01 juin 2024

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar - 2024

ContexteLes régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse.MéthodologieL’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
17 mars 2023

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar - 2023

Contexte Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse. Méthodologie L’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
08 mars 2022

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar - 2022

Contexte Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse. Méthodologie L’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
05 mars 2021

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar - 2021

Contexte Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse. Méthodologie L’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
24 septembre 2020

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar - 2020

Contexte Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse. Méthodologie L’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
11 mai 2020

Bulletin d'alerte sécheresse du Grand Sud de Madagascar- 2019

Contexte Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau du pays et subissent les impacts majeurs du changement climatique. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des sécheresses en est une conséquence importante. La cartographie et la détection précoce des sécheresses sont utiles pour prévenir ou atténuer les éventuelles pénuries d'eau et les famines. Grace à sa capacité à faire un suivi fiable des précipitations et la croissance de la végétation, l'imagerie par satellite permet de plus en plus de surveiller la sécheresse et de fournir des alertes rapides pour une meilleure planification. À l’heure actuelle, il n’existe pas à Madagascar de système national de surveillance de la sécheresse permettant d’estimer les risques et de fournir des informations aux parties prenantes, aux humanitaires, ainsi qu’aux décideurs afin de faciliter la préparation et les mesures d’atténuation de la sécheresse. Méthodologie L’UNICEF, en collaboration avec le Centre de Recherche Commun de l’Union Européenne et le Ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement a développé un système de surveillance de la sécheresse pour le sud de Madagascar. Ce système de surveillance est basé sur des indicateurs de sécheresse (précipitations et anomalies de croissance de la végétation/NDVI) dérivés d’images satellites (CHIRPS et MODIS). De ces données satellitaires, les tendances historiques de la sécheresse sont déterminées à partir des moyennes long-termes. Ces tendances servent de base de référence (baseline) avec laquelle les conditions actuelles sont comparées au cours de l'année, permettant ainsi de différencier les niveaux de sévérité de la sécheresse. Un bulletin mensuel d'alerte à la sécheresse est publié et diffusé à toutes les parties prenantes à Madagascar.
30 janvier 2019

Bulletin d'information du cluster nutrition 2018

Sous le leadership du Gouvernement malgache, le Système de Surveillance Nutritionnelle est une initiative des membres du cluster nutrition de Madagascar. Défini et testé en 2017 et mis en oeuvre à l’échelle de huit districts sanitaires vulnérables à l’insécurité alimentaire au cours du deuxième trimestre 2018, il permet de : Suivre la situation nutritionnelle à faible coût comparativement aux enquêtes nutritionnelles utilisant la méthodologie « Standardized Monitoring and Assessment of Relief and Transitions » (SMART) tout en utilisant les critères de qualité liés à ces enquêtes Avoir des informations exhaustives désagrégées par commune facilitant l’identification des « poches de malnutrition » et de la réponse appropriée à apporter par le Gouvernement et ses partenaires, pour les enfants en besoin d’assistance nutritionnelle. Le résumé de la surveillance nutritionnelle sur les huit (8) districts sur toute l’année montre l’évolution de la situation nutritionnelle dans les 147 communes du sud. Toutes les communes ont bénéficié au moins de deux opérations de dépistage durant l’année, et les résultats mettent en évidence des évolutions positives de la situation dans une bonne partie des communes et la persistance de la situation nutritionnelle d’alerte et/ou d’urgence dans certaines communes typiques expliquant la stagnation globale du niveau district après le premier trimestre de l’année 2018. Le système de surveillance nutritionnelle est financé par ECHO (Commission européenne)