Une tendance à la hausse inquiétante des cas de choléra au Niger

L'UNICEF travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et ses partenaires pour intensifier la réponse et empêcher une nouvelle prolifération dans le pays.

Par Lalaina F. Andriamasinoro & Abdou Ali
Cholera
UNICEF Niger/2021/Abdou Ali
20 août 2021

MARADI (Niger), 20 août 2021 - Halima, 35 ans, et son fils de cinq ans, Ibrahim, sont arrivés il y a deux jours au centre de traitement temporaire soutenu par l'UNICEF dans la commune urbaine de Maradi, dans le centre du Niger. Son fils Ibrahim, allongé sous la tente, commence lentement à se remettre.

"À la maison, il a commencé à vomir, puis quelques heures plus tard, il a eu la diarrhée. Il s'est affaibli très rapidement. C'est pourquoi nous avons couru au centre de santé, qui nous a dirigés ici dans ce centre temporaire", a expliqué Halima.

Cholera
UNICEF Niger/2021/Abdou Ali
Halima, Ibrahim et d'autres patients au centre de traitement temporaire du choléra mis en place par l'UNICEF et ses partenaires dans la commune de Maradi-ville

"Quand ils sont arrivés ici, l'enfant était déshydraté", a déclaré le Dr Moussa, responsable du centre. "Le choléra est une infection bactérienne qui provoque deux symptômes généralement mineurs et faciles à identifier : les vomissements et la diarrhée. Mais il peut entraîner une mort subite par déshydratation sévère, s'il n'est pas pris en charge à temps", a-t-il expliqué.

"Dès que vous présentez les premiers symptômes, il est important de vous rendre directement dans un centre de santé. La maladie est facilement traitable, si elle est détectée tôt. La plupart des personnes infectées ont été traitées avec succès grâce à l'administration rapide de solution de réhydratation orale (SRO)."

Maradi est l'une des régions les plus touchées, les premiers cas étant liés à une épidémie qui sévit depuis plusieurs mois dans les régions voisines du nord du Nigeria où règne un important brassage de populations transfrontalières. Dans le seul district sanitaire de Maradi, un total de 252 cas suspects ont été signalés, avec six décès liés.

Cholera
UNICEF Niger/2021/Abdou Ali
L'UNICEF et son équipe mettent en place le centre de traitement temporaire du choléra à Maradi, au centre du Niger

"Le choléra est extrêmement contagieux. Il est généralement transmis par l'eau, les mains ou les aliments contaminés par des matières fécales. La saison des pluies associée à des taux élevés de défécation à l'air libre peut créer une recette parfaite pour la propagation de la maladie. Tant que les gens continuent à déféquer à l'air libre et négliger leur hygiène personnelle, la menace du choléra continuera de planer autour de nous", a prévenu Cyriaque Sobtafo, chef du bureau de zone de l'UNICEF à Maradi.

"Nous intensifions nos opérations pour contenir la propagation de la maladie. Ici à Maradi, nous avons mis en place des centres temporaires de traitement du choléra dans les localités les plus touchées pour garantir que les patients reçoivent des soins adéquats", a déclaré Sobtafo.

Cholera
UNICEF Niger/2021/Abdou Ali
Dr Cyriaque Sobtafo et son équipe supervisant les opérations sur le terrain

"Nous procédons à la désinfection des sources d'eau à l'aide de chlore qui aide à tuer ou à réduire les bactéries. Nous avons également fourni aux ménages touchés des équipements de purification de l'eau et du matériel d'hygiène tels que du savon pour le lavage des mains, des seaux et des bidons d'eau potable."

"Au niveau communautaire, nous menons une série d'actions pour promouvoir la sensibilisation à l'hygiène dans les communautés touchées et conduisons des campagnes de santé publique pour sensibiliser aux mesures que les individus peuvent prendre au niveau des ménages pour prévenir et traiter le choléra."

Dans tout le pays, l'UNICEF travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement et ses partenaires pour intensifier la riposte et prévenir la propagation de la maladie. L'UNICEF concentre sa réponse sur le renforcement des capacités de traitement, l'amélioration de l'accès à une eau salubre et propre et la promotion de bonnes pratiques d'hygiène.

Cholera
UNICEF Niger/2021/Abdou Ali
Désinfection dans le centre de traitement du choléra de Maradi

Au 16 août 2021, quelque 845 cas suspects de choléra et 35 décès liés avaient été signalés dans le pays selon le ministère nigérien de la Santé.

"Six des huit régions du Niger ont signalé des cas, avec une tendance à la hausse inquiétante au cours des derniers jours. Les récentes fortes pluies et crues soudaines dans certaines localités pourraient exacerber l'épidémie en cours", a déclaré Nathalie Hamoudi, Représentante par intérim de l'UNICEF au Niger.

"Le soutien financier flexible de la Suède nous a aidés à réagir le plus rapidement possible. Mais l'épidémie se propage à un rythme rapide à travers le pays. Nous appelons à un soutien supplémentaire pour nous permettre de mettre à l’échelle la riposte."