Une Miss au service de l’éducation

Elle s’appelle Binguira Valérie Anna, elle a 20 ans. Miss Madagascar 2019, elle a choisi de plaider en faveur des enfants d’Analanjirofo.

Fanjaniaina Alida
Valérie, Miss Madagascar, prend un selfie avec les élèves de l'EPP avec qui elle s'est engagée
Binguira Valérie Anna
04 juin 2019

Elle s’appelle Binguira Valérie Anna, elle a 20 ans. Elle a été sous les feux des projecteurs durant ses six derniers mois car elle a gagné au concours de Miss Madagascar édition 2019. Et depuis, elle est devenue ambassadrice de la destination de Madagascar. Mais elle a pris un autre engagement : celui de plaider en faveur de l’éducation des enfants, une cause qui lui tient vraiment à cœur.

Nous sommes retournés à ses sources pour comprendre pourquoi cet engagement de la Miss Madagascar. Trois mois après sa naissance, les parents de Valérie se sont séparés et depuis, elle habite avec sa mère.

Cette fille originaire de Manompana de la région Analanjirofo a grandi et a étudié à Fenerive Est.

Elle a été élue Miss Madagascar 2019 le 1er décembre 2018. Elle a comme projet la sensibilisation des parents d’envoyer leurs enfants à l’école parce que l’éducation est la clé pour toute la réussite. « Ny fianarana no lova tsara indrindra »

Les cours de remise à niveau est une bonne initiative. « Cela donne une deuxième chance aux élèves de rattraper leur retard dans le cours normal surtout pour ceux qui n’ont pas assez de moyens pour payer les frais scolaires

« Cela peut aider beaucoup de jeunes à retrouver le bon chemin pour un avenir meilleur » déclare Valérie Anne Binguira

« Si je n’avais pas étudié, je n'aurai pas pu me présenter à ce concours »

Binguira Valérie Anna

A Analanjirofo, la direction régionale de l’éducation a décidé de primer les femmes engagées dans les cours de remise à niveau durant la célébration de la Journée Mondiale de la Femme. Trois Circonscriptions scolaires (Ciscos).  Miss Binguira Valérie Anna y est pour quelque chose. Elle a été appelée pour honorer la cérémonie mais aussi pour témoigner de son engagement en faveur des enfants d’Analanjirofo. « Si je n’avais pas étudié, je n'aurai pas pu me présenter à ce concours »

Elle a encore des ambitions, elle voudrait voyager dans tout Madagascar et voir des écoles et distribuer un peu de fournitures scolaires et aussi construire une école dans un endroit où il n’y a pas. « Je voudrais aussi encourage le reboisement et installer quelques bacs à ordure », explique cette jeune fille qui espère changer Madagascar un jour.

Dans la région Analanjirofo, 150 CEG sur les 167 offrent des cours de remise à niveau couvrant environs 400 établissements dans le collège. Une bouffée d’oxygène pour redorer le blason de l’éducation dans les localités où les parents tendent à délaisser ce domaine.