Non à la détention, Oui à la prévention et à la protection.

Non à la détention, Oui à la prévention et à la protection.

UNICEF
@Bayti
@Unicef

24 avril 2019

Les enfants et les adolscents ont rarement l’opportunité de s’exprimer sur des sujets relevant du domaine de la justice et proposer ce qu’ils pensent. Aujourd’hui les jeunes de l’association Bayti innovent et plaident à travers une pièce de théâtre et un film d’animation, devant les décideurs pour la promotion des alternatives à la détention. Une manière spéciale pour célébrer la clôture du projet mené avec l’association Bayti dans le cadre du projet Himaya qui promeut un meilleur accès des enfants à la justice.


Menant cette opération dans le cadre de l’axe « Promotion de la déjudiciarisation et des alternatives à la privation de la liberté des enfants en conflit avec la loi » du projet Himaya, l’association Bayti a assuré la formation des 20 jeunes de l’association sur les techniques du théâtre de l’opprimé comprenant la rédaction d’un scénario et la préparation d’une pièce théâtrale qui aura vocation à permettre la sensibilisation du public et des acteurs de la justice sur la protection des enfants en conflit avec la loi à travers le Royaume. Soutenant cette modalité d’expression innovante, l’association Bayti a également formé 20 formateurs sur ces techniques d’expression pour permettre à d’autres enfants de concevoir leur propre scénarii et pièces théâtrales dans leurs régions. Egalement à destination des plus jeunes, le projet a mené des actions de sensibilisation des enfants sur les délits et les crimes, le rôle de la police et des autorités judiciaire et sur les droits des enfants dans le cadre de la procédure pénale.

Un film d’animation développé par les jeunes dans le cadre du projet sera également diffusé tout au long de l’année pour partager la vision des jeunes face à la réalité de la détention.


A propos de Himaya :  Himaya a pour objectif de participer à l'amélioration de l'accès des enfants à une justice reperceuse de leurs droits De manière plus spécifique, il contribue au renforcement des capacités des acteurs de la justice et au développement des ressources nécessaires pour garantir le respect de l'intérêt supérieur de l'enfant dans les procédures judiciaires aussi bien pénales que civiles et la bonne application de la loi pénale et civile.
Le projet Himaya participe à améliorer la prise en charge des enfants en contact avec la loi dont plus de 20'000 enfants en conflit avec la loi par an, plus de 7'000 enfants victimes de violence, plus de 2'000 enfants dans les processus de la kafala, plus de 1'000 enfants dans les centres de protection de l'enfance et une moyenne de 100'000 enfants concernes par une procédure civile.
Mené sur 36 mois, sur la période 2016-2019, le projet assurera une couverture nationale avec des interventions pilotes au niveau de 5 circonscriptions judiciaires à Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech et Tanger.
Le ministère de la justice et des libertés est le chef de file de ce projet dont la mise en œuvre  est coordonnée par l'UNICEF avec un cofinancement de l'Union européenne.
L'Union européenne appuie la mise en œuvre de la Politique Publique Intégrée de la Protection de l'Enfance au Maroc adoptée en juin 2015, en particulier par le renforcement du cadre légal de protection des enfants et de son effectivité , avec le programme HIMAYA, et par la mise en place de dispositifs territoriaux intégrés de protection de l'enfance, avec une assistance technique à partir de 2018. Himaya bénéficie aussi d’un co-financement et de l’appui technique de l’UNICEF.