Emelie Rasendrasoa, une guerrière contre le COVID-19 malgré son handicap

Emelie Rasendrasoa, une guerrière contre le COVID-19 malgré son handicap

Solofonirina Claudia RAKOTOARISON
Emelie Rasendrasoa, une guerrière contre le COVID-19 malgré son handicap
UNICEF Madagascar/2020/Solofonirina Claudia RAKOTOARISON
18 septembre 2020

Antananarivo, 16 septembre 2020. Veuve et âgée de 49 ans, Emelie Rasendrasoa est paraplégique, ayant sa partie inférieure complètement paralysée depuis maintenant une année. Un handicap survenu après un traitement médical par injection musculaire qu’elle a suivi. Sans béquille, Emelie ne peut se déplacer seule, elle doit être transportée par ses proches. Après avoir contracté ce handicap, Emelie vit désormais avec son fils, sa belle-fille et leur enfant à Ambanidia, un des quartiers populaires de la capitale.

Malgré sa paralysie, Emelie n’a pas cessé de travailler pour apporter sa contribution aux besoins de sa famille. Pour gagner sa vie, elle travaille comme vendeuse de légumes dans un petit marché à 10mn de marche de leur quartier. Pour s’y rendre, elle est transportée sur le dos de son fils tous les jours.

Pendant la période de confinement où les déplacements étaient limités, Emelie et sa famille gagnait difficilement de l’argent. « Pour nous, les conséquences économiques étaient plus fatales que la pandémie elle-même. C’est à peine si j’arrivais à gagner 5, 000 Ariary par semaine, il y a même eu des jours où je vendais à perte pour que les légumes ne périssent pas. Il fut un moment, avec ma belle-fille, où nous avons vendu des vêtements pour avoir un peu d’argent pour acheter de la nourriture », témoigne Emelie.

La famille d’Emelie est parmi les bénéficiaires du programme de transfert monétaire « Tosika Fameno ». Un programme de transferts monétaires du gouvernement malgache en réponse aux urgences opérationnelle depuis Avril 2020, ayant comme objectif principal d’appuyer les ménages vulnérables durement affectés par les mesures de confinement.

Lors de notre rencontre avec elle en mois d’Aout, Emelie et sa famille viennent de recevoir leur deuxième allocation d’une valeur de 100, 000 Ariary. « Nous sommes particulièrement reconnaissants pour cette aide sociale », nous confie-t-elle, « notre allocation Tosika Fameno nous a servi à régler nos deux mois de loyers impayés, et nous avons même pu avoir un peu de reste pour s’acheter de la nourriture surtout pour mon petit-fils de 1an. Nous prévoyons les mêmes dépenses pour la deuxième allocation ».

Malgré les difficultés financières auxquelles la famille fait face, Emelie reste courageuse et espère un avenir meilleur. « Lorsque le contexte sanitaire redeviendrait normal, je compte utiliser les bénéfices de ma vente pour revenir chez le docteur, réparer mes béquilles pour que je puisse me déplacer de nouveau d’une façon autonome. De cette manière, je pourrais aider davantage ma famille à se relever financièrement », conclut-elle. 

L’UNICEF a soutenu 8,500 ménages bénéficiaires dans la région d’Antananarivo via un transfert monétaire de 100,000 Ariary (26 US$) par ménage. Actuellement, le programme Tosika Fameno compte en tout 346,000 bénéficiaires dans plusieurs villes touchées par la pandémie Covid19 dont Antananarivo, Toamasina, Fianarantsoa, Moramanga, Ambatondrazaka, Fenerive Est, Manakara, Tuléar et Fort-Dauphin.