A Ifarantsa, un exemple d’une bonne gouvernance pour une bonne réussite scolaire

L'école primaire publique a vu un changement énorme depuis quelques années

Fanja Saholiarisoa
25 août 2017

L’école primaire publique d’Ifarantsa, dans la commune rurale de Fanjahira offre un environnement sain et paisible. A l’entrée, la propriété et la verdure des lieux frappent les visiteurs. Cette école sise quelque part dans la brousse dans le sud a vu un changement énorme depuis quelques années avec de nouveaux bâtiments biens bâtis au milieu de nulle part.

Beby Constance est la femme derrière tout ça. Cette directrice de l’école comptant 436 élèves. Ayant reçu une formation avec l’appui de l’UNICEF avec le gouvernement norvégien, elle a pu mener à bien ses missions et ses innovations.

Avec quatre salles de classe fonctionnelles, 02 latrines et 02 points d’eau, l’école d’Ifarantsa aspire à être un lieu favorisant l’apprentissage. De plus, des efforts ont été menés pour la construction de site pour enseignants, le logement du directeur d’école et du chef ZAP et la construction de clôture.

Ces nouvelles infrastructures ont eu un impact significatif sur les effectifs des élèves inscrits avec tous les efforts menés à différents niveaux (avec l’appui de la Norvège, l’assistance technique de l’UNICEF, l’engagement des associations des parents d’élèves et la présence du comité de gestion de l’école.

«La formation que nous avons reçu est très bénéfique pour notre personne ainsi que tout le personnel. Nos enseignants sont très motivés pour m’améliorer et transférer les acquis. En plus, nous avons une collaboration très productive avec les corps enseignants et l’association des parents », explique la directrice. L’école de Fanjahira est un bon exemple de la bonne gouvernance motivant l’appui de la mise en marche de l’école.

Si elle est là aujourd’hui, c’est le résultat des efforts menés au niveau communautaire aussi. En effet, une grande campagne de scolarisation a été menée dans les communautés environnantes il y a trois ans avec la dotation des kits scolaires. Des cours de remise à niveau ont été organisés avec l’appui de l’UNICEF et son bailleur pour réduire les abandons en cours de cycle. Une nouvelle salle de classe a été bâtie en 2013 avec 2 éducateurs préscolaires formés toujours avec le gouvernement norvégien.

Mais la lutte continue selon la directrice car des fokontany aux alentours comptent encore des enfants qui doivent être réinsérés.

L’appui du gouvernement de la Norvège à l’Unicef dans la région Anosy a permis à construire 62 nouvelles salles de classe. 234 éducateurs ont été formés dans la région ont été formés en plus des  1739 enseignants et 279 directeurs d’écoles. Cet appui norvégien a permis à 2702 élèves à bénéficier des cours de remise à niveau pour pouvoir continuer l’école