J’ai eu de la chance de pouvoir réintégrer l’école

Les cours de remises à niveau offrent une deuxième porte aux enfants rejetés de l’école

Fanja Saholiarisoa
18 août 2017

Larissa, 16 ans, est originaire du village d’Ambodiadabo, district de Marovoay. Elle a empoché l’année dernière son premier diplôme de fin de cycle primaire grâce aux cours de remise à niveau (CRAN) qu’elle a suivis à l’école primaire publique (EPP) d’Amparihilava, à 5 km de chez elle.
Un rêve devenu réalité pour cette jeune fille issue d’une famille nombreuse qui, il y a un an de cela, disait adieu à l’école.

Les parents de Larissa ont eu un problème d’argent alors qu’elle était en classe de 8ème et elle a dû quitter l’école. «Notre agriculture a été hélas endommagé par les récents cyclones. Ce qui nous a faussés dans notre planification. Du coup, nous étions à court de vivre », explique Radaoro Jean, père de Larissa. Il se souvient encore du choix qu’ils ont du faire pour laisser tomber l’éducation de leurs enfants. Un choix presque fatal pour Larissa qui aimait beaucoup l’école.

Dans la plupart des communautés isolées de Madagascar, envoyer son enfant à l’école n’est pas chose facile surtout pour les familles nombreuses avec plus de 5 enfants sous un toit.
Parfois, les familles délaissent l’éducation des enfants au  premier problème survenu car les frais de scolarité représentent un grand fardeau pour eux. Au pire des cas, les parents font un choix entre les garçons et les filles et privilégient les garçons. De ce fait, beaucoup d’enfants ne sont pas encore scolarisés ou ne terminent pas l’année scolaire.

Au pire des cas, les parents font un choix entre les garçons et les filles et privilégient les garçons.

Le Ministère de l’Education Nationale en partenariat avec l’UNICEF Madagascar et avec l’appui du financement du gouvernement de la Norvège a mis en place les cours de remise à niveau depuis 2015. Ils sont destinés à des enfants de 7 à 16 ans qui ont abandonné l’école, et qui ont besoin d’une remise à niveau de leurs savoirs pour être réinsérés dans la classe correspondant à leur âge.

Larissa a été identifiée par les responsables de l’école primaire de Marovoay pour rejoindre la quinzaine d’enfants à bénéficier des cours de remise à niveau. «J’ai eu de la chance de pouvoir réintégrer l’école. En plus, on m’a donné des kits scolaires », explique-t-elle. L’année dernière, elle a passé avec succès l’examen de fin du premier cycle et a pu intégrer cette année le second cycle. Ses parents espèrent la soutenir dorénavant pour faire en sorte qu’elle termine ses études. «Ses ainés ont déjà arrêté, ce serait bien que Larissa pourra réussir là où les autres ont échousé », laisse entendre Clarisse, maman de Larissa.


L’EPP d’Amparihilava est l’une des 208 écoles mettant en place les CRAN pour la région Boeny. De plus, des kits enseignants, des kits écoles et des kits élèves sont aussi offerts.

«Cette initiative a beaucoup augmenté l’inscription au sein de notre établissement allant de 270 élèves l’année dernière  à 334 cette année scolaire. Le taux d’abandon a beaucoup chuté car les parents sont encouragés par les aides », exprime pour sa part le directeur de l’école. Les mêmes résultats sont constatés dans toutes les écoles ayant mis en œuvre ces cours pour cette année scolaire.