Mouna, au-delà du handicap

Camp de réfugiés de Mbera (Hodh El Chargui — Mauritanie)

UNICEF Mauritanie
mrt_mouna01
UNICEF Mauritanie/R.Pouget/2019
03 décembre 2019

Camp de réfugiés de Mbera (Hodh El Chargui — Mauritanie) — Nous partons à la rencontre de Mouna, une jeune fille de 16 ans au parcours hors du commun. Originaire du Mali et handicapée du pied depuis sa naissance, elle a subi l’exil et les moqueries mais ne s’est jamais découragée.

mrt_mouna02
UNICEF Mauritanie/R.Pouget/2019

Lorsque les conflits ont débuté en 2012 nous avons dû fuir le Mali. Nous avions très peur pour nos vies. Comme je ne pouvais pas marcher mes parents m’ont confié à des gens qui m’ont conduit jusqu’au camp en charrette.

J’ai été déscolarisée à l’âge de 6 ans dès ma première année au CP. Je ne pouvais mettre qu’une seule chaussure et lorsque j’allais à l’école je subissais les moqueries des autres enfants. Je ne pouvais pas être opérée ici alors je passais mes journées à attendre et mes frères et sœurs m’apprenaient leurs leçons en rentrant de l’école.

Le dernier recensement indique qu’environ 33 920 personnes vivent avec un handicap en Mauritanie, dont 18,4% ont moins de 15 ans. Ces dernières années le Gouvernement Mauritanien a pris des mesures positives pour améliorer les droits des personnes handicapées.

mrt_mouna03
UNICEF Mauritanie/R.Pouget/2019

« Il y a quelques mois, j’ai reçu la visite d’un relais communautaire d’ADICOR. Elle a demandé à mes parents pourquoi je n’allais pas à l’école et ce que je comptais faire plus tard. Moi, je ne voulais pas y retourner. Je voulais apprendre un métier et gagner de l’argent. Avant que je ne sois opérée, ADICOR m’a aidé à trouver une formation adaptée. »

ADICOR (Appui au Développement Intégré des Communautés Rurales) est une ONG partenaire d’UNICEF qui intervient au camp de réfugiés de Mbera dans le domaine de la protection. Ils mènent des campagnes de sensibilisation et viennent en aide à des enfants déscolarisés en situation de vulnérabilité (victimes de violences, d’exploitation ou de handicaps).

mrt_mouna04
UNICEF Mauritanie/R.Pouget/2019

Mouna a récemment subi une opération du pied à Nouakchott. Après 3 mois de rééducation elle est retournée au camp. Depuis, elle va beaucoup mieux et attend de suivre une formation en couture.

A présent j’ai retrouvé confiance en moi. Je peux mettre des chaussures et marcher normalement. Le regard des gens sur moi a changé.

mrt_mouna05
UNICEF Mauritanie/R.Pouget/2019

Je veux apprendre la couture. Mon grand-frère a une machine et il peut m’apprendre. Lorsque ma rééducation sera terminée je veux reprendre les cours pour continuer à m’instruire. Et si un jour les conflits s’arrêtent je retournerai au Mali Inch’Allah.

Malgré les réalisations des dernières années, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les normes requises par la Convention relative aux droits de l’enfant. Les enfants handicapés, en particulier ceux qui souffrent de handicaps graves, ne peuvent pas suivre un cursus scolaire normal. Ils continuent de faire l’objet de discrimination et de stigmatisation au sein de leur famille et de leur communauté.

Grâce au soutien financier de EU Civil Protection & Humanitarian Aid — ECHO, UNICEF, en partenariat avec ADICOR, contribue à l’inclusion sociale d’enfants souffrant de handicaps dans le cadre du « Projet de dynamisation et d’accompagnement des structures communautaires de protection dans le camp des réfugiés maliens à Mbera ».

#PourChaqueEnfant, la protection