24 novembre 2023

Analyse de la situation des enfants et des femmes à Madagascar

Ce rapport d’analyse de la situation des enfants et des femmes à Madagascar constitue un instrument essentiel pour informer et orienter l’élaboration des politiques publiques en faveur des enfants et des femmes, ainsi que les actions et le plaidoyer des organisations de la société civile, des organisations internationales et des agences des Nations Unies. Son objectif est de mettre en lumière les principaux défis à relever afin d’améliorer significativement la réalisation des droits des enfants et des femmes dans le pays. Un focus particulier est accordé aux questions transversales qui constituent un frein majeur au développement de la société à Madagascar, dont les inégalités des genres, qui affectent le progrès sur l’ensemble des problématiques rencontrées. Il apparaît qu’en dépit des efforts déployés à travers des programmes stratégiquement structurés et financés lors de ces deux dernières décennies, de graves problèmes persistent à Madagascar. Dans un contexte marqué par les désastres naturels et les épidémies, dont la COVID-19, il semble urgent de mettre en œuvre des politiques publiques et des programmes de développement qui se basent sur une analyse large et approfondie de la situation au pays, et des causes structurelles de ces problèmes. Tout au long du rapport, les inégalités rencontrées dans chaque domaine sont mises en évidence par des loupes spécifiques. Un remerciement chaleureux est adressé à tous ceux et celles, aussi bien au sein de la société civile que du Gouvernement de Madagascar, qui ont contribué à cette analyse de la situation de l’enfant et des femmes et à ceux qui sont présents pour répondre à leurs besoins. Leur engagement constant est essentiel pour relever les différents défis observés, dans l’espoir de jours meilleurs pour les enfants et les femmes de ce pays.
23 octobre 2023

Analyse de l’avantage urbain à Madagascar

En 2018, le Gouvernement Malagasy a réalisé, à travers l’Institut National de la statistique (INSTAT) et en partenariat avec l’UNICEF, l’Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples (Multiple Indicator Cluster Survey – MICS 6). L’étude MODA (UNICEF 2019), basée sur l’enquête MICS[1]6 révèle que plus de deux tiers des enfants Malgaches souffrent de privations matérielles dans au moins deux dimensions de bien-être simultanément. Cette étude a montré que les enfants résidant dans les zones urbaines ont, en moyenne, plus de chances de survivre à la petite enfance, disposer d’un meilleur état de santé et d’un meilleur état nutritionnel et d’avoir plus de possibilités d’éducation que les enfants similaires résidant dans les zones rurales. Cet effet est connu sous le nom d’avantage urbain. Bien que les données cumulées montrent clairement un avantage urbain au niveau moyen, il est important d’étudier plus en détail les différences entre les zones urbaines et rurales et intra-milieu. La pauvreté et le manque d’accès aux services publics, qui sont prédominants dans les zones rurales, deviennent de plus en plus un phénomène urbain en raison du phénomène croissant de l’urbanisation non planifié. Pourtant, les inégalités intra-urbaines peuvent être importantes et peuvent même dépasser les disparités entre les zones rurales et urbaines. De plus, être pauvre dans les zones urbaines peut signifier être confronté à des formes spécifiques de privation et de vulnérabilité. Par conséquent, l’objectif général de cette recherche est d’approfondir notre compréhension de l’avantage urbain à Madagascar, en analysant les principales différences entre les enfants en milieu urbain et ceux en milieu rural au regard des principaux indicateurs des droits des enfants, ainsi que les inégalités chez les enfants en milieu urbain et les principaux facteurs qui les expliquent. En adoptant un cadre théorique qui combine l’approche par les capabilités et l’approche écologique, cette étude contribue à démêler la complexité des facteurs qui façonnent les droits des enfants dans différents contextes. Il permet de relier la privation individuelle à l’ensemble complexe de facteurs individuels, familiaux, sociaux et territoriaux qui influencent le développement de l’enfant. Les résultats décrits dans le rapport sont le fruit de l’analyse des données de la sixième vague de l’Enquête par Grappe à Indicateurs Multiples (MICS) et d’une recherche participative menée entre juillet et octobre 2022 auprès de plus de 150 personnes dans les villes de Antananarivo, Morondava, Tolagnaro.
30 août 2023

Résultats de l’analyse de la pauvreté multidimensionnelle des enfants à Madagascar

Une approche multidimensionnelle de la pauvreté des enfants est un complément essentiel à la mesure standard de la pauvreté monétaire. La recherche sur la pauvreté multidimensionnelle vise à mesurer l'accès réel des enfants aux biens et services qui sont fondamentaux pour leur plein développement et essentiels pour la réalisation de leurs droits en vertu de la Convention relative aux droits de l'enfant (CRC). Le présent rapport s’inscrit dans la continuité de la première publication de l’UNICEF Madagascar sur l’analyse MODA en 2020 et s’appuie sur les données récentes existantes pour générer des évidences de qualité sur la pauvreté et les inégalités que subissent les enfants. Cette démarche permet d’alimenter les réflexions sur la mise au point des programmes intersectoriels et pour une meilleure planification en faveur des enfants à Madagascar. L’objectif de ce rapport est de présenter les résultats des analyses sur l’incidence, l’intensité et la sévérité de la pauvreté des enfants en considérant l’enfant  comme unité d'analyse et applique une approche du cycle de vie dans la sélection de dimensions et d'indicateurs pour saisir les différentes privations subies par les enfants à différentes étapes de leurs vies. Les données utilisées pour cette analyse ont été recueillies par l’Institut National de la Statistique (INSTAT), par le biais de la cinquième enquête Démographique et de Santé de Madagascar (EDS) en 2020-2021. Les résultats de cette étude permettront au Gouvernement de la République de Madagascar de suivre et d’évaluer l’avancement par rapport à l’ODD1 mais serviront aussi d’ outil d’aide à la prise de décision pour les acteurs au développement, notamment ceux qui œuvrent pour les enfants.
01 août 2023

Expériences, perceptions et opinions des enfants et des adolescents sur la pandémie de COVID-19 à Madagascar

Depuis l’apparition du virus SARS-CoV-2 vers la fin du troisième trimestre 2019 en Chine, le coronavirus responsable de la pandémie de COVID-19 n’a cessé de se propager. Les conséquences sont importantes et pratiquement tous les pays du monde sont touchés avec des degrés de gravité pouvant être différents d’un pays à l’autre. Madagascar n’a pas échappé à cette situation et de manière officielle, les premiers cas de COVID-19 ont été identifiés le 20 mars 2020 pour donner suite à l’arrivée de deux vols en provenance de la France et par la suite l’Etat a proclamé l’Etat d’urgence sanitaire accompagné de plusieurs restrictions (Ratovoson et al, 2021). Cette situation entrainait des conséquences économiques et sociales importantes mais elles peuvent être plus désastreuses chez les enfants qui sont considérés comme plus vulnérables à des chocs aussi violents que le coronavirus et présenteraient un niveau de résilience beaucoup moindre que les adultes. Initiée et coordonnée au niveau mondial par UNICEF Innocenti - Centre Mondial de la Recherche et de la Prospective ayant son siège à Florence, dans le cadre d’une initiative multi- pays avec la participation de l’Italie, Canada, Lesotho, Indonésie, Chili, la présente étude a été menée par le Centre d’Etudes et de Recherches Economique pour le Développement (CERED) de l’Université d’Antananarivo grâce au fruit de la collaboration avec l’UNICEF Madagascar. Ce projet de recherche analyse les impacts de la pandémie de COVID-19 chez les enfants à Madagascar, en particulier sur les deux périodes de confinement, en adoptant un outil original de type qualitatif où les avis des enfants sont entendus et analysés. L’étude vient de ce fait compléter une large littérature dont la plupart sont des analyses quantitatives existant à la fois au niveau mondial et national concernant l’impact du COVID-19 sur les enfants.
26 juillet 2023

Première participation de Madagascar et de l’UNICEF Madagascar au gLOCAL

L’UNICEF Madagascar a beaucoup investi ces cinq dernières années dans les évaluations et/ou exercices évaluatives. On récence par exemple à l’UNICEF Madagascar une quinzaine d’évaluations, études ou revues évaluatives durant la période 2018 - 2022. Dans la pratique les résultats des évaluations sont jusque-là timidement disséminés, s’orientant sur un usage interne et se limitant aux ateliers de restitutions nationales au niveau central, très peu diffusés au niveau sub-national ou au niveau global. Et très souvent même avec un effort de dissémination, le format de partage des connaissance n’est pas toujours adapté à l’audience. Pour la première fois à travers une collaboration étroite entre l’UNICEF Madagascar (la Section SBC et la Section PME), le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), la Banque mondiale, et l’Association Malagasy de l’Evaluation (MASSE), Madagascar a participé à la Semaine mondiale de l’évaluation (gLOCAL), le 30 mai et le 1er juin 2023. L’UNICEF Madagascar à travers cette participation au gLOCAL s’est approché des acteurs clés à la base, aux obligataires qui sont les plus à proximité de nos bénéficiaires finaux, les enfants. Ce choix était pris pour mieux comprendre les adaptations nécessaires au regard des aspects culturels et contextuels afin d’assurer des évaluations plus participatives, inclusives dont les résultats sont appropriés par les acteurs. Cinq thèmes d’échanges et de discussions ont été organisés dont (i) les rôles de la société civile dans la politique nationale d'Evaluation (organisé par MASSE), (ii) "Définitions de l'évaluation - standards, pratiques et réalités", (iii) Résultats de l'évaluation de la réponse humanitaire de l’UNICEF à la crise de la sècheresse L2 2021-2022 dans le sud de Madagascar, (iv) Transferts sociaux - Marché et Inflation (organisé par la Banque mondiale), et (v) Participation des jeunes dans les évaluations. La MASSE a animé une session au niveau central réunissant une cinquantaine d’OSCs à la fois au niveau central et décentralisé. Pour l’UNICEF et les autres partenaires, les quatre thèmes ont été discutés et débattus au niveau décentralisé dans les régions Atsimo Andrefana (30 mai 2023) et Anosy (1er juin 2023). Ont participé les Régions, Préfectures, Commune Urbaine de Tulear et de Fort Dauphin, l’association des sages TOATENY TANDRESY, MPPSPF et DRPPSPF, Tribunal de Première Instance (TPI), Gendarmerie, ZDS FIHERENANA, Groupement Gendarmerie Atsimo Andrefana, BNGRC, ONG BelAvenir, DREN, DRSP, DIRTO (tourisme), DRPEN (pêche et économie bleu), DRTEFPLS (travail, emploi, fonction pulique), DRICC (Industrialisation, du Commerce et de la Consommation), DRAM (artisanat et métiers), ORN, FID, PRMRS, SOS Village d’Enfants, Centre Vonjy, CECJ,  BIANCO, CNAPS, ACF, WHH, ONG FARA VEHIVAVY, association  Lehilahy Mandray Andraikitra, IES, Foibe Tily, Scouts (Tily et Mpanazava). En tout, les ateliers ont pu regrouper 96 participants dans les deux régions du Sud de Madagascar. Les sessions étaient riches, les moments et points saillants sont résumés dans cette courte vidéo de synthèse. Les matériels, photos, PPT et les vidéos sont également partagés.