04 décembre 2017

Les principes sur les modalités des transferts monétaires en Urgence à Madagascar

Voici les principes convenus dans tous les futurs/nouveaux programmes de transferts monétaires dans les réponses d'urgence. Les partenaires s'assurent que : A travers la formalisation du groupe de travail Cash Transfer, un cadre de travail convenu et à respecter par les membres du groupe est en place afin d’appliquer les recommandations et les principes adoptés pour la mise en œuvre des interventions de transfert monétaires en réponse à des situations d’urgence. Le partage de l'information à toutes les étapes de la planification, de la mise en œuvre et du suivi des transferts de fonds s'effectue dans le groupe Cash et avec le Ministère chargé de la protection sociale. Des analyses conjointes sont menées sur le contexte et les éventuelles interventions intégrées pendant les phases de préparation, de planification, de réponse, de suivi, d'évaluation. La communication sur les interventions en transferts est menée en coordination avec les organismes nationaux respectifs. Un manuel de procédures harmonisées est élaboré et mis en œuvre en ce qui concerne les montants des transferts, des cibles et la coordination avec d'autres interventions. Un cadre standard pour le suivi des programmes nationaux /régionaux est élaboré et utilisé régulièrement pour partager des informations afin de créer un système commun d'information et un registre national. Une stratégie de communication commune et harmonisée aux niveaux institutionnel et communautaire est mise en œuvre systématiquement dans le cadre des programmes. Un plaidoyer conjoint est élaboré pour les nouveaux programmes de transferts afin de mobiliser des ressources pour des interventions de transferts et pour réduire les coûts opérationnels de ces programmes. Les liens et la coordination entre les niveaux national, régional et local et au niveau interministériel sont renforcés au sein des réponses en transferts monétaires. Les programmes de transferts monétaires sont évalués et les évaluations conjointes de plusieurs partenaires sont prises en considération. Les liens entre les interventions générales d'urgence et les programmes axés sur le développement et la résilience sont renforcés. En particulier, les fonds d'urgence devraient chercher à contribuer aux efforts de résilience à moyen et à long terme. Tous les principes doivent être adoptés par un protocole d’entente entre toutes les parties prenantes concernées, cet accord concrétise un engagement commun.