Les livrets d’autoapprentissage comme alternative pour les élèves

Les livrets d’autoapprentissage comme alternative pour les élèves

Fanja Saholiarisoa
Jimmy, studieux
UNICEF Madagascar/2020
12 mai 2020

Le sourire de Rakotoarivony Jimmy, 16ans est significatif. En feuilletant le livret de français qu’il vient d’acquérir gratuitement à l’école, il nous a confié que ce dernier tombe à point nommé. « Je suis faible en français et je redoute vraiment cette matière à passer pour le brevet d’étude du premier cycle », confie-t-il encore impressionné par le contenu qu’il voit. Ledit livret est conçu pour un autoapprentissage de l’élève contenant des leçons complétées par des questions/réponses . Jimmy a reçu un livret en Mathématiques, en français et un en Malagasy. Cette nouvelle acquisition va vraiment l’aider à s’exercer et continuer son apprentissage. 
Développé et imprimé par l’UNICEF après la fermeture des écoles dues à la pandémie du COVID19, les livrets d’autoapprentissage seront distribués pour plus de 600 000 élèves du collège  pour les matières de base. Ces livrets aideront les enfants à continuer à apprendre et aideront à leur préparation à l’examen le cas échéant. 

Jimmy termine justement cette année le collège. Il est inscrit au collège d’enseignement général de la commune rurale d’Ambanitsena se trouvant à 23 km de la capitale. Issu d’une famille de paysans, Jimmy est l’ainé de la famille et ses parents comptent vraiment sur sa réussite.
Durant le confinement, sa vie a beaucoup changé. Il a consacré la plupart de son temps à aider ses parents dans les tâches ménagères et dans les travaux de culture. C’est aussi lui qui doit aller chercher l’eau pour la famille.

« C’est fou…. cette maladie pourrait tout paralyser. « Depuis la déclaration de cette pandémie, j’écoute beaucoup la radio car c’est le seul moyen pour nous de nous informer sur ce qu’il faut faire par rapport à la maladie », explique Jimmy convaincu de la nécessite des médias.
Jimmy est chanceux car à Ambanitsena, aucun malade de coronavirus n’a été recensé jusqu’à présent. Toutefois, il respecte en famille à la lettre les mesures barrières pour se protéger.

« La longue période de confinement m’a mis mal à l’aise car je ne pouvais pas être en contact avec mes amis », explique le jeune garçon qui se réjouit de la reprise des cours. Il était content de retrouver ses camarades et de reprendre le rythme habituel même s’il est tout à fait conscient que ce n’est pas un retour complet à la normale. Etant en classe d’examen, Jimmy est parmi les élèves qui ont repris le chemin de l’école à Madagascar depuis deux semaines. Les autres niveaux continuent de travailler depuis la maison et ces livrets d’autoapprentissage leur offriront une alternative.

Malgré l’interruption des cours, conséquence de la fermeture des écoles, Jimmy est confiant pour obtenir son diplôme et ainsi entrer au lycée. Il redoute le français mais compte s'en sortir avec la science de la vie et de la terre, les mathématiques et la physique. Bonne chance Jimmy !

Jimmy, dans sa classe avec ses camarades
UNICEF Madagascar/2020