Le bonheur de se préparer au retour en classe et à l’école.

Les jumeaux Assana et Soumaila, ne partagent peut-être pas les mêmes ambitions mais le bonheur de se préparer pour leur deuxième rentrée scolaire.

Par Fatou Diagne
Twins Assana and Soumaila Coulibaly, 9 years, has been integrated at Nankorola village school, in the circle of Koutiala 2 years late. Thanks to ONG RAC support and the School Management Committee of their village, they are preparing their entry into second grade. Thanks to the support of the Korea International Cooperation Agency (KOICA), UNICEF and NGO partner RAC have set up a project to identify out of school children and enroll them in school. Since its launch in 2017, 124,210 children have been integr
UNICEF/UNI367893/Keïta
09 septembre 2020

« Je veux devenir Médecin quand je serai grande » - Assana.

« Moi, je veux devenir Ministre », poursuit son frère jumeau Soumaila.

Les jumeaux Assana et Soumaila, ne partagent peut-être pas les mêmes ambitions mais ils partagent le bonheur de se préparer pour leur deuxième rentrée scolaire.

A 9 ans, ils entament la classe de deuxième année, alors qu’ils devraient normalement être en quatrième année.

« Jusqu’à très récemment j’étais convaincu qu’une fois que l’enfant dépasse un certain âge, il n’a plus aucune chance d’être intégré ou inscrit à l’école, » confie leur papa Alassane Coulibaly.

Assana et Soumaila vivent dans une famille modeste du village de Nankorola, situé dans la région de Sikasso, cercle de Koutiala. D’un papa cultivateur et d’une maman au foyer, les benjamins jumeaux ont quatre frères et deux soeurs qui malheureusement sont tous hors du système scolaire. Ce qui était leur cas également, il y’a de cela deux ans.

Au Mali, plus de deux millions d'enfants âgés de 5 à 17 ans ne vont pas à l'école et plus de la moitié des jeunes âgés de 15 à 24 ans sont analphabètes. La pauvreté des ménages, le travail et le mariage des enfants, l’insécurité et l’éloignement des écoles des domiciles sont autant de facteurs qui expliquent le taux élevé d'abandon scolaire et de non-scolarisation au Mali.

Le programme d'éducation de l'UNICEF s'aligne sur les priorités nationales et met l'accent sur les enfants les plus vulnérables : ceux qui sont actuellement en dehors du système scolaire, les filles, les enfants déplacés, les enfants avec besoins spéciaux et ceux qui sont affectés par le conflit ou d'autres urgences. L'UNICEF travaille avec ses partenaires tels que KOICA pour fournir aux enfants déscolarisés et non scolarisés une éducation de base de qualité formelle et non formelle afin de faciliter leur réinsertion grâce à des programmes d'apprentissage accéléré et de réinsertion directe. Dans le cas des enfants affectés par le conflit dont les écoles sont fermées, des possibilités d'éducation communautaire sont mises en place.

« Il est de notre rôle de veiller à ce que chaque enfant jouisse de son droit à l’éducation dans notre village. »

Modibo Coulibaly, 31 ans, Président du Comité de Gestion Scolaire de Nankorola.
The School Management Committee of Nankorola village in the circle of Koutiala during one of their monthly training sessions with UNICEF’s ONG partner RAC. “Thanks to UNICEF support, the school has received 9 handwashing sets, soap, sanitizing gel and masks. In addition, we have integrated a special COVID-19 module on the importance of handwashing with soap, social distancing and wearing a mask, into our monthly trainings," explains Salif Bouare, Coordinator of the NGO RAC in Koutiala.
UNICEF/UNI367902/Keïta

« Avec l’appui financier de la coopération coréenne (KOICA), notre partenaire l’ONG RAC a mis en place un projet pour identifier les enfants hors du système scolaire et les inscrire à l’école avec le soutien des Comités de Gestion Scolaire. Pour certains, c’est la première fois, pour d’autres un retour. Ces enfants reçoivent des kits scolaires, suivent des cours de remédiation et bénéficient d’un suivi à domicile. » explique Souleymane Traoré, Administrateur du programme éducation de l’UNICEF à Sikasso.

Le projet soutient l'amélioration de la qualité de l'éducation grâce :

  • Au renforcement des capacités des Comités de Gestion Scolaire (CGS) ;
  • À la formation continue des enseignants ;
  • À la dotation des élèves et des enseignants en Kits scolaires et en Kits enseignants ;
  • Au cours de remédiation pour les élèves en difficultés scolaires.

Depuis son lancement en 2017, 124 210 enfants ont été ré/intégrés à l’école. C’est le cas d’Assana et Soumaila, qui, aujourd’hui grâce à la mise en place de ce projet, ont pu intégrer le système scolaire. 1481 enseignants et 715 CGS ont bénéficié des formations et d’un accès accru au matériel pédagogique et scolaire.

Pour Assana et Soumaila, l’année scolaire 2019-2020 a marqué un nouveau départ dans la vie. « Avant, quand je voyais les autres enfants aller à l’école et moi non, j’étais triste, » explique Soumaila. « Aujourd’hui nous sommes contents d’être comme eux, » complète sa soeur Assana.

Grace au Comité de Gestion Scolaire de leur village, composé d’autorités scolaires et de parents engagés, qui aujourd’hui ont pris conscience de l’importance de l’éducation, Assana et Soumaila, espèrent ne plus connaître la déscolarisation et réaliser leurs rêves.

Twins Assana and Soumaila Coulibaly, 9 years, has been integrated into Nankorola village school, in the circle of Koutiala 2 years late. Here they are doing exercises at home with their parents.  "Until very recently I was convinced that once a child passed a certain age, he had no chance to be enrolled in school," says their father Alassane Coulibaly. Thanks to ONG RAC’s support and the School Management Committee of their village, they are preparing their entry into second grade.
UNICEF/UNI367892/Keïta

« En 2012, notre école comptait 300 enfants, aujourd’hui, nous sommes à 396 et notre taux de scolarisation des filles est passé de 30 à 42%, » déclare fièrement la responsable de la scolarisation des filles, Maimouna Diarra. « Quand une fille va à l’école c’est toute sa famille qui bénéficie de la connaissance, » poursuit-elle.

« A Nankorola, l’école n’est pas seulement un lieu d’apprentissage pour les enfants, elle agit comme site d’apprentissage des gestes barrières »

La rentrée scolaire 2020-2021, s’avère pleine de défis avec la COVID-19, autant pour les enseignants que pour les élèves. Cependant, le Comité de Gestion Scolaire, se prépare déjà à affronter cette nouvelle année. « Grâce à l’appui de l’UNICEF, l’école a reçu 9 dispositifs de lavage des mains, du savon, des gels hydroalcooliques et des masques. De plus, nous avons intégré dans nos formations mensuelles, un module spécial COVID-19 sur l’importance du lavage des mains au savon, la distanciation sociale et le port du masque » explique Salif Bouare, Coordinateur de l’ONG RAC à Koutiala.

Assana Coulibaly, 9 years, has been integrated into Nankorola village school, in the circle of Koutiala with a 2 years later than she should have started school. Thanks to ONG RAC support and the School Management Committee of his village, she is preparing to start her second grade. “I learned at my first grade that handwashing with water and soap can protect us from disease, so now I do it regularly”. Thanks to the support of the Korea International Cooperation Agency (KOICA), UNICEF and NGO partner RAC ha
UNICEF/UNI367876/Keïta

À 9 ans, Assana et Soumaila ne saisissent pas encore tout l'enjeu derrière le fait d'être inscrits à l'école. Mais leurs parents sont déjà convaincus du succès que connaitront leurs enfants. « Ils sont notre espoir et je suis sûre qu’ils iront loin et seront un jour parmi ces gens qui prennent de grandes décisions dans le pays, » déclare leur Maman.