sites de transmission. Nous devons être attentifs à leurs besoins et leur fournir les outils nécessaires, qu’il s’agisse d’informations ou du matériel.

Existe-t-il un vaccin contre l’Ebola ?

Oui, il existe un vaccin contre cette souche du virus de l'Ebola. Dans le cadre des efforts de vaccination, le rôle de l’UNICEF est d’informer les communautés de l’existence de ce vaccin et des moyens de prévention de la maladie. Les vaccins sont donnés gratuitement et bénévolement aux agents de santé, aux personnes qui ont été en contact avec des personnes infectées et aux contacts de ces personnes.

Ebola DRC 2019

Ruth, un fournisseur de soins du centre de traitement l'Ebola de Butembo, joue avec un bébé dans une garderie dédiée aux bébés et aux jeunes enfants touchés par le virus dans le Nord-Kivu. Ruth, qui a survécu au virus de l'Ebola est immunisée contre le virus. Elle a choisi de retourner au centre pour aider les enfants dont la mère est atteinte du virus de l'Ebola en les berçant, en les nourrissant et en les portant.

Ebola DRC 2019

Un pasteur parle à son église avant de les diriger dans une activité de sensibilisation sur l’Ebola a à Beni. L’UNICEF et ses partenaires ont déployé plus de 650 personnes auprès du gouvernement, de la société civile, des églises et des ONG pour sensibiliser le public aux meilleures pratiques d’hygiène et de comportement pour prévenir la propagation du virus de l'Ebola.

Ebola DRC 2019

Après avoir appris que le lavage des mains était l'un des meilleurs moyens de se protéger du virus mortel de l'Ebola, un groupe d'écoliers se lavent les mains dans un dispositif de lavage des mains de l'UNICEF dans leur école.

Restez informés

Téléchargez le dernier rapport sur l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo.