23 janvier 2024

Une Analyse Budgétaire éclairante sur le secteur de la Protection de l'Enfance en Tunisie

Le 22 janvier 2024, le ministère des Finances a publié une analyse budgétaire élaborée en partenariat avec le bureau de l’UNICEF en Tunisie. Cette étude, basée sur les données de la base BOOST et enrichie par des informations supplémentaires du ministère des Finances et des ministères dédiés à l'enfance, met en lumière le budget alloué à la protection de l'enfance. L'analyse examine en détail les investissements des ministères clés, à savoir ceux de la Justice, de l'Intérieur, des Affaires Sociales, et de la Famille, de la Femme, de l’Enfance et des Seniors. Elle identifie les défis émergents et met en avant les besoins urgents, soulignant également les opportunités d'investissement nécessaires pour garantir des ressources adéquates et assurer un environnement sûr et épanouissant à chaque enfant. Cette étude, fondée sur des données robustes et une collaboration interministérielle, offre un aperçu essentiel pour orienter les décisions budgétaires futures et renforcer l'engagement envers la protection de l'enfance en Tunisie. Les principales conclusions de l'analyse budgétaire : Les dépenses liées au remboursement de la dette publique utilisent une moyenne de 18% du budget annuel (2010-2020). Les dépenses pour la protection de l’enfance représentent une partie faible du budget national total. Entre 2010 et 2020, les dépenses directes pour la protection de l’enfance constituent toujours moins de 1% du budget total avec 0,03% du budget en 2020. Les dépenses de la Tunisie dans la protection de l’enfance semblent faibles. En USD PPA (parité de pouvoir d'achat) (2017), la Tunisie dépense $ 2.66 par enfant, ce qui dépasse le Nigéria ($ 1.27 par enfant), mais est plus bas que l’Indonésie ($ 3.29 par enfant), la Côte d’Ivoire ($ 4.18 par enfant) et l’Afghanistan ($ 44.16 par enfant). Le ministère de la Justice contribue une moyenne de 20% des dépenses totales sur la protection de l’enfance. La tendance est en baisse depuis 2015, passant de 29 pour cent des dépenses totales sur la protection de l’enfance à 15 pour cent en 2020. Cette observation est à contraster avec la recommandation 26 du Comité des Droits de l’Enfant qui préconise d’allouer des ressources humaines techniques et financières suffisantes à l’unité de la justice pour enfants du ministère de la Justice. Les montants identifiés du ministère de l’Intérieur pour la protection de l’enfance sont négligeables. De 2010 à 2017, le ministère des Affaires Sociales était responsable pour la majorité des dépenses de protection de l’enfance avec une moyenne de 75% des dépenses totales sur la protection de l’enfance. Depuis 2018, le ministère de la Famille, de la Femme, de l’Enfance et des Séniors est le contributeur principal à la protection de l’enfance en 2020 avec 56% des dépenses totales sur la protection de l’enfance. Le principal programme de protection de l’enfance est le programme de « l’enfance », géré par le ministère de la Famille, de la Femme, de l’Enfance et des Seniors (MFFES). Malgré une augmentation des dépenses totales du programme, les dépenses directement dédiées à la protection de l’enfance reçoivent qu’une faible partie. L'analyse du budget alloué à la protection de l’enfance en Tunisie est disponible sur ce lien. Nous encourageons les décideurs, les responsables politiques, les professionnels du secteur et le grand public à prendre connaissance de ces conclusions cruciales pour le bien-être de nos enfants.